Sommaire
Senior Actu

Royaume-Uni - Le thé nouvel espoir pour le traitement de la maladie d'Alzheimer


Boire du thé régulièrement pourrait améliorer la mémoire et aussi ralentir le développement de la maladie d’Alzheimer suggère une récente étude britannique réalisée par l’Université de Newcastle (nord-est de l’Angleterre) et publiée récemment dans le journal Phytotherapy Research.

Les tests menés par cette équipe de chercheurs indiquent que le thé, et plus particulièrement les thés vert ou noir, inhibent l’activité de l’enzyme acétylcholinestérase, responsable de la dégradation de l'acétylcholine au niveau des synapses, la diminution d'activité de l'acétylcholine étant un des facteurs de la maladie d'Alzheimer. De surcroît, les thés noir ou vert ont aussi un effet sur l'enzyme butyrylcholinesterase, également en cause dans la maladie d'Alzheimer. D'autre part, le thé vert aurait un effet inhibiteur sur la beta-secretase, enzyme responsable de la production du peptide abéta, agent qui serait responsable de la dégénérescence des neurones. Les effets du thé vert seraient efficaces plus longtemps que ceux du thé noir, respectivement de un à sept jours.

« Nos découvertes sont particulièrement passionnantes, car le thé est une boisson très populaire, peu onéreuse et il ne semble pas y avoir d'effets secondaires lorsqu'elle est consommée quotidiennement », s'est réjoui le responsable de l'étude, le Dr Ed Okello. « Il serait merveilleux que notre travail puisse améliorer la qualité de la vie de millions de personnes souffrant de la maladie » a-t-il ajouté.

Les scientifiques espèrent développer un thé médicinal comme alternative aux traitements visant à ralentir les pertes de mémoires dont souffrent les personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer. Le Dr Okello rappelle « qu’il n’existe actuellement aucun médicament pour soigner l’Alzheimer. Le thé, pourrait, à terme, devenir une nouvelle arme dans le traitement de cette maladie et dans le ralentissement de sa progression ». Toutefois, il faudra encore quelques années avant de pouvoir développer un produit commercialisable, précise-t-il.

Rappelons que les médicaments existants ne font que ralentir le développement de la maladie d’Alzheimer en empêchant l’activité de l’enzyme acétylcholinestérase. D’autres traitements visant à inhiber l’activité de l'enzyme butyrylcholinesterase et la beta-secretase sont en cours de développement. Les thérapies actuelles actuels entraînant des effets secondaires, le milieu médical cherche d’autres alternatives.

La maladie d’Alzheimer touche actuellement une dizaine de millions de personnes dans le monde. Compte-tenu du vieillissement de la population ce chiffre est appelé à augmenter dans les années à venir.


Publié le Jeudi 28 Octobre 2004 dans la rubrique Santé | Lu 8034 fois