Sommaire
Senior Actu

Royaume-Uni – Le potentiel commercial des boomers reste encore peu exploité par les fabricants


Bien que dotés de revenus élevés et prompts à consommer par plaisir, les 50-64 ans britanniques représentent une cible toujours difficile à toucher pour les industriels de l’agroalimentaire et des boissons en particulier, comme en témoigne le cabinet d’études Datamonitor dans son récent rapport « Empty Nesters* ».

De par le vieillissement de la population, les plus de 50 ans sont de plus en plus nombreux et font donc l’objet d’une attention accrue de la part des services marketing des grandes marques. La Grande-Bretagne n’échappe pas à la règle, au contraire. Avec des revenus moyens nettement supérieurs à ceux des plus jeunes, une génération entière de clients (8,5 millions de 50-64 ans en 2008) est à portée de main des industriels. Ces derniers rencontrent pourtant les plus grandes difficultés à bien cerner les attentes de cette catégorie d’âge et donc à exploiter efficacement tout le potentiel du marché.

Consommer pour se faire du bien, tel semble être le credo des plus de 50 ans qui sont prêts à dépenser un peu plus pour de la nourriture de qualité, des vins fins et prendre soin d’eux. « Leur forte consommation est due à la fois à leur pouvoir d’achat élevé et à leur volonté de se préparer sereinement à une retraite méritée. Après avoir travaillé toute leur vie et élevé des enfants, ils veulent à leur tour en profiter », explique Andrew Russell, auteur du rapport.

La santé est un thème auquel ils sont particulièrement sensibles. Même si les aliments riches en calcium ou les huiles contenant des acides gras omega 3 et 6 ont vu leurs ventes exploser dernièrement, les producteurs passent à côté d’un marché bien plus large, estime-t-on chez Datamonitor. « La plupart des fabricants ont du mal à cibler les plus de 50 ans. Les marketeurs ne savent vraiment pas ce qui intéresse ces consommateurs. A partir de là, comment espérer que les campagnes publicitaires les touchent? Les cadres travaillant au marketing ont une trentaine d’années. L’image qu’ils ont des quinquagénaires se résume souvent à des stéréotypes ».

Plutôt que d’essayer de séduire cette catégorie d’âge à tout prix, Andrew Russell préconise la mise en avant des qualités du produit auxquels pourront être sensibles jeunes et moins jeunes. Pour les marques qui parviendront rapidement à mieux appréhender la clientèle des boomers britanniques, c’est une véritable mine d’or qui leur est promise.

ndlr : littéralement « nids vides », se dit des couples généralement âgés d’une cinquantaine d’années ou plus et dont les enfants ont quitté le foyer familial.



Publié le Jeudi 17 Juin 2004 dans la rubrique Consommation | Lu 1157 fois