Sommaire
Senior Actu

Royaume-Uni - Inadaptation des structures d'accueil aux seniors issus de l'immigration

Le Royaume-Uni, tout comme la France, a connu une forte vague d’immigration de travail dans les années 70. Souvent considérée à l’origine comme provisoire, cette main d’œuvre étrangère a fini par s’installer dans le pays d’accueil. 30 ou 40 ans plus tard, ces immigrés ont vieilli. Certains sont toujours célibataires, d’autres ont pu réaliser un regroupement familial. Toutefois, dans les pays européens, la cellule familiale à tendance à se déliter et ce phénomène n’a pas épargné les familles asiatiques qui vivent en Angleterre. De ce fait, le pays se retrouve confronté à une inadaptation de ses centres d’accueil notamment en ce qui concerne les personnes âgées issues de minorités ethniques.


Une récente étude publiée l’Institut de Recherche des stratégies relevant du vieillissement et de l’ethnie (PRIAE) affirme que l’explosion de la notion de cellule familiale a entraîné une crise dans les soins apportées aux personnes âgées d’origine asiatique au Royaume-Uni. Tout comme la France, confronté au vieillissement des immigrés nord-africains arrivés dans les années 70, l’Angleterre doit faire face au même problème avec ses populations asiatiques.

Selon ce rapport, qui a demandé trois ans de recherche, dans les cinq prochaines années, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans d’origine asiatique devrait tripler. En 2030, le nombre d’aînés de plus de 65 ans issus d’une minorité ethnique devrait atteindre 1.7 million de personnes en Grande-Bretagne.

Pour le PRIAE, les politiques sociales ne répondent pas à cette rapide évolution démographique. Le quotidien Channel 4 news, prend l’exemple dans l’un de ses récents articles, d’une famille indienne. Cette dernière, représente l’image traditionnelle que l’on peut se faire d’une grande "tribu" : quatre générations vivent sous le même toit. La fille de 16 ans étudie, le père travaille dans la construction, sa mère âgée de 67 ans mais aussi sa grand-mère âgée de 94 ans, vivent elles aussi dans la même maison. La mère est arrivée dans les années 70 en provenance de l’Afrique de l’est et la grand-mère est née en Inde il y a presque un siècle.

Jusqu’à maintenant, cette famille a toujours vécu soudée. Mais son « occidentalisation » risque de faire évoluer les rapports traditionnels qu’elle entretient envers ses aînés. On s’occupe de la grand-mère car la mère est encore là pour l’aider. Toutefois, cette dernière ne se fait aucune illusion sur son sort : « je ne m’attends pas à ce que mes enfants ou petits-enfants prennent soin de moi. Ils se sont adaptés à ce pays, en ont pris les habitudes. Leur mode de vie est totalement différent de ce qu’il était avant chez nous ».

L’une des responsables de cette étude souligne que son équipe a constaté, dans ces familles issues de l’immigration, de nombreuses situations tragiques. « Certains centres d’accueil nous expliquent qu’ils ne peuvent plus faire face » indique-t-elle. « Des personnes âgées d’origine étrangère se retrouvent dans des maisons de retraite totalement inadaptées où le personnel ne comprend pas leur langue. Ce n’est pas que ces aînés asiatiques ne veulent pas se mélanger aux retraités anglais, mais arrivé à un certain âge, on aime bien se retrouver dans une ambiance plus familière » ajoute-t-elle.

Sans oublier que ces personnes âgées sont souvent parmi les plus indigentes. En effet, elles ont quitté leur pays. Parfois, elles ont tout abandonné, elles ont du changer de métier, faire face au chômage qui les a touchées de plein fouet et en premier. Ce qui signifie que le montant de leur retraite n’est pas bien lourd…

Face à l’absence de réaction des politiques publiques, à ce problème social et démographique, le tissu associatif tente de s’adapter à ce « marché » en pleine mutation. C’est la cas par exemple, du centre d’accueil de jour de Wandsworth qui se trouve dans le sud de Londres. Là, le personnel est capable de comprendre et de parler plusieurs langues asiatiques. Outre la possibilité de se rencontrer, de discuter dans son propre idiome avec les autres visiteurs, la culture, la religion et l’alimentation sont adaptées aux personnes âgées issues de cette immigration. Pour Misbah Islam, le responsable de ce centre, ce lieu comble un véritable manque : « j’ai rencontré pas mal de seniors asiatiques qui n’avaient nulle part où aller. Ils déprimaient si on les laissaient seuls chez eux, certains tombaient malades ».

Une vieille dame de 79 ans s’y rend tous les jours. Elle est arrivée dans les années 70 et n’aurait jamais imaginé finir sa vie seule. Malheureusement, sa fille vient de s’acheter son premier appartement et n’a tout simplement pas les moyens de s’offrir quelque chose de plus vaste pour elles deux. « J’arrive le matin. Je reste jusqu’à 17 heures environ, puis je rentre alors à la maison faire mes prières et j’attends le lendemain. Je me sens très seule ».

Globalement, les personnes âgées asiatiques connaissent peu ou prou les mêmes tracas que les autres aînés britanniques, à ceci près qu’elles sont confrontées à des problèmes de langue, à l’exclusion sociale et à la discrimination conclut le rapport. Si les pouvoirs publics souhaitent que ces aînés puissent vieillir dans le respect et la dignité, il va falloir qu’ils commencent à prendre en compte ce phénomène. Dans les dix prochaines années, certaines municipalités estiment que le nombre de seniors issus de minorités ethniques aura augmenté de 300% !

Signe des temps, un module de formation sur les minorités ethniques âgées a été mis en place pour les étudiants de la Faculté de Médecine du Kansas aux Etats-Unis. Selon certaines études, en 2030, une personne âgée sur quatre sera issue d’une minorité ethnique. Il est donc important que les étudiants en médecine d’aujourd’hui, qui sont les docteurs de demain, sachent tenir compte des caractéristiques des patients et de leur famille en fonction de leurs origines et de leur culture. Un sourire par exemple, peut être perçu comme un signe amical mais aussi comme une attitude désinvolte… C'est bon à savoir.

Lire aussi : Irlande du Nord - Une maison de retraite pour les seniors chinois vient de voir le jour à Belfast
Royaume-Uni - Inadaptation des structures d'accueil aux seniors issus de l'immigration


Publié le Mercredi 23 Février 2005 dans la rubrique Société | Lu 3827 fois