Sommaire
Senior Actu

Royaume-Uni – Ces baby-boomers qui refusent l'idée de vieillir


Les baby-boomers britanniques refusent de vieillir et se ré-approprient leur jeunesse en s’offrant leurs rêves d’adolescents, selon l’étude réalisée par le groupe d’experts Demos.

Encore actifs, les boomers n’ont aucune envie d’être considérés comme vieux et rejettent en bloc les idées préconçues de la société. Selon eux, les journaux insistent sur le fardeau que représentent les plus de 50 ans par rapport aux jeunes. Pourtant, avoir 50 ans aujourd’hui n’est pas synonyme de décrépitude. Loin de l’image d’Epinal que leur renvoient les média, les boomers semblent vouloir définir eux-mêmes les règles de leur génération, comme il l’ont d’ailleurs toujours fait.

Le rapport note par exemple que l’âge moyen des propriétaires de Harley-Davidson s’élève à 46 ans, soit 8 de plus qu’il y a 10 ans. De même, les trains électriques Hornby réalisent 75% de leur chiffre d’affaire auprès des boomers. Autant de signes mettant en évidence la volonté de ne pas vieillir de ces personnes nées entre 1946 et 1964 et qui, à la différence des jeunes générations, ont les moyens d’en profiter pleinement.

« Pour certains, profiter au maximum peut signifier pouvoir enfin s’acheter la marque tant convoitée dans sa jeunesse. Pour d’autres, il s’agit de passer plus de temps avec leurs enfants », note James Harkin, co-auteur du rapport.

En tout cas, il n’est plus rare de voir un quinquagénaire prendre une année sabbatique et s’envoler pour le bout du monde. Un récent sondage réalisé auprès de 1 219 parents américains a montré que le fossé entre les générations se rétrécissait. Nombre de boomers considèrent en effet leurs enfants comme des personnes du même âge.

Les spécialistes s’accordent pour affirmer que cette tendance est un paradoxe de notre société moderne. L’obsession de l’éternelle jeunesse n’est pas bénéfique. « Au lieu de régresser en regardant vers la jeunesse, notre société devrait tendre vers la vieillesse et ses valeurs : la sagesse, la finesse d’esprit et l’expérience. »

Seulement, la vieillesse fait peur. Le rapport met en avant les angoisses des boomers face à un futur incertain. Ou même à l’absence de futur. Le déclin physique est bien sûr au centre des craintes. Aussi l’attitude de cette génération coincée entre leurs parents devenus très âgés et pour certains dépendants et leurs enfants qui tardent à partir et les incitent à rester jeunes, révèle un profond désir de maîtrise sur le temps et sur la fatalité du vieillissement.



Publié le Lundi 19 Juillet 2004 dans la rubrique Consommation | Lu 1476 fois