Sommaire
Senior Actu

Retraites : prime de 40 euros pour les pensions de moins de 1.200 euros

Le gouvernement de Manuel Valls vient d’annoncer le versement d’une prime exceptionnelle de 40 euros pour les retraités dont les pensions sont inférieures à 1.200 euros mensuels. Dans le même temps, le minimum vieillesse (Aspa) doit être porté à 800 euros en octobre 2014.


Retraites : prime de 40 euros pour les pensions de moins de 1.200 euros
Le gouvernement l’avait déjà annoncé : les petites retraites vont rester stables... Donc des petites retraites !
 
Et de souligner : « les règles de calcul qui s’appliquent pour le 1er octobre conduisent mécaniquement à une stabilité des pensions du fait de la très faible inflation prévue en 2014 ». Dont acte.
 
Pour autant, le gouvernement de Manuel Valls a décidé de verser une prime exceptionnelle de 40 euros aux retraités dont la pension est inférieure à 1.200 euros par mois. Attention, il ne s’agit pas d’une hausse des petites retraites de 40 euros par mois mais bel et bien d’une prime unique de 40 euros.
 
Dans un récent communiqué, la CFDT Retraités considère que « ce montant de 40 euros en un versement unique exceptionnel est insuffisant ». La confédération appelle le Premier ministre à reconsidérer le montant de cette prime et elle réitère sa revendication pour une pension minimale totale, pour une carrière complète, égale au Smic net.
 
Dans le même temps, le Premier ministre a confirmé la revalorisation de l’Aspa dont le montant passera de 792 euros mensuels à 800 euros mensuels, ce qui correspond à une augmentation de 1%. Cette nouvelle revalorisation intervient après celle de 0,6% en avril dernier. Pour la CFDT Retraités, ces deux coups de pouce sont indispensables pour des millions de retraités qui vivent avec des revenus proches du seuil de pauvreté.
 
Et la confédération de rappeler que depuis quelques temps, les retraités ont été mis fortement à contribution par diverses mesures (gel de pensions de retraite, fiscalisation de la majoration de pension pour enfant), pour participer à l'effort national de redressement des déficits publics et sociaux. Ajoutées à d’autres, antérieures (suppression de la demi-part pour les personnes seules, gel du barème de l’impôt sur le revenu), ces mesures en cascade ont brutalement soumis de nombreux retraités à l’impôt sur le revenu. Certains ont ainsi perdu tout le bénéfice des exonérations ou minorations de cotisations : taxes d‘habitation, foncière et redevance audiovisuelle, notamment. 


Publié le Mardi 23 Septembre 2014 dans la rubrique Retraite | Lu 1632 fois