Sommaire
Senior Actu

Retraite : de la possibilité de travailler jusqu’à 70 ans…

Xavier Bertrand, le ministre du Travail, défend l’amendement adopté le 31 octobre 2008 par les députés qui autorise le travail jusqu’à l’âge de 70 ans. « Il fallait changer les règles », indique-t-il. « On maintient la retraite à 60 ans, mais on permet à ceux qui le souhaitent de travailler au-delà y compris après 65 ans ». Détails et réactions.


Comme l’a souligné le ministre dans un entretien accordé ce jour au quotidien Métro : « Cet amendement obéit à deux principes : laisser les Français choisir, et laisser les Français travailler. Il fallait changer les règles : on maintient la retraite à 60 ans, mais on permet à ceux qui le souhaitent de travailler au-delà y compris après 65 ans ».

Plus concrètement, « le gouvernement veut aussi donner envie aux salariés de rester en activité » ajoute encore le ministre. « Tout d'abord avec le cumul emploi-retraite : dès 60 ans, un salarié qui aura une carrière complète pourra rester chez le même employeur et cumuler sa retraite avec son revenu. Par ailleurs, s'il décide de ne pas liquider ses droits à la retraite et de continuer à travailler, il aura 5% de retraite en plus par année supplémentaire », détaille Xavier Bertrand.

Toutefois, le ministre a indiqué ce matin sur l’antenne de RTL « que l'âge maximal de la retraite ne sera pas relevé à 70 ans dans la fonction publique, pour laquelle sera généralisé l'âge maximal de 65 ans ».

L'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) doit encore être adopté solennellement mardi à l’Assemblée nationale, puis ensuite par le Sénat. La mise en œuvre de cette nouvelle mesure ne devrait par intervenir avant janvier 2010. A noter que cela ne remet pas en cause le droit de partir à la retraite à 60 ans, ni le nombre d'années de cotisations exigée pour avoir une retraite à taux plein : 40 ans actuellement, 41 ans d'ici à 2012.

Selon l'auteur de l'amendement, Denis Jacquat (UMP), « il n'est plus acceptable aujourd'hui qu'un homme ou une femme âgé de 65 ans soit mis à la retraite contre son gré, du seul fait de son âge, alors même qu'il n'a pas forcément toutes ses annuités d'assurance ou qu'il souhaiterait prolonger son activité pour améliorer sa pension ».

Pour le Parti Socialiste, c'est une "drôle de méthode mise en oeuvre qui exclut de la discussion les partenaires sociaux, pour privilégier la loi élaborée par amendements votés à la sauvette. L’objectif du gouvernement est clair : continuer à déréguler et à déréglementer le droit du travail. Qu’on ne vienne pas nous dire que cet amendement s’opère au nom de la liberté, car rien n’interdit à un salarié de travailler après l’âge légal de la retraite. Quand on met en relief cette mesure avec l’autorisation du cumul emploi-retraite, cela sonne comme une nouvelle baisse du niveau des retraites. Il est particulièrement choquant que Nicolas Sarkozy se serve de la crise financière vécue par les Français, pour remettre en cause les droits des salariés et accentuer les reculs sociaux. Nous souhaitons donc que le gouvernement demande aux parlementaires de revenir sur l’amendement voté en fin de semaine dernière" .

Pour le Parti Communiste Français, « Prétextant de vouloir maintenir le déficit de la sécurité sociale en dessous de 9 milliards d’euros, l’équipe de N. Sarkozy repousse insidieusement l’âge de la retraite à 70 ans. Comme pour le travail du dimanche, le pseudo-volontariat est avancé pour justifier ce scandale. Comme si, les retraités qui vivent aujourd’hui si nombreux sous le seuil de pauvreté, et même ceux aux revenus si modestes, pouvaient avoir le choix »

De son côté, la CGPME souhaite « un rééquilibrage pour tenir compte de la réalité des entreprises ». Elle indique que « permettre aux salariés de plus de 65 ans de poursuivre leur activité est un élément important pour favoriser l'emploi des seniors. Pour autant, poursuivre son activité au-delà de 65 ans exige une volonté réciproque du salarié et de l'employeur. Imposer le maintien d'un salarié jusqu'à 70 ans contre la volonté de son employeur, c'est ouvrir la porte à toutes les dérives ».
Retraite : de la possibilité de travailler jusqu’à 70 ans…


Publié le Lundi 3 Novembre 2008 dans la rubrique Emploi | Lu 7391 fois