Sommaire
Senior Actu

Retraite : 70 % des baby-boomers craignent de ne pas être prêts à temps…

Selon une étude réalisée par Ipsos Reid pour BMO Groupe financier, 70 % des baby-boomers craignent de ne pas avoir suffisamment épargner pour leur retraite mais se disent cependant prêts à faire le nécessaire pour corriger cette situation.


Ce nouveau sondage qui a porté sur 1 066 Canadiens de 45 à 60 ans, a révélé que 7 répondants sur 10 sont disposés à modifier leur train de vie s’il s’avère qu’ils n’auront pas suffisamment d’économies et la majorité d’entre eux (83%) entend rester plus longtemps sur le marché du travail s’il le faut. Par ailleurs, 39% des répondants pensent qu’ils devront sans doute déménager au moment de leur retraite parce que le coût de la vie est trop élevé là où ils habitent actuellement.

« Bien que le fait qu’un nombre aussi important de baby-boomers ne soit pas en voie d’avoir suffisamment d’économies pour la retraite soit inquiétant, il est encourageant, par contre, de constater que la plupart d’entre eux sont conscients qu’ils vont devoir apporter certains changements dans leur vie pour s’assurer d’avoir suffisamment d’argent plus tard », souligne la responsable Marché de la retraite chez BMO Groupe financier, Mme Kris Vikmanis.

« Les baby-boomers ne se reposent plus sur l’idée que « l’État va s’occuper d’eux » ou que « les choses vont s’arranger d’elles-mêmes à la retraite ». Au contraire, ils sont conscients qu’ils vont sans doute devoir rester plus longtemps sur le marché du travail ou qu’ils vont devoir modifier leur train de vie s’ils n’ont pas mis suffisamment d’argent de côté pour cette prochaine étape de leur existence » ajoute-t-elle.

En fait, une large majorité (81 %) des baby-boomers reconnaissent qu’ils auraient dû commencer plus tôt, voire dès l’adolescence, à économiser pour leur vieux jours. Par ailleurs, 91 % admettent que, pour avoir suffisamment d’argent pour la retraite, il faut avoir fait une bonne planification et avoir été bien conseillé en vue d’atteindre les objectifs que l’on se fixe. .../...

« Cette propension à différer le départ à la retraite est conforme aux résultats de la précédente étude que nous avions faite. La majorité des baby-boomers voit la retraite comme un passage progressif du travail à temps plein à une retraite à temps plein, plutôt qu’un point tournant magistral de l’existence. C’est pourquoi ils ne voient pas toujours la nécessité de planifier rigoureusement quelque chose dont l’avènement leur paraît très lointain », d’expliquer Mme Vikmanis.

« Même si les baby-boomers ont le sentiment de ne pas être dans la bonne voie ou s’ils sont conscients qu’ils auraient dû commencer plus tôt à préparer leur retraite, il est important qu’ils ré-évaluent maintenant leur situation avec l’aide d’un conseiller financier en vue d’élaborer une planification judicieuse. Il n’est jamais trop tard pour faire des économies, d’autant plus que les Canadiens peuvent en moyenne compter que leur retraite s’étalera sur au moins 20 ans », fait valoir Mme Vikmanis.

Autres points à retenir de cette étude :

Les baby-boomers ne sont pas certains d’être prêts à prendre leur retraite
- Presque la moitié (46%) des baby-boomers estiment ne pas avoir suffisamment économisé pour leur retraite.
- Un quart (24%) des baby-boomers ignorent s’ils sont en bonne voie d’avoir suffisamment d’économies pour leur retraite.

Pourquoi les baby-boomers sont-ils insuffisamment préparés pour leur retraite ?
Voici les cinq principales raisons données par les répondants : ils ont manqué d’argent disponible pour pouvoir faire des économies (58%) ; ils ont commencé trop tard à mettre de l’argent de côté (44%) ; ils ont toujours des enfants à charge (28%) ; ils ont des ennuis de santé (22%) ; ils ont des problèmes d’emploi (20%).

Qu’est-ce que les baby-boomers sont prêts à sacrifier ?
S’ils n’ont pas pu économiser suffisamment pour leur retraite, 69% des répondants sont prêts à modifier leur train de vie ; parmi eux, 58% annoncent qu’ils renonceraient à avoir une résidence secondaire, la moitié 51% sont prêts à renoncer à faire des voyages, 46% ont dit qu’ils refinanceraient leur maison ou qu’ils en changeraient pour prendre une maison moins grande, et un quart (25%) se passerait d’automobile.


Publié le Vendredi 1 Décembre 2006 dans la rubrique Retraite | Lu 5129 fois