Sommaire
Senior Actu

Restor, un implant intraoculaire pour voir aussi bien de près que de loin sans lunettes

Cataractes et presbyties : ces 2 pathologies du cristallin, corollaires de l'avancée en âge, sont presque inéluctables. La première s’opère et la seconde se corrige par le port de lunettes. Mais depuis 2004, le laboratoire américain Alcon propose un implant intraoculaire qui permet de voir, "aussi bien de près que de loin sans lunettes".


Restor, un implant intraoculaire pour voir aussi bien de près que de loin sans lunettes
Cet implant, qui porte le nom AcrySof® ReSTOR® s’annonce comme une véritable avancée dans le domaine de la chirurgie du cristallin. Selon Alcon, son fabricant, il possède des « propriétés proches de celles du cristallin adulte sain ».

Sa conception, qui se veut « exclusive », améliore la vision à toutes les distances – de près, de loin et à toutes les distances intermédiaires – offrant aux patients atteints de cataracte ou de presbytie leur meilleure chance de vivre sans lunettes. De plus, toujours selon le fabricant, « il améliore la qualité des images en réduisant les troubles visuels (halos, problèmes de vision nocturne, éblouissements) et assure une protection contre les ultraviolets mais aussi contre la lumière bleue toxique pour la rétine ».

Alcon indique que depuis 2005, 120.000 implants intraoculaires de ce type ont été posés dans le monde à des patients atteints de cataracte et/ou de presbytie avec, pour la majorité d’entre eux, une indépendance totale aux lunettes dans leur vie quotidienne. Cet implant, une fois posé, est conservé durant la vie entière en remplacement du cristallin défaillant. Il est commercialisé en France depuis 2004 et a obtenu le marquage CE en avril 2003.

Seul petit bémol, le prix : il faut compter environ 1.500 euros par œil pour un presbyte, et naturellement, cette opération n’est pas remboursée par la Sécurité sociale. D’autre part, cet implant doit être posé après un examen médical extrêmement précis. Il faut savoir qu’il ne convient pas à tous les types de malades, il est donc indispensable de bien vous renseigner auprès de votre ophtalmo. Plus concrètement, l’intervention dure une quinzaine de minutes (par œil) et généralement, les patients rentrent chez eux le jour même et récupère leur vision dans les 24/48 heures. .../...

80% des patients ne portent plus de lunettes et 95% sont satisfaits (étude)

Une étude, publiée en avril dernier dans la revue Ophtalmology et réalisée à l’échelle européenne auprès de 127 personnes opérées dans huit centres et hôpitaux différents pour évaluer notamment, l’efficacité des implants et la satisfaction des patients, montre que 80% d’entre eux n’ont plus besoin de lunettes.

Sur les 127 patients suivis, 119 ont subi une opération aux deux yeux. Leur vue a été évaluée après l’opération du premier œil (30/60 jours post-opératoires) puis après la seconde intervention (120/180 jours post-opératoires). Résultat : 4 patients sur 5 n’ont plus besoin de lunettes, quatre mois après l’opération du second œil et 92% des patients choisiraient le même implant si c’était à refaire après la pose du premier implant. Ils sont 95,7% à le penser après la seconde opération.

Afin de connaître l’efficacité des implants, des tests d’acuité visuelle ont été effectués sur les 119 patients ayant été opérés des deux yeux, 120 à 180 jours après l’opération. 83,9% des patients opérés ont une acuité visuelle de loin de 8/10è ou plus, sans port de lunettes. L’acuité visuelle moyenne obtenue pour l’ensemble des patients est de 10/10è. D’autre part les deux tiers des patients opérés ont une acuité visuelle de près de 8/10è ou plus, sans port de lunettes. L’acuité visuelle moyenne obtenue pour l’ensemble des patients est de 8/10è.

Témoignages de patients

« Depuis l'opération, je ne porte plus du tout de lunettes ni pour voir de près ni pour voir de loin. Uniquement des lunettes solaires afin de me protéger. Je n'ai aucune difficulté à me maquiller, enfiler une aiguille à coudre. Je trouve que mes couleurs sont vives. Je vois normalement, je pense comme lorsque je voyais avant de porter des lunettes. »

« Les résultats post-opératoires correspondent tout à fait à mes attentes, aussi bien en vision de loin qu'en vision de près. Je n'en porte jamais plus. Et je pense avoir pris un sérieux coup de jeune avec cette opération ! Je conduis la nuit sans problème, je me suis très bien adaptée. Je ne suis, à l'heure actuelle, pas du tout gênée par mes yeux. Au contraire, ça va très bien ! Je referais tout de suite cette opération si je ne l'avais pas faite et qu'on me la propose. »

La cataracte, à partir de 60 ans

Avec l’âge, le métabolisme du cristallin se modifie aboutissant à son opacification partielle ou totale : on parle de cataracte. La cataracte est l’évolution quasiment normale de tout cristallin atteignant un « certain âge ». C’est une affection fréquente à partir de 60 ans. Rappelons que le cristallin, qui est essentiellement composé de protéines et d'eau, peut s'opacifier suffisamment pour empêcher la lumière et les images d'atteindre la rétine.

Chez une personne âgée, on constate une baisse de l’acuité visuelle, une sensation de brouillard ou de voile devant les yeux, une modification des couleurs qui deviennent plus ternes, des halos autour des lumières, parfois des éblouissements au soleil.

Si l’âge est la cause la plus fréquente, il existe aussi des cataractes traumatiques, des cataractes du diabétique (le diabète est un facteur de risque), des cataractes médicamenteuses (dues aux corticoïdes ou des dérivés comme par exemple les tranquillisants). La myopie forte ainsi que certaines inflammations intraoculaires comme les uvéites et le glaucome peuvent aussi favoriser l’évolution ou l’apparition de cataracte.

Il n’existe pas de traitement médical de la cataracte. Seule une intervention chirurgicale remplaçant le cristallin cataracté par un implant intraoculaire ou cristallin artificiel permet une amélioration de la vision. La meilleure prévention est de ne pas laisser évoluer une cataracte devenue gênante et dense. Environ 500 000 cataractes sont opérées chaque année en France et c’est l’intervention la plus pratiquée.

La presbytie, à partir de 40 ans

Avec le temps, le cristallin devient de moins en moins souple, il perd progressivement sa capacité à modifier sa courbure. L'accommodation est alors moins efficace, la vision d'objets très rapprochés n'est plus possible. La vision des détails devient impossible sans une correction adaptée. C’est la presbytie.

Ce vieillissement du cristallin est inévitable, et survient généralement entre quarante et cinquante ans. Si nul n'est épargné par ce vieillissement du cristallin, il est plus ou moins prononcé suivant les sujets.

La presbytie nécessite donc une correction optique pour pallier ce défaut d’accommodation pour permettre une bonne vision de près. Cela implique le port de lunettes à double foyer ou à verres progressifs pour assurer une vision de près, intermédiaire et de loin de bonne qualité.

Aujourd’hui, les personnes presbytes peuvent bénéficier d’implants intraoculaires en remplacement de leur cristallin, ce qui leur permet pour 80% d’entre eux, de supprimer le port de lunettes.


Publié le Jeudi 18 Mai 2006 dans la rubrique Santé | Lu 27399 fois