Sommaire
Senior Actu

Repas de fêtes : plus de joie que de stress !

Selon un récent sondage réalisé par l’institut Ifop pour le compte d’UPSA*, géant de l’aspirine, plus de 60% des Français associent la période des fêtes de fin d’année à un moment de plaisir et de joie, même si 15% d’entre eux les vivent plutôt comme un moment de stress et d’angoisse... Détails.


Selon un récent sondage réalisé par l’institut Ifop pour le compte d’UPSA*, géant de l’aspirine, plus de  60% des Français associent la période des fêtes de fin d’année à un moment de plaisir et de joie, même si 15% d’entre eux les vivent plutôt comme un moment de stress et d’angoisse... Détails.
 
Sapin de Noël, course pour les cadeaux, préparation du fameux repas, retrouvailles en famille… Les préparatifs pour organiser les fêtes de fin d’année sont nombreux, mais comment sont-ils vécus par les Français ? Plutôt moments de joie ou plutôt période de stress ?
 
Les résultats de l’étude Ifop/UPSA révèlent donc que les fêtes de fin d’année constituent pour 61% des Français un moment de plaisir et de joie, même si 15% d’entre eux vivent plutôt cette période comme une source de stress et d’angoisse. Et un quart (24%) se dit être plutôt indifférents.
 
Les fêtes de fin d’année peuvent être également à l’origine de mécontentements : un gros tiers (36%)  des Français cite les courses de Noël et la foule dans les magasins, 29% les excès de nourriture ou de boisson et 19% l’obligation de faire la fête à une date imposée. Viennent ensuite l’obligation de faire des cadeaux pour 17%, la peur de se retrouver seul pour 9% ou les réunions de famille pour 8% d’entre eux.
 
C’est à l’occasion des fêtes de fin d’année que les Français ressentent le plus un sentiment d’excès de nourriture. Ce ressenti est vécu de manière systématique ou de temps en temps par 87% des Français à ce moment de l’année. Mais les Français citent d’autres occasions d’excès de nourriture et boissons : lors des repas de famille pour 78% d’entre eux, lors d’un dîner ou d’un déjeuner chez des proches ou des amis pour 74% et lors d’un dîner ou d’un déjeuner au restaurant pour 67% d’entre eux.
 
Toujours parmi ces répondants, même s’ils ont conscience de trop manger, ils sont 55% à déclarer s’autoriser cet écart parce que cela reste exceptionnel, 35% avouent « craquer » quand même et assument, tout en sachant qu’ils vont le regretter plus tard. « Les habitudes alimentaires des Français ont changé, on mange en moins grande quantité au quotidien. Les repas de fête, ancrés dans la tradition de repas copieux, mais qui restent occasionnels, représentent donc une consommation excessive et inhabituelle d’aliments qui engendre cette sensation de trop manger » souligne le Dr Pierre Azam, nutritionniste.
 
Bien que les Français considèrent que cette période de l’année soit synonyme d’excès, les repas de fêtes sont l’occasion de préparer un menu spécial. Ainsi, pour plus de la moitié d’entre eux, c’est l’occasion de faire un repas un peu plus élaboré que d’habitude, alors que pour 41% des Français cela reste l’occasion de faire un véritable festin ou de mettre les petits plats dans les grands. Seuls 7% des français interrogés ne préparent pas de repas particulier.
 
Multiplication des repas en famille de plus en plus recomposées, retrouvailles entre amis, repas de fin d’année au bureau... Les occasions ne manquent pas en fin d’année pour consommer plus d’aliments que d’habitude. « Le repas de fête est souvent trop riche en sucres, en graisses et en alcool mais aussi le volume d’aliments ingurgités en grande quantité provoque des sensations désagréables et la dilatation de l’estomac n’est pas extensible à volonté. Cette sensation à la fois de plénitude et d’afflux d’aliments dans l’intestin puis dans le sang conduit à une sensation d’inconfort digestif et parfois cérébral » remarque encore le Dr Pierre Azam.
 
Les troubles digestifs peuvent avoir plusieurs causes, les symptômes sont nombreux et se manifestent de différentes manières. En cas d’excès de nourriture, les Français mentionnent en premier lieu les ballonnements ou la sensation de ventre gonflé (79%), un coup de fatigue (60%), des problèmes de digestion, de reflux (59%), des problèmes de sommeil (56%) ou encore un réveil difficile le lendemain (37%).
 
« Les symptômes après un repas trop copieux sont différents en fonction des personnes et des modes d’alimentation. Certaines personnes ont l’habitude de consommer des aliments riches et supportent donc bien ces excès de nourriture. D’autres le supportent mal et ont des problèmes digestifs, tels que des sensations de lourdeur, de ballonnements, avec parfois des nausées, jusqu’à dans certains cas provoquer de petits malaises » conclut le Dr Pierre Azam.

Problèmes de digestion : à chacun sa méthode !

Pour soulager leur estomac, les Français ont leurs méthodes bien à eux :

- 42% boivent de l’eau gazeuse ou une tisane
- 34% sortent faire une promenade digestive
- 29% font la sieste ou se reposent
- 28% prennent un médicament en cas de symptômes dont 9% en prévention…
- 4% au total prennent un digestif (trou normand, poire, …)
- 23% ne font rien au total.
 
Après un repas trop copieux, le Dr Pierre Azam conseille de :

- boire beaucoup d’eau
- consommer des aliments légers, tels que des bouillons de légumes, des tisanes
- faire un peu d’exercice
- se reposer en cas de fatigue
- au final, s’accorder une phase de jeûne qui est un réflexe naturel la plupart du temps.
 
*Etude Ifop/UPSA réalisée auprès d’un échantillon de 1 001 personnes - représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus – par questionnaire auto-administré en ligne. Du 13 au 15 novembre 2013.


Publié le Lundi 23 Décembre 2013 dans la rubrique Nutrition | Lu 637 fois