Sommaire
Senior Actu

Repair days : les seniors plus enclins à faire réparer

Dans le cadre des Repair Days qui se tiennent actuellement un peu partout en France, Carglass a fait réaliser un sondage intitulé Les Français et la réparation par Opinionway* qui montre que les plus de soixante ans sont plus enclins à faire réparer un objet défectueux que les plus jeunes.


Avant, quand un objet ne fonctionnait plus, on le faisait réparer. C’était une évidence. Machine à laver, voiture, appareil électro-ménager, vêtement, chaine hi-fi… Désormais, on se s’embête plus trop ; on a pris l’habitude de jeter quand ça ne marche plus ! Le fait est que le prix des réparations comparés au prix d’achat d’un appareil neuf est souvent dissuasif.
 
Dans le cadre de la deuxième édition des Repair Days, qui se tiennent actuellement en France (jusqu’au 7 octobre prochain), Carglass, le géant des réparations de pare-brise a réalisé avec Opinionway, un sondage intitulé Les Français et la réparation qui s’est penché sur la question de savoir qui jette et qui répare.  
 
Ainsi, selon ce sondage, les plus de 60 ans seraient nettement plus enclins à faire réparer que la génération des 18/24 ans : 83% des seniors se disent ainsi prêts à faire réparer un objet (64% préfèrent même le faire eux-mêmes) pour lui offrir une deuxième vie contre seulement 58% des jeunes. Le fait est que les ainés ont toujours vécu avec à l’esprit, l’idée qu’un objet se devait d’être réparable et donc… réparé.
 
Les plus jeunes sont nés quant à eux, avec le sentiment que, de toute façon, il est souvent plus simple, plus rapide et moins couteux de racheter du neuf sans se préoccuper de l’aspect réparation (c’est vrai, notamment, avec les objets issus de nouvelles technologies). Ce qui est paradoxal pour une population ultra-sensibilisée aux enjeux environnementaux.
 
Parmi les freins à cette démarche, pratiquement la moitié des Français interrogés lors de ce sondage (48%) pense que le coût d'une réparation risque d'être supérieur au prix d'achat d’un nouveau produit. Autre souci : les sondés ne savent pas vraiment vers qui se tourner pour effectuer une réparation ou se demandent si leur objet est réparable (40%).
 
Toujours selon cette étude, un tiers des Français a le sentiment de jeter trop facilement même si 30% estiment qu’aucun des objets qu'ils ont jetés dans l’année n'aurait pu être réparé. Pour autant, lors d’un achat, plus des trois-quarts (79%) de nos compatriotes optent pour celui d'un appareil réparable. Là encore, surtout les seniors (85%).
 
S'appuyant sur son expérience dans la réparation des bris de glace automobiles, Carglass s'est associé au réseau de réemploi des Ressourceries, dont les 151 points en France collectent 33.618 tonnes de déchets par an, une activité qui représente plus de 2.300 emplois.
 
Pour la deuxième année consécutive, les deux partenaires organisent du 29 septembre au 7 octobre 2017 les « Repair Days », un tour de France pour « sensibiliser les citoyens aux vertus de la réparation : moins de déchets, moins de logistique, moins énergivore, moins coûteux, plus responsable ». La tournée passera cette année par Nantes, Toulouse, Bordeaux, Belfort et Paris.
 
*L'étude Opinionway a été réalisée du 16 au 22 mai 2017 auprès d'un échantillon représentatif de 1017 individus représentatifs de la population française de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.


Publié le Lundi 2 Octobre 2017 dans la rubrique Consommation | Lu 904 fois