Sommaire
Senior Actu

Quand le vieux murmure : court-métrage pour lutter contre les suicides des aînés

Le Centre hospitalier Henri-Laborit de Poitiers a financé la réalisation d’un court-métrage de quinze minutes réalisé par Arnaud Jodier (psychologue) et Patrick Rivière (infirmier). Ce petit film intitulé « Quand le vieux murmure) sera diffusé en fin d’année pour lutter contre le suicide des personnes âgées.


Selon les chiffres du CepiDc-Inserm, 28% des suicides survenus en France en 2010 ont concerné des seniors  âgés de 65 ans et plus.
 
Comme on peut le constater, le taux de suicide des seniors reste donc très élevé dans l’Hexagone, malgré plusieurs plans nationaux successifs de prévention.
 
Afin d’apporter leur pierre à l’édifice et de permettre de lutter contre cette tendance, Arnaud Jodier, psychologue et Patrick Rivière, infirmier ont réalisé un court-métrage intitulé « Quand le vieux murmure ». Ce film d’un quart d’heure réalisé dans une maison de retraite (Château de Cressé) devrait sortir d’ici la fin de l’année. Il permet à des résidents de témoigner, d’évoquer leur quotidien et de s’exprimer sur le suicide... Afin d’identifier, in fine, les facteurs de risque de passage à l’acte.
 
Dans un pays qui vieillit, on comprend que ce phénomène est inquiétant et que si rien n’est fait, le suicide des aînés pourrait s’amplifier dans les années à venir.
 
A ce sujet, en octobre 2013, Michèle Delaunay, ministre en charge des personnes âgées a reçu les propositions du Comité National pour la Bientraitance et les Droits des personnes âgées et des personnes handicapées (CNBD) en matière de prévention du suicide des âgés… En voici les grandes lignes :

- Renforcer l’information et la communication à destination du grand public, notamment sur le fait que la dépression n’est pas une fatalité de l’âge, promouvoir toute action de prévention de l’isolement des personnes âgées, et établir une « charte medias ».

- Améliorer la formation initiale et continue de tous les intervenants auprès des personnes âgées, qu’ils soient bénévoles ou professionnels.

- Mieux valoriser les actions et dispositifs déjà existants sur l’ensemble du territoire, notamment en impulsant auprès des Agences Régionales de Santé la mise en place de liens effectifs entre psychiatrie et gérontologie. 


Publié le Jeudi 6 Février 2014 dans la rubrique Société | Lu 934 fois