Sommaire
Senior Actu

Prix « Lettre à… » 2005 de la FNG : les six lauréats viennent d'être désignés

L’opération « Lettre à… », créée en 2000 par la Fondation Nationale de Gérontologie, qui propose aux personnes âgées de rédiger une lettre sur un sujet qui leur tient à cœur, vient de récompenser les six meilleurs lauréats de cette 5ème édition.


Dans le cadre de cette opération, la rédaction d'une lettre, individuelle ou collective, représente pour les personnes âgées une opportunité d'expression personnelle sur un sujet qui leur est cher. Il ne doit pas s’agir uniquement de récits de souvenirs, mais de l’expression libre de leurs opinions, attentes, critiques précisent les organisateurs.

« Lettre à… » doit permettre de rompre l’isolement, de maintenir le lien social, d'être à l'origine de liens intergénérationnels puisque ces lettres sont lues par tous, y compris les plus jeunes. Les auteurs peuvent ainsi transmettre par écrit leurs réflexions et idées et contribuer à améliorer les relations entre les générations, comme le regard que la société porte sur les personnes âgées.

Résidants en établissements, personnes âgées à domicile et connues des services d'aide à domicile, habitués des Foyers-clubs, tous ont été appelés à témoigner en participant à cette opération nationale.

Pour cette 5ème édition, plus de 462 lettres ont été rédigées, soit 15% de plus qu’en 2004 : une très grande majorité (92%) sont des lettres individuelles rédigées par des femmes (80%). 59 % des auteurs ont plus de 80 ans et parmi eux 14,2% ont plus de 90 ans. Presque la moitié (47%) des auteurs(res) sont des veufs ou des veuves. Enfin, les tranches d’âge qui ont le plus augmenté sont les 60-69 ans (+4,5%) et les 80-89 ans (+3%) indiquent les organisateurs.

La part des récits simples diminue par rapport à 2004 : moins de la moitié (47 %) au lieu de 70 % l’an passé. Plus d’un auteur sur deux (53%) prend position, donne des conseils ou se situe dans la réflexion. Plus de la moitié (53 %) parlent de plaisir et un bon tiers (35 %) sont teintées de plaintes et de souffrance forte ou distanciée. La comparaison passé/présent concerne 47% des lettres, un quart (23%) s’inscrivent au présent et 13,7% au passé et 8,1% sont atemporelles. La nouveauté de cette année est l’importance des lettres faisant référence au futur et faisant des mises en perspectives rétrospective passé/futur, présent/futur et passé/présent/futur (7,5%), précise la FNG.

Cette année, l’objectif des auteurs des « Lettres à… » a été de se livrer à une réflexion pour 62,7% d’entre eux et non pas seulement de transmettre comme les années précédentes. Pour 41%, il s’agit de témoignages d’affection et de reconnaissance et 19 % évoquent des non-dits, des silences familiaux (15,5%) et des propos réparateurs (3,4%)

Les références à la vie familiale passée représentent plus des deux-tiers (69%) alors que celles concernant la vie familiale présente représente à peine un tiers (32 %). Les propos sur la vie en institution sont majoritaires (64%), viennent ensuite les us et coutumes passés et présents (59 %), les faits de sociétés et les souhaits pour le futur 21 %.

Six lettres ont été primées sur les 462 lettres reçues

- Prix Coup de cœur,
Lettre à mes enfants- Meziane - 62 ans
« Vous avez vécu en Algérie tandis que je résidais en France… Cette lettre je voudrais qu’elle dise des choses que j’ai tues pendant des années ….. »

- Prix Réflexion -Transmission,
Lettre à vous – Gabrielle - 95 ans
« ……..je suis bien dans les nuages où je retrouve ceux que j’aime. J’ai hâte d’y aller car là haut on m’attend …. »

- Prix Témoignage de reconnaissance et d’affection,
Lettre à Saint Pierre - Paule - 73 ans
« Je vous écris pour vous demander des nouvelles de mon ami Maurice…c ‘était mon ami. Je savais que nous nous aimions …où que son corps soit…. »

- Prix Confidence
Lettre à ma chère Maman – Anne - 61 ans
« Désespérée je fus quand resplendissante au plus beau jour de ma vie, à la mairie, tu es venue pour t’assurer qu’il n’avait pas deux ou trois femmes voilées à ses côtés, Désespérée je fus quand….. Désespérée je fus quand … Mais je t’aime tant et si désespérément, ma chère Maman»

- Prix Ecriture
Georgette - 83 ans
« An 2005, tu me vois devenue vieille et presque aveugle ……..dis moi toi qui vois clair, fait-il nuit, fait-il jour ?…… »

- Prix Spécial
Alice - 102 ans
« Je ne perds pas la tête, je ne perds pas la tête…. Je marche plus, je ne vois plus et n’entends presque plus, mais je suis contente d’être toujours là »

Lettres_primees_2005.pdf Lettres primées 2005.pdf  (57.54 Ko)



Publié le Mardi 25 Octobre 2005 dans la rubrique Divers | Lu 4788 fois