Sommaire
Senior Actu

Prix Confort de vie : récompense d’un projet de résidence sociale pour travailleurs migrants vieillissants

La Fondation Caisses d’Epargne pour la solidarité et le Crédit Foncier de France viennent de décerner les « Prix Confort de vie » à quatre réalisations immobilières particulièrement attentives aux situations issues de la perte d’autonomie liée à la maladie, à l’âge ou au handicap. L’une d’entre elles, Présence Habitat, a reçu le 1er prix pour son projet de transformation d’un foyer de travailleurs migrants en résidence sociale spécialisée dans l’accueil de publics âgés ou dépendants


« Ouvert du 15 octobre 2005 au 1er mars 2006, le Prix Confort de Vie a suscité 47 dossiers de candidature dont treize ont particulièrement retenu l’attention du jury » indique un communiqué des organisateurs.

Parmi ceux-ci, Présence Habitat (groupe Batigere) à Metz, a reçu le 1er prix d’un montant de 45.000 euros, au titre de la mention développement durable. Il récompense son projet concernant la transformation du Foyer de travailleurs migrants de Fameck (57) en résidence sociale spécialisée dans l’accueil de publics âgés ou dépendants.

Ce projet « répond à une problématique propre à un public vieillissant de travailleurs migrants » précisent les organisateurs de ce prix. .../...

Le projet

Concrètement, il consiste à transformer l’actuel foyer de travailleurs migrants âgés -dont certains sont confrontés à la dépendance, qu’elle soit physique ou psychique-, en une résidence sociale adaptée à la prise en charge des travailleurs migrants vieillissants, handicapés ou avec un état de santé précaire, et de personnes disposant de faibles ressources issues de secteurs géographiques proches (territoire du Val de Fensch, au cœur de la vallée sidérurgique lorraine).

Une orientation vers une structure de type maison de retraite classique ou unités de vie n’est pas envisageable en raison d’une part des coûts (et de la modicité des ressources des personnes) et de leur ancienneté dans la structure qui leur a permis de tisser des liens avec les autres résidents et le quartier.

Le projet souhaite répondre de manière nouvelle à la problématique des personnes âgées, dans la mesure où il s’adresse à un public de travailleurs migrants, au profil social et culturel spécifique, pour lequel il n’existe actuellement aucune réelle solution en termes de prise en charge lors de l’émergence de problèmes de santé liés à l’avancée en âge.

La Vallée de la Fensch constitue souvent l’unique lieu de vie, en France, de ces migrants. La vie au foyer est devenue synonyme d’entraide et de solidarité. Leurs habitudes de vie sont déterminées par cet environnement.

La conception d’un établissement susceptible d’héberger les personnes plus âgées de manière appropriée, en privilégiant la mise en place de services adaptés à leur âge et/ou à leur problématique de santé prend tout son sens dès lors que leur mode de vie est analysé (nécessité de pouvoir continuer à subvenir aux besoins de leur famille restée au pays d’origine, modalités de participation financière à la prise en charge des personnes âgées en établissement de droit commun difficiles, le « reste à vivre » étant modeste, insuffisance du nombre de places disponibles).

Par ailleurs, l’étude réalisée par l’ODTI (observatoire sur les discriminations et les territoires interculturelles) dresse un diagnostic identifiant 152 résidents vieillissants des foyers dont l’état de santé était moyen et 73 pour lesquelles il était jugé mauvais, tous requérant une prise en charge régulière.

Disposant d’une capacité actuelle de 195 places en studettes ou chambres à deux lits et sanitaires communs, la transformation aboutira à la création de 116 logements, 109 studios et des 4T2 et 3T3 partagés. 32 studios et 2T2 disposeront d’un espace sanitaire et d’une kitchenette adaptée aux déplacements en fauteuil roulant. La mise en place d’un ascenseur adapté aux personnes à mobilité réduite permettra de desservir l’ensemble du bâtiment.

A cette problématique sociale s’ajoute le souci de la performance environnementale du bâtiment, à travers trois thèmes: la gestion des déchets et le tri sélectif (pour et avec une population connaissant des difficultés, notamment de déplacement), la gestion de la question du bruit tant intérieur qu’extérieur et la réalisation de « jardins ouvriers » permettant des échanges conviviaux et une appropriation de l’environnement.

Le prix Confort de Vie

D’une dotation globale de 150 000 euros, le prix Confort de vie, récompense des acteurs de l’immobilier particulièrement attentifs à la problématique montante de la prévention de la perte d’autonomie liée à la maladie, à l’âge et au handicap.

Ce prix concerne donc toutes les structures publiques ou privées, amenées à concevoir et à réaliser des unités d’habitation dans une optique durable (les hôpitaux ou cliniques, les maisons de retraites, les associations, les collectivités territoriales, les promoteurs et constructeurs immobiliers par exemple).

Le « Confort de vie » prend en compte l’accessibilité du logement dans ses parties privatives et communes et son adaptation aux situations générées par l’âge, la maladie ou le handicap. Mettre en œuvre des dispositifs innovants facilitant le quotidien des personnes en perte d’autonomie, aider à maintenir le lien social, consulter en amont des réalisations les bénéficiaires finaux, sont quelques unes des caractéristiques du prix « Confort de Vie », qui comporte deux mentions distinctes : « Développement durable » et « Innovation technologique »


Publié le Mardi 23 Mai 2006 dans la rubrique Social | Lu 6361 fois