Sommaire
Senior Actu

Prévoyance : pour les trois-quarts des Français, c’est à l’Etat d’assumer les dépenses liées à la dépendance

Le TNS Sofres présente dans un communiqué, les résultats de différentes études* réalisées au cours des derniers mois sur le financement de la retraite, des dépenses de santé et de la dépendance des Français. Détails.


« Le vieillissement de la population et la volonté de l’Etat de réduire certains remboursements de santé font naître chez les Français des préoccupations sur le financement de leur retraite et le remboursement de leurs dépenses de santé » indiquent les spécialistes de la TNS Sofres.

Néanmoins, précisent-ils, si 40% des Français songent à préparer leur retraite, notamment via une assurance vie ou un achat immobilier, ils tardent encore à passer à l’acte : en effet, seul un tiers (36%) a commencé à la préparer.

D’autre part, plus de trois Français sur quatre (76%) considèrent que c’est à l’Etat d’assumer les dépenses liées à la dépendance. Et plus de la moitié (54%) estime que l’Etat doit aussi financer les dépenses de santé.

Protéger ses proches, transmettre son patrimoine et obtenir un bon niveau de remboursement des dépenses de santé, sont les trois principales préoccupations financières des 35-75 ans

Le niveau de remboursement des dépenses de santé est l’une des principales préoccupations financières (85%), suivie par la transmission de son patrimoine (86%) et de la protection financière de ses proches (87%) des 35-75 ans. Une très large majorité (83%) est également prête à aider financièrement leur famille et 79% s’inquiètent de la préparation de leur retraite. En revanche, la dépendance est moins prise en considération : Un peu plus des deux-tiers (70%) des Français se préoccupent de préparer le risque de dépendance de l’un des proches et 67% de se préparer personnellement au risque de dépendance.

Si la sécurité sociale reste le principal financeur des soins de santé…

La sécurité sociale finance 92% des soins hospitaliers. Pour les autres soins, elle demeure le principal financeur même si sa participation est nettement moins importante (66% pour les soins ambulatoires et 62% pour les biens médicaux). En revanche, les complémentaires santé financent à hauteur de 20% des soins ambulatoires et des biens médicaux. Quant aux ménages, leurs parts s’élèvent à 12% pour les soins ambulatoires et 15% pour les biens médicaux.

… la plupart des Français ont souscrit à une complémentaire santé

Une large majorité des Français (88%), âgés de plus de 18 ans, possèdent une complémentaire santé ; parmi lesquels figurent 41% d’inactifs. Parmi les actifs, près des deux tiers ont souscrit une complémentaire santé via leur employeur (un actif sur trois y a souscrit par « obligation », imposé par l’employeur).

Parmi ceux qui n’ont pas de complémentaire santé, un petit tiers (32%) envisage d’en souscrire une dans les prochains mois. Et les trois-quarts (75%) d’entre eux envisagent de s’adresser à une mutuelle, 20% à compagnie d’assurance et 16% à une banque.

Plus de la moitié (54%) des Français, surtout les plus modestes, considèrent que c’est l’Etat qui doit assumer les dépenses de santé, contre 38% qui estiment que ce sont les Français qui doivent prendre davantage en charge leurs dépenses de santé. .../...
Prévoyance : pour les trois-quarts des Français, c’est à l’Etat d’assumer les dépenses liées à la dépendance

Préparation à la retraite : des Français préoccupés mais qui ont du mal à passer à l’acte, contrairement à leurs homologues Européens

Plus des deux tiers des Français (67%) se disent préoccupés par la préparation financière individuelle de leur retraite. Mais paradoxalement, seuls 36% ont commencé à se préparer tandis que 40% prévoient de le faire. Ces proportions sont très éloignées de celles de l’Europe du Nord (Autriche, Suisse, Pays-Bas) où plus de 85% des habitants ont déjà commencé à se préparer ou sont prêts à le faire.

« A contrario, l’Italie et le Portugal ont des taux encore inférieurs à celui de la France. Cette dichotomie entre le nord et le sud de l’Europe s’explique par le rôle du législateur et/ou de l’employeur dans la préparation à la retraite » soulignent les spécialistes de la TNS Sofres. Et de préciser : « dans les pays du Nord, l’employeur joue un rôle important dans l’accompagnement financier des retraites. En revanche, en Italie, au Portugal et en France, le rôle de l’employeur est marginal (respectivement 15%, 15% et 8%) ».

L’assurance vie et l’immobilier sont toujours privilégiés pour préparer les retraites

Les deux-tiers (66%) des Français (actifs) qui préparent financièrement leur retraite privilégient l’assurance vie. L’achat de la résidence principale arrive en seconde position (56%). « Ces deux produits ont toujours été plébiscités et restent préférés au Plan d’Epargne Actions, PERP ou encore le Plan d’Epargne Salariale » souligne l’institut de sondage.

La dépendance des personnes âgées : L’Etat Providence à la rescousse

Pour plus des deux tiers des personnes âgées de 35 à 75 ans, se préparer au risque de dépendance est un sujet de préoccupation. En effet, 78% des Français de cette tranche d’âge se sentent assez ou très concernés à titre personnel, et 81% le sont pour un proche ou une personne de leur entourage. Actuellement, cette dépendance est financée essentiellement par la branche de l’assurance maladie (39%) et les familles (33%). Le reste étant à la charge des départements (18% via l’APA) et la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie.

Cependant, si 50% de personnes de cette tranche d’âge considèrent que concernant le financement des futures dépenses liées à la dépendance, il faut laisser chacun libre de prendre ses dispositions, les trois-quarts (76%) considèrent que c’est l’Etat qui doit prendre en charge la dépendance via les impôts et les taxes.

Néanmoins, même si les Français comptent sur l’Etat Providence pour financer la dépendance, ils sont de plus en plus nombreux à prévoir une autre « couverture ». Parmi les 35-75 ans, quatre Français sur dix auraient déjà souscrit un contrat d’assurance couvrant la dépendance (soit environ 11 millions de Français) et un sur dix (soit environ 3 millions de Français) envisage de le faire.

Santé, retraite, dépendance : des situations très contrastées et des marges de progrès encore importantes

Alors qu’une très large majorité des Français (88%) est équipée pour ses frais de santé notamment via sa complémentaire, le taux descend à 41% pour le contrat individuel de dépendance (chez les 35-75 ans) et à 36% pour la préparation individuelle de la retraite.

Pour les acteurs de ces marchés, ils existent donc de vraies potentialités. Car si les taux de progression pour la complémentaire santé sont faibles (3% envisagent de souscrire), 11% des 35-75 ans ont l’intention de prendre un contrat de dépendance et 40% des Français envisagent de souscrire un plan individuel de retraite.

* Baromètre Prévoyance Vague Santé réalisé pour la Banque Postale Prévoyance ; Baromètre européen sur la Retraite réalisé pour Fidelity International ; Baromètre Epargne vague 8 réalisé également pour La Banque Postale.


Publié le Mercredi 30 Avril 2008 dans la rubrique Finances | Lu 10990 fois