Sommaire
Senior Actu

Prévention des maladies cardiovasculaires : le nouveau programme de l'Assurance Maladie

L'Assurance Maladie va lancer à partir du mois de mai prochain un programme destiné à améliorer la prévention des maladies cérébro-cardiovasculaires qui va concerner chaque année 2,3 millions d'assurés et leurs médecins. L'objectif de cette nouvelle campagne : mieux prévenir les facteurs de risque cardiovasculaire afin d'éviter ou de retarder la survenue d'accidents cardiovasculaires. Détails.


Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité dans le monde et la deuxième cause de décès en France. De fait, chaque année dans l’Hexagone, 147.000 personnes meurent d'un infarctus du myocarde ou d'un accident vasculaire cérébral malgré les progrès accomplis dans le domaine ces dernières années. Ces pathologies occupent par ailleurs le premier rang des affections de longue durée (ALD) avec 2,8 millions de personnes concernées et concentrent 27% des dépenses consacrées aux ALD, soit 18,7 milliards d'euros de remboursements.

Dans ce contexte, la prévention de ces maladies figure dans les objectifs de la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004. Ce programme a reçu le soutien de la Direction générale de la Santé et s'inscrit dans l'action des pouvoirs publics, notamment le plan ministériel sur les maladies chroniques et le plan ministériel de « prévention et prise en charge des accidents vasculaires cérébraux ».

Pour accompagner les personnes qui sont prises en charge pour une affection de longue durée (ALD), l'Assurance Maladie propose déjà depuis 2008 un service qui concerne pour l'instant les patients diabétiques de onze départements : Sophia, et qui pourrait être étendu à d'autres pathologies. L'objectif de ce service d'accompagnement est d'améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques et de renforcer la prévention des complications.

Le mois prochain, l’Assurance Maladie va donc initier une nouvelle opération qui s'adresse à des personnes qui ne sont pas prises en charge au titre d'une ALD quelle qu'elle soit ou qui ne sont pas déjà traitées pour une maladie ou des facteurs de risque cardiovasculaire. Comme le souligne le communiqué, ce « programme national s'inscrit dans une démarche de prévention primaire qui vise à sensibiliser une large part de la population française aux facteurs de risque cardiovasculaire ».

La démarche adoptée : placer les assurés au coeur de l'action engagée. L'Assurance Maladie va s'adresser directement à eux, en fonction de leur niveau de risque et en les incitant à « agir pour leur santé ». Elle va conforter en même temps le rôle majeur du médecin traitant en matière de prévention car c'est lui qui peut faire l'évaluation du risque cardiovasculaire global encouru par ses patients…


Publié le Vendredi 23 Avril 2010 dans la rubrique Santé | Lu 3650 fois