Sommaire
Senior Actu

Première en France : installation d'un défibrillateur dans un mobilier urbain à Boulogne-Billancourt

Sur une idée conjointe de l'Association RMC/BFM et de JCDecaux, le numéro 1 mondial du mobilier urbain a réalisé l’intégration d’un défibrillateur automatisé externe dans un mobilier urbain pour l'information (MUPI). Ce premier mobilier équipé d'un défibrillateur géolocalisé en France sera installé à Boulogne-Billancourt, Grand-Place, face au 100 Boulevard Jean Jaurès.


Plus de 40.000 personnes meurent chaque année en France d’un arrêt cardiaque extrahospitalier. Dans l’Hexagone, le taux de survie est de 2 à 3%. Pourtant, il dépasse les 20% à Seattle aux Etats-Unis où des défibrillateurs sont massivement installés sur la voie publique. Chez nous, depuis un décret datant du 4 mai 2007, toute personne -même non médecin- peut utiliser un défibrillateur.

Pour Isabelle Weill, présidente de l’Association RMC/BFM, « c'est essentiel que les collectivités locales installent des défibrillateurs accessibles au public car en cas d'urgence, il faut agir vite. Après quatre minutes, chaque minute qui passe correspond à 10% de chance de survie en moins ».

Pour Jean-Charles Decaux, président du directoire et codirecteur général de JCDecaux, « dans le cadre de ses relations avec les collectivités locales, JCDecaux propose du mobilier urbain qui améliore la qualité de vie en ville dans le domaine des transports, de la communication, de l’information, et désormais de la santé publique. A travers cette première, le groupe répond à un enjeu de citoyenneté ».

Pour Pierre-Christophe Baguet, député-maire de Boulogne-Billancourt, « ce projet qui place la santé au cœur de la ville s'inscrit dans cette démarche de solidarité qui façonne notre vouloir-vivre ensemble. C'est une fierté pour tous les Boulonnaises et Boulonnais ».

Un arrêt cardiaque, c'est quoi ? :

Chaque année en France, selon l’Inserm, 40.000 à 60.000 personnes (150 par jour en moyenne) décèdent suite à un arrêt cardiaque extrahospitalier. Cela correspond à la seconde cause de décès en France après le cancer.

L'arrêt cardiaque inopiné est principalement causé par un trouble du rythme cardiaque appelé fibrillation ventriculaire qui peut aussi bien survenir sur un coeur sain que sur un coeur malade : le coeur ne se contracte plus normalement mais se met brutalement à vibrer - à fibriller, ne permettant plus d'envoyer du sang oxygéné à tous les organes et entraînant donc la mort en quelques minutes.

La fibrillation est réversible si un massage cardiaque est effectué avec une ventilation artificielle et si un choc électrique est administré très rapidement. On estime ainsi que 3.000 à 4.000 vies pourraient être sauvées chaque année en France. Par ailleurs, le taux de survie à un arrêt cardiaque est quatre à cinq fois plus élevé dans les pays dont les lieux publics sont équipés de défibrillateurs automatisés externes et la population formée aux gestes qui sauvent.

Pour cette raison, le décret de mai 2007 autorise l'utilisation par le public de défibrillateurs automatiques afin que le premier témoin, quelle que soit sa compétence, et sans formation préalable délivre le plus tôt possible un choc électrique externe pouvant sauver une vie.

Cette première est célébrée aujourd’hui à 12 heures, sur la Grand-Place de Boulogne-Billancourt, en présence de Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la santé et des sports, et de Pierre-Christophe Baguet, député-maire de Boulogne-Billancourt.

Au total, dix MUPI devraient être équipés en 2011.


Publié le Jeudi 4 Novembre 2010 dans la rubrique Santé | Lu 2033 fois