Sommaire
Senior Actu

Premier bilan de la canicule en Belgique : probablement 940 morts

Un premier bilan de l’Institut de Santé publique belge indique que la vague de chaleur qui s’est abattue sur une grande partie de l’Europe en juin et juillet 2006 aurait entraîné en Belgique 940 décès prématurés, principalement chez les personnes de 65 ans et plus.


Comme le souligne cet organisme rattaché au ministère de la Santé belge, « la canicule que nous avons connue en 2006 a battu tous les records de chaleur et une hausse de la mortalité a été enregistrée lors de pics de températures et d’ozone élevés ». Et de préciser que les « cas de décès prématurés durant la période de chaleur se sont principalement manifestés dans la catégorie d’âge des plus de 65 ans, et en particulier celle des 85 ans et plus ».

Ainsi, pour les mois de juin et juillet, l’Institut scientifique de Santé publique dispose de 98,8% des données de mortalité communiquées par les communes belges au Registre national. Ces données sont examinées sur base des variations de températures, des concentrations d’ozone et du nombre moyen de décès attendus.

Pour l’ensemble du mois de juin, il a été relevé un nombre de décès inférieur à la moyenne attendue (-136), indique le communiqué de l'Institut. Cependant, au cours du pic de chaleur qui a frappé la Belgique du 12 au 18 juin, la mortalité a excédé la moyenne attendue (+ 144).

Pour le mois de juillet également, le rapport entre température, pics d’ozone et mortalité est clair. Trois vagues de chaleur (2 – 5 juillet / 17 – 22 juillet / 24 – 28 juillet) ont donné lieu, pour tout le mois, à une surmortalité de 739 cas, dont 501 (ou 68%) concernaient des personnes âgées de 85 ans et plus. Le nombre définitif sera plus probablement aux alentours de 940 morts lorsque toutes les données en provenance des communes auront été intégrées, notamment les décès "post canicule" enregistrés en août.

Et l’Institut scientifique de Santé publique de rappeler qu’à « la suite de la vague de chaleur de 2003, un plan destiné à protéger la population en cas de chaleurs ou de concentrations d’ozone extrêmes avait été mis en place : le Plan Vague de chaleur et Pics d’ozone ». Chaque été, ce dernier met en place « les mesures nécessaires lorsque les concentrations de chaleur ou d’ozone dépassent les seuils fixés. Outre des directives à l’attention du secteur des soins de santé, le Plan contient également des actions visant à informer la population. Chaque automne, ces actions sont évaluées et le Plan est adapté en préparation à la prochaine période estivale ».
Premier bilan de la canicule en Belgique : probablement 940 morts

Conséquence de la canicule en France cette année

Dans l’hexagone, le Samu de France indique que 112 décès ont été directement imputables à la chaleur de cet été, dont 66 personnes âgées de plus de 75 ans (...). Ceci alors que Météo France classe la canicule de ce mois de juillet 2006 juste après celle d'août 2003. Et cet organisme de préciser que « même s'il est impossible d'estimer le nombre de morts évitées (…), 100 fois moins de morts qu'en 2003, pour une canicule juste un peu moins forte, c'est indéniablement un succès ».

Pour aller plus loin, lire aussi :
Gestion de la canicule : un 'succès' selon le Samu de France


Publié le Jeudi 14 Septembre 2006 dans la rubrique Social | Lu 5210 fois