Sommaire
Senior Actu

Pour les 40 ans et plus : le téléphone mobile reste avant tout... un téléphone

Chaque année, l’Observatoire Sociétal du téléphone mobile, créé en 2005, étudie les usages, comportements, discours, valeurs et opinions qui sont associés au téléphone mobile. Cette nouvelle édition fait ressortir plusieurs conclusions et notamment, que les 40 ans et plus ont une relation utilitaire et distanciée au téléphone mobile qui demeure avant tout… un téléphone.


D’une manière générale, indique ce sondage de TNS Sofres, la diffusion du téléphone mobile se poursuit en 2006 : les trois-quarts (77%) des Français de plus de 15 ans utilisent un téléphone mobile personnel ou professionnel contre 72% en 2005 et 50% en 2000. Cet appareil est renouvelé tous les 20 mois en moyenne, mais seulement tous les 33 mois pour les plus de 60 ans.

Ce sondage a également révélé « trois générations originales dans la société française : les 12-24 ans, les 25-39 ans et les 40 ans et plus ». Et la TNS Sofres de souligner que « ces générations sont spécifiques au téléphone mobile et ne se recoupent pas avec les segmentations traditionnelles (adolescents, jeunes adultes, adultes, seniors…). Elles se différencient par leur relation au téléphone mobile, les usages qu’elles en font et les valeurs qu’elles lui associent ».

Ainsi, les 40 ans et plus ont une relation utilitaire et distanciée au téléphone mobile qui demeure avant tout un téléphone : en pratique, il sert à passer et recevoir des appels, un point c’est tout. Dans cette génération, la moitié (49%) des utilisateurs maîtrisent seulement quelques fonctions du téléphone mobile et 17% n’en maîtrisent aucune à part les appels. .../...
Pour les 40 ans et plus : le téléphone mobile reste avant tout... un téléphone

Cette tranche de la population est plus ambivalente sur le téléphone mobile. Les 40 ans et plus lui associent, en premier, la praticité (88%), la sécurité (79%), l’incivilité (77%), la dépendance (76%) et la liberté (71%).

A noter que ces trois générations divergent sur l’usage du mobile dans les lieux publics. Les 40 ans et plus sont une majorité à penser que cette utilisation pose des problèmes : 53% pour les cafés et restaurants, 48% pour les trains, 45% pour les bus et métros. A contrario, les 12 à 24 ans sont une minorité à le penser : 22% pour les cafés et restaurants, 24% pour les trains, 18% pour les bus et métros.

Le seul sujet où la génération ne joue pas, est le comportement avec son téléphone mobile. Quelle que soit l’âge, ce comportement nécessite une phase d’apprentissage de 3 à 4 ans. Au-delà de cette période, l’utilisateur acquiert une maturité qui lui permet une plus grande maîtrise de son mobile.

Enfin, qu’ils soient parents, enfants, grands-parents ou petits-enfants, les Français estiment que le téléphone mobile ne crée pas la relation familiale, mais qu’il la facilite. Son bilan s’avère ainsi positif pour tous les membres de la famille. Il permet par exemple, aux petits-enfants et grands-parents d’avoir une relation directe sans passer par les parents (42% des grands-parents et 38% des petits-enfants).

L’apprentissage de l’objet se fait en famille pour 35% des Français et pour 54% des plus de 40 ans. Il donne lieu à une transmission inversée des enfants vers les parents (46% des plus de 40 ans) et des petits-enfants vers les grands-parents (15% des plus de 60 ans).

Le téléphone mobile est un objet de réassurance, quelles que soient les relations familiales : de parents à enfants (79%), d’enfants à parents (70%), de grands-parents à petits-enfants (67%) et de petits-enfants à grands-parents (68%).

En conclusion, à la lumière de ce baromètre 2006, il apparaît que le téléphone mobile participe d’une dynamique de protection de soi et de ses proches dans un climat de pessimisme. En ce sens, il remplit la fonction d’un « doudou » commun à toute la famille.

Cette étude a été réalisée du 23 au 28 août 2006 pour l'Association française des Opérateurs mobiles auprès d'un échantillon national de 1.224 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 12 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile. Méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage PCS) et stratification par région et catégorie d’agglomération.


Publié le Vendredi 20 Octobre 2006 dans la rubrique Consommation | Lu 4655 fois