Sommaire
Senior Actu

Polyarthrite rhumatoïde : Tofacitinib, une nouvelle molécule prometteuse

Selon une récente étude réalisée à Berlin (Allemagne) pendant six mois sur près de 400 patients (réfractaires au métotrexate), la molécule Tofacitinib aurait entrainé une amélioration rapide et cliniquement significative des signes et symptômes de la polyarthrite rhumatoïde (PR) et de la fonction physique sur six mois...


Les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde en échec de métotrexate sont très souvent traitées par un anti-TNF. Bien que les biothérapies aient révolutionné la prise en charge de ces malades, 50% des patients traités par anti-TNF subissent un échappement thérapeutique ou ont des effets indésirables...

C'est pourquoi les chercheurs et les laboratoires pharmaceutiques s'attellent à découvrir de nouvelles classes de molécules.

Le Tofacinitib est le premier médicament inhibiteur de la famille JAK à avoir reçu une approbation préliminaire de mise sur le marché dans le traitement de la PR aux Etats-Unis en mai 2012.

Le professeur Burmester et ses collègues de l'Université de la Charité à Berlin en Allemagne ont réalisé une étude de phase 3, randomisée contrôlée multicentrique internationale, menée en double aveugle sur six mois, afin d'évaluer l'efficacité et la sécurité du Tofacitinib dans la polyarthrite rhumatoïde.

Ainsi, 399 patients âgés de 18 ans ou plus atteints d'une forme modérée à sévère de la polyarthrite rhumatoïde et ayant une réponse inadéquate aux anti-TNF ont participé à l'étude et ont été traités deux fois par jour par du Tofacitinib à 5 mg, ou à 10 mg, ou ont reçu un placebo. Les chercheurs ont ensuite analysé le taux d'obtention d'une réponse ACR 20 (American College of Rheumatology), le HAQ-DI (Health Assessment Questionnaire-Disability Index), et le DAS 28 comme critère d'efficacité.

Dans cette population réfractaire au métotrexate et traitée par Tofacinicib, on a observé une amélioration rapide et cliniquement significative des signes et symptômes de la polyarthrite rhumatoïde et de la fonction physique sur 6 mois.

Les conclusions de cette étude semblent donc très prometteuses. L'utilisation du Tofacitinib pourrait représenter une alternative efficace et fiable chez les patients atteints de PR répondant mal ou pas aux anti-TNF.


Publié le Mercredi 30 Janvier 2013 dans la rubrique Santé | Lu 1412 fois