Sommaire
Senior Actu

Plus de la moitié des Français (54%) juge nécessaire un recul de l'âge de la retraite à 65 ans

Selon les résultat d’un sondage CSA/CECOP réalisé pour le compte du Cercle des épargnants, plus de la moitié des Français, 54%, pense qu’il faudra à moyen terme, reculer l’âge légal du départ en retraite de 60 à 65 ans…


Prise de conscience douloureuse sur fond de divorce intergénérationnel

Les messages du gouvernement et du Conseil d’orientation des retraites semblent avoir été intégrés par les Français car deux tiers d’entre eux considèrent que le risque de faillite du système est réel. Cette menace est ressentie par toutes les générations (68% chez les 18-34 ans ; 71% chez les 25-49 ans et 58% chez les actifs de plus de 50 ans).

Face à cette situation, les Français rejettent majoritairement (54%) toute baisse des pensions moyennes ou élevées. En revanche, ils considèrent à 64% nécessaire le report de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans et à 57% un allongement à 43,5 ans de la durée de cotisation. 50% des sondés jugent également nécessaire l’augmentation des cotisations.

Les actifs les plus proches de la retraite sont plutôt conservateurs et ne souhaitent pas être touchés par la réforme des retraites, Le recul de l’âge légal de départ à la retraite est plébiscité par les 35-49 ans (68% favorables) quand 53% des actifs des plus de 50 ans y sont opposés.

Intérêt personnel et l’intérêt général ne font pas bon ménage

Si une majorité de Français juge collectivement le report de l’âge légal de départ comme nécessaire pour assurer la pérennité du système de retraite, en revanche, ils souhaitent majoritairement partir avant 60 ans. 58 % d’entre eux souhaitent partir à 60 ans ou avant. Néanmoins, ils sont de plus en plus nombreux à prendre conscience qu’ils seront contraints de partir au-delà de 60 ans (les Français estiment qu’ils partiront à la retraite après 61 ans).

Une majorité de Français demandent au gouvernement de prendre ses responsabilités pour réformer les retraites (55 % contre 43 % qui souhaitent un accord avec les partenaires sociaux).

Echec patent de l’information en matière de retraite

Malgré les efforts réalisés depuis l’adoption de la loi Fillon en 2003, les Français se déclarent mal informés. Ils sont 77% à se déclarer mal informés en 2010 contre 69% en 2009. Les incertitudes générées par les déclarations des pouvoirs publics et des partenaires sociaux aboutit à brouiller la vision des Français sur leur future retraite. Ils ne sont que 23% à avoir une vision claire contre 30% en 2009.

Doutes sur le système mixte (répartition/capitalisation) mais l’épargne demeure une valeur sûre
45% des Français se prononcent, en 2010, en faveur d’un système mixte contre 52% en 2008 et 2009. Ce recul peut s’interpréter que face aux perspectives de réformes, les Français veulent montrer leur attachement à la répartition. Les 18-34 ans sont les plus favorables au système mixte (58%) quand ils ne sont que 37% chez les actifs de plus de 50 ans

Néanmoins, en vue de préparer leur future retraite, les Français souhaitent, en priorité mettre suffisamment d’argent de côté pour disposer de revenus complémentaires (40% contre 38% qui mettent en avant l’idée de travailler jusqu’à la retraite).

Malgré la crise, 53% des Français déclarent épargner pour financer leur retraite. En 2009, ce taux était de 59%. Compte tenu du haut niveau actuel d’épargne (supérieur à 16% du revenu disponible brut), cette baisse peut s’expliquer par la volonté des Français de ne pas prendre de risques. 23% des Français souhaitent épargner davantage par précaution en 2010 et seulement 14% souhaitent puiser afin de soutenir leur consommation.

Parmi les Français qui n’épargnent pas en vue de la retraite, 56% souhaiteraient le faire contre 60% en 2009.
Plus de la moitié des Français (54%) juge nécessaire un recul de l'âge de la retraite à 65 ans


Publié le Mercredi 19 Mai 2010 dans la rubrique Retraite | Lu 1335 fois