Sommaire
Senior Actu

Plan Alzheimer et nouvelle franchise médicale

A l'occasion d'un déplacement à Dax consacré au thème de la prise en charge des maladies liées au vieillissement, le président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé mardi dernier les principales orientations du plan Alzheimer ainsi que la mise en place d’une nouvelle franchise médicale.


A Dax, le président de la République a donc souligné que les principales orientations du Plan Alzheimer seront : la priorité donnée aux efforts de recherche médicale ; la détection plus précoce de la maladie ; et enfin, l'amélioration de la prise en charge des patients.

Nicolas Sarkozy a également demandé au professeur Joël Ménard, 67 ans, ancien directeur général de la santé, de présider la commission chargée d'élaborer le plan Alzheimer dont les premières lignes directrices devraient être connues le 21 septembre prochain.

En matière d’Alzheimer, Arlette Meyrieux, présidente d'Union France Alzheimer a souligné lundi dernier au Premier ministre François Fillon que « malgré quelques avancées, il y a un tel retard qu'il y a encore énormément à faire. (…) Il s'agit de répondre à l'attente du million de malades et de familles concernées ».

Rappelons qu’Alzheimer est la première cause de dépendance lourde chez les personnes âgées et que cette maladie neurodégénérative a progressé de façon spectaculaire au cours des dernières années. Elle touche actuellement plus de 850.000 personnes en France et chaque année, 220.000 nouveaux cas sont enregistrés. Ainsi, d’ici 2020, 1.3 million d’individus devraient être concernés par cette pathologie et 2.1 millions d’ici 2040. .../...
A. Roiné Copyright Service photographique de la Présidence de la République - Tous droits réservés

D’autre part, afin de mieux accompagner les malades, le Président a également insisté sur la nécessité de poursuivre les efforts de lutte contre le cancer, de réaliser des investissements accrus dans le domaine des soins palliatifs et de permettre à l'hôpital de se recentrer sur ses fonctions curatives.

« Ces mesures nouvelles seront financées par des recettes nouvelles, et non par un report de la dépense sur les générations futures » affirme le ministère de la Santé dans son communiqué. Et de préciser que « ces ressources proviendront d'un système de franchises sur les actes, conformément aux principes du programme présidentiel ». Ces dernières s'appliqueront aux postes de dépense les plus dynamiques et « seront d'un montant modeste » ajoute le ministère : de 0,5euros par boîte de médicaments ; de 0,5euros par acte paramédical ; et de 2euros par recours au transport sanitaire.

Conformément au souhait du président de la République, remarque encore le communiqué, ce dispositif s'accompagne d'au moins trois garanties : un plafond global de 50 euros an sera institué, pour protéger les plus malades ; il sera tenu compte de la situation des personnes les plus modestes, bénéficiaires de la couverture maladie universelle, qui en seront dispensés ; de même, les enfants seront exonérés, afin de ne pas pénaliser les familles ; et la prise en charge par les assurances complémentaires santé restera possible, mais sera limitée par un mécanisme de contrat responsable.

Cette franchise entrera en vigueur en 2008 et ses modalités seront présentées dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2008.

Mais cette mesure suscite déjà la polémique à gauche. François Hollande, secrétaire général du Parti Socialiste a dénoncé une nouvelle fois jeudi « l'hypocrisie » et le « cynisme » du gouvernement dans l'annonce des nouvelles franchises médicales, un « impôt supplémentaire » pour « les classes moyennes », qui vont servir, selon lui, à « combler une partie du trou » de la Sécurité sociale. Il estime que cette franchise contraste avec les « milliards d’euros de cadeaux fiscaux qui viennent d'être faits aux plus grosses fortunes dans le paquet fiscal ».

De son côté, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT considère cette franchise comme étant une « mesure particulièrement inégalitaire » et a souligné qu’on « s'éloignerait un peu plus encore des principes de la Sécurité sociale ».


Publié le Jeudi 2 Août 2007 dans la rubrique Santé | Lu 10997 fois