Sommaire
Senior Actu

Piétons seniors : en Suisse, la moitié des tués sont des personnes de 65 ans et plus

Selon une récente enquête du Bureau de prévention des accidents (BPA), en Suisse, 19% des tués sur les routes helvétiques sont des piétons. Et plus de la moitié d’entre eux ont plus de 65 ans. Le principal problème pour ces seniors, est la traversée des routes, surtout à l’intérieur des localités. Dans ce contexte, comment améliorer la prévention ? Détails.


Voici un domaine dans lequel la Suisse n’est pas exemplaire: avec trente piétons de plus de 65 ans tués pour un million de personnes du même âge, la sécurité des seniors n’y est pas particulièrement reluisante en regard de celle d’autres pays d’Europe occidentale.
 
Cependant, la situation est encore pire en Autriche, au Portugal et en Espagne (35 à 45 victimes). Les champions de la sécurité sont les Pays-Bas et surtout la Suède, où le nombre de piétons tués par million de seniors est inférieur de plus de la moitié à celui de la Suisse.
 
Toutefois, en chiffres absolus, la situation des piétons s’est améliorée en terres helvétiques, mais pas aussi rapidement que pour les autres usagers de la route : ainsi, on dénombrait 148 piétons tués en 1992, contre 75 en 2012.
 
L’analyse des piétons grièvement ou mortellement blessés en fonction de l’âge révèle que plus de la moitié d’entre eux ont plus de 65 ans. Les seniors sont donc particulièrement touchés, ce qui s’explique notamment par le risque de décès. De fait, celui-ci augmente considérablement avec l’âge... Parmi les adolescents et les jeunes adultes, seul un piéton grièvement accidenté sur quinze environ succombe à ses blessures. Mais ce rapport s’élève à 1 sur 7 chez les 65–69 ans et même à 1 sur 4 chez les plus de 80 ans !

Piétons seniors : en Suisse, la moitié des tués sont des personnes de 65 ans et plus
Les accidents mortels de piétons sont pour plus de 60% des collisions entre un piéton qui traverse la chaussée et un véhicule qui va tout droit.

Le taux dépasse même 70% chez les plus de 65 ans. Traverser, et non cheminer le long des routes, constitue donc le principal problème, surtout en localité où se produisent 77% des accidents de piétons (87% pour les plus de 65 ans).

Afin de remédier à cette situation, il existe d’une part une série de mesures ayant trait à la technique de la circulation -dont les îlots centraux- qui permettraient de renforcer la sécurité aux passages pour piétons.

La recherche accidentologique au niveau international recommande par ailleurs de signaler clairement aux automobilistes leur perte de priorité, par exemple au moyen de la ligne de « cédez-le-passage ». D’autre part, les possibilités relevant de la technique des véhicules, notamment celles nées des systèmes d’assistance à la conduite, offriront sous peu un énorme potentiel de réduction du nombre et de la gravité des accidents de piétons.

Enfin, si les altérations physiques et psychiques dues à l’âge sont inéluctables, elles peuvent néanmoins être compensées partiellement grâce à de l’entraînement ou à des thérapies.


Publié le Mercredi 24 Avril 2013 dans la rubrique Transports | Lu 1611 fois