Sommaire
Senior Actu

Philippines - Des villages seniors d'avant-garde pour les retraités nippons


Fort de son climat agréable et de sa proximité avec le Japon, les Philippines tentent depuis plus de 5 ans, d’inciter les retraités nippons à venir s’installer dans le pays. Depuis peu, ils ont entamé la construction de villages seniors d’avant-garde où tout est pensé pour séduire ce type de clientèle, indiquait récemment en article du quotidien The Japan Times.

Le secrétariat philippin des Loisirs et des Retraites, va lancer ce mois ci, une grande campagne marketing, visant à promouvoir le pays auprès des retraités japonais, mais aussi de Taiwan, de Chine ou de Corée du Sud afin de les pousser à venir s’installer aux Philippines. Selon la responsable de ce bureau, Mme Leonarda Garcia, les demandes de « visa spécial résident retraité » ne cessent de croître depuis ces trois dernières années. Ce type de visa à entrées multiples permet à son détenteur de résider dans le pays. Depuis 1987, un millier de ressortissants japonais retraités en aurait bénéficié.

Le pays communique essentiellement sur sa proximité avec le Japon (4 heures de vol), sur son climat et sur un coût de la vie moins élevé. Selon les autorités, ces trois paramètres devraient faire des Philippines l’endroit rêvé pour y passer ses vieux jours.

Profitant de l’ouverture de ce marché, des entrepreneurs construisent dans le pays de nombreux villages seniors, qui se veulent d’avant-garde. C’est le cas, dans la ville de Silang, qui se trouve à une quarantaine de kilomètres au sud la capitale, Manille. Les hommes d’affaires, sont clairs « nous ciblons les baby-boomers qui partiront à la retraite à partir de 2007 », pour nous « c’est le meilleur moment pour entamer la construction de ces complexes ». Jusqu’à maintenant quelques habitations ont déjà été érigées dans cette ancienne plantation de café. Ce projet, d’un montant de 5 milliards de yens (37.5 millions d’euros) devrait être terminé pour mars 2008. Un professeur de Japonais s’est déjà installé sur place, afin d’enseigner sa langue aux Philippins, pour qu’ils soient préparés à l’arrivée massive, dans les prochaines années, de nombreux retraités nippons.

Les seniors qui souhaitent s’installer dans ce village devront débourser la somme de 80.000 euros environ. Le président de Philslife Foundation Inc, M. Ricardo Puno, souligne que les « retraités japonais s’installent dans ce club, car ils s’y sentent en sécurité. Ils peuvent y vivre une retraite saine et paisible. Pour la plupart, ils ont travaillé dur pour en arriver là. Ils méritent une retraite heureuse. Nous disposons de programmes qui leur permettent de rester actifs et de se divertir ».

Ces sociétés proposent en effet des activités de jardinage (cultiver ses fruits et légumes), ou encore d’élever du bétail, de faire du sport (trekking, plongée, danse), de l’artisanat (poterie, tricot) voire de faire pousser des essences rares, comme des orchidées, qui peuvent de surcroît être exportées vers le Japon ou d’autres pays. Toujours selon les gérants, tout est organisé pour vivre une vie active, en harmonie avec la nature et en contact avec la population locale.

Autre point important, selon les promoteurs : « nous avons introduit une alimentation moderne et adaptée aux retraités japonais. On les encourage d’ailleurs à partager leurs connaissances et leurs techniques culinaires avec les cuisiniers philippins. »

Le village est par ailleurs équipé d’un complexe sportif et de loisirs, d’un centre de soins, d’une école, d’un centre d’affaires, de fermes et de jardins et même d’une petite usine de production. Une vraie ville dans la ville… Ces complexes sont agrées par le secrétariat philippin des Loisirs et des Retraites

Des « bruits de couloir » semblent indiquer que des projets similaires, destinés aux retraités européens, soient à l’étude en Egypte, en Turquie et au Maroc. Mais nous n’avons rien pu vérifier jusqu’à maintenant.
Philippines - Des villages seniors d'avant-garde pour les retraités nippons


Publié le Vendredi 17 Septembre 2004 dans la rubrique Société | Lu 11263 fois