Sommaire
Senior Actu

Personnes handicapées vieillissantes : un rapport pour une meilleure prise en charge de leurs besoins

Philippe Bas, ministre délégué aux Personnes âgées a reçu cette semaine un rapport intitulé « Une longévité accrue pour les personnes handicapées vieillissantes : un nouveau défi pour leur prise en charge » qui vise à définir les moyens d’une prise en charge adaptée aux besoins de ces seniors et précise les pistes d'un rapprochement entre deux dispositifs disjoints d'aide, de compensation et de prise en charge financière des incapacités, pour les personnes handicapées d'une part, pour les personnes âgées d'autre part.


Ce rapport a été remis au ministre le 11 juillet dernier par Paul Blanc, sénateur des Pyrénées-Orientales.

Il rappelle que la question du vieillissement des personnes handicapées est posée en France depuis une vingtaine d'années, notamment par les professionnels et par les familles, qui se sont alarmés de difficultés concrètes rencontrées à des moments-clés de la vie des personnes handicapées vieillissantes : lorsque de façon précoce, pour certaines personnes handicapées vivant à domicile ou en établissements, les capacités se réduisent avec l'âge, les prises en charge s’alourdissent, contraignant à des modifications des modes de vie et d'insertion ; lorsque les personnes handicapées atteignent l'âge de 60 ans qui constitue, pour diverses prestations sociales comme pour l'accueil dans certains établissements, un âge plafond ; et enfin, lorsque les aidants familiaux, et singulièrement les parents qui leur ont apporté continûment un appui matériel et moral, perdent eux-mêmes leurs capacités ou viennent à disparaître.

Mais, comme le souligne le rapport dans son introduction, le problème posé aujourd'hui par le vieillissement des personnes handicapées prend une nouvelle dimension, du fait de l'ampleur des mutations démographiques et sociales en cours :
- la progression du nombre des personnes handicapées vieillissantes aura des conséquences directes sur le volume global des besoins en établissements et services au niveau national ;
- l'apparition d'une catégorie significativement importante de personnes aux besoins spécifiques nécessitera une adaptation qualitative de cette offre en établissements et services ;
- enfin, dans un pays qui a structuré ses droits sociaux et ses formes d'aide aux personnes en perte d'autonomie en deux dispositifs bien distincts, pour « les personnes handicapées » (implicitement supposées jeunes) d'une part, et pour « les personnes dépendantes » (âgées) d'autre part, l’apparition d’une catégorie intermédiaire composée de « personnes handicapées vieillissantes » contraint à repenser la structure globale du dispositif.

Toujours selon ce rapport, il faut a minima préciser comment ces situations intermédiaires s'articulent avec les systèmes existants. De façon plus ambitieuse, l'évolution démographique conduit à s'interroger sur l'aménagement de ce système dual fondé sur un critère d'âge devenu excessivement simplificateur.
Personnes handicapées vieillissantes : un rapport pour une meilleure prise en charge de leurs besoins

Personnes handicapées vieillissantes : un rapport pour une meilleure prise en charge de leurs besoins
Il convient de souligner, précise ce rapport, que les choix qui seront opérés à court et à long terme ont des conséquences sensibles pour les personnes concernées et leur famille.

Elles ont aussi des conséquences pour les financeurs des dispositifs, principalement l'Etat, l'assurance-maladie et les collectivités départementales, mais aussi les personnes concernées elles-mêmes.

S’agissant de ces enjeux financiers, la question du partage des charges ne peut être perdue de vue : comme sur de nombreux autres aspects du domaine médico-social, il faudra nécessairement aborder la question de l'étendue et des limites de la solidarité (nationale et locale) envers les membres les plus fragiles de notre société.

Concrètement, Philippe Bas a annoncé cinq pistes d’actions suite à la remise de ce rapport :
- il va adresser une instruction aux Préfets pour qu'ils rappellent la règle du maintien dans les établissements, médicalisés ou non, des personnes handicapées (PH) vieillissantes, afin de rassurer les familles ;
- il a annoncé sa volonté de réserver à terme, au moins 10% de places dans les projets de création de places en foyer d'accueil médicalisé ou maison d'accueil spécialisé, pour ces PH de plus de 60 ans ;
- il a indiqué sa volonté de médicaliser les foyers d'hébergement de PH ;
- il a demandé au directeur de la CNSA de lui faire des propositions de formules innovantes permettant un accueil en maison de retraite médicalisée des parents âgés devenant dépendants avec leur enfant handicapé (de plus de 60 ans) ;
- et enfin, il a annoncé une réflexion pour gommer les différences de traitement entre PCH et APA, selon que l'on devient handicapé (par ex: à la suite d'un accident) avant ou après 60 ans.

Le ministre a également annoncé qu’un groupe de travail chargé de réfléchir au financement des besoins des personnes handicapées vieillissantes, qui représente 650.000 personnes, devrait lui remettre ses recommandations début 2007.

De son côté, Paul Blanc préconise –entre autre- le développement de structures réservées aux plus de 60 ans adossées aux foyers d'hébergement de travailleurs handicapés évoluant dans un centre d'aide par le travail, afin que ceux-ci « ne quittent pas en arrêtant de travailler un environnement qui est devenu leur seconde famille ». Il a par ailleurs souligné que pour financer les mesures proposées par ce rapport, « une seule journée de solidarité ne suffira pas ».


Publié le Jeudi 13 Juillet 2006 dans la rubrique Divers | Lu 8935 fois