Santé

Parkinson : Nora Berra présente le plan national d’actions contre cette maladie neurodégénérative


Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée de la Santé, a présenté cette semaine, le plan national d’actions Parkinson 2011-2014.


Suite au lancement du programme d’actions Parkinson en juillet 2011, un comité de pilotage avait été installé.

Ce comité de pilotage interministériel réunit les représentants du ministère chargé de la Santé, du ministère chargé de la Recherche, du ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale, de l’AP-HP, de la CNAMTS, de la HAS, de France Parkinson et de la Fédération française des groupements de parkinsoniens.

Plus concrètement, il doit permettre de mobiliser l’ensemble des acteurs concernés et de préciser les modalités opérationnelles d’atteinte des vingt mesures issues des propositions du Livre blanc élaboré par les associations.

Aussi, pour inscrire cette dynamique dans la durée, Nora Berra a décidé que ce programme d’actions Parkinson sera dorénavant appelé « Plan national d’actions Parkinson 2011-2014 ».

A ce titre, et parmi les actions prioritaires pour 2012, la secrétaire d’Etat chargée de la Santé, a annoncé une structuration de l’offre hospitalière sur deux niveaux d’intervention :
1- Un niveau interrégional de coordination des acteurs, reposant sur 7 centres interrégionaux de coordination qui bénéficieront d’une enveloppe de crédits de 700 000 euros, soit 100 000 euros par centre.
2- Un niveau régional de mobilisation et de coordination de la filière de soins au plus près des malades pour assurer la continuité des soins entre l’hôpital et le domicile.
Pour ce faire, seront délégués des crédits à hauteur de 2,4 M euros pour la prise en charge du Parkinson dans 24 centres régionaux de référence.

De plus, Nora Berra souhaite rappeler que si l’offre de soins est une dimension fondamentale, d’autres actions doivent être soutenues dès cette année pour améliorer la visibilité et la prise en charge de la maladie. Il s’agira notamment de mobiliser les ARS et les acteurs du secteur médicosocial, pour compléter le dispositif de prise en charge, ou encore d’élaborer et de diffuser une mallette d'information sur la maladie, financé par le ministère de la santé.

Lu 10700 fois
Publié le Mercredi 7 Mars 2012




Vos commentaires