Sommaire
Senior Actu

Ostéoporose : le non respect du traitement met des vies en péril et génère des milliards de pertes

Un nouveau rapport élaboré par la Fondation Internationale contre l'Ostéoporose (FIO) décrit pour la première fois les conséquences à l'échelle mondiale, ainsi que les lourds préjudices personnels, économiques et sociaux subis par les femmes qui ne respectent pas leur traitement contre l'ostéoporose. La FIO et la star de cinéma Britt Ekland (L'Homme au pistolet d'or – 1974) déclenchent donc un appel urgent à l'action avec le lancement d'une campagne de résistance.


Selon la FIO, environ la moitié des patients arrêtent leur traitement hebdomadaire au cours de la première année, s'exposant ainsi à un risque accrû de cassure des os et venant par ailleurs creuser encore le gouffre financier que connaissent les divers systèmes de santé.

Ce rapport fait mention du lancement de la campagne de résistance (Staying Power) de la FIO, qui a pour but de remédier au problème majeur de la non adhérence aux traitements contre l'ostéoporose et d'en souligner les lourdes conséquences.

Conséquences du non-respect du traitement

L'ostéoporose est une maladie répandue qui touche une femme sur trois et un homme sur cinq. Il existe un traitement, mais le manque d'adhérence donc il fait l'objet représente un problème majeur dans la lutte contre l'ostéoporose, car nombreux sont les patients qui ont du mal à le poursuivre sur toute la période à long terme recommandée.

Ce manque d'adhérence au traitement est à prendre fortement en considération chez les patients atteints d'ostéoporose, car moins d'un tiers des femmes victimes d'une fracture retrouveront par la suite leur niveau de mobilité antérieur et plus d'un tiers d'entre elles devront avoir recours à des soins constants.

Ce phénomène présente par ailleurs un impact financier significatif dans la mesure où en Europe aujourd'hui, l'ostéoporose représente un budget de plus de 4,8 milliards d'euros annuels en termes de soins hospitaliers -et qu'à moins que le nombre de fractures diminue, ce budget est en passe d'augmenter encore davantage. Chez les femmes de plus de 45 ans, l'ostéoporose est la cause des plus longs séjours hospitaliers devant de nombreuses autres maladies, y compris le diabète, les accidents cardiaques et le cancer du sein. .../...
Ostéoporose : le non respect du traitement met des vies en péril et génère des milliards de pertes

Ostéoporose : le non respect du traitement met des vies en péril et génère des milliards de pertes
La tendance européenne s'étend au reste du monde, entraînant des pertes économiques colossales

Le dossier sur la résistance (Staying Power) repose sur un rapport de la FIO daté de 2005 intitulé « Le défaut d'adhérence : Pourquoi les patients abandonnent leur traitement », qui mettait en avant le problème du manque d'adhérence au traitement au sein de cinq grands pays européens. Ce nouveau rapport établit le fait que la tendance en Europe à la non adhérence est en train de s'étendre au reste du monde.

Ainsi, l'endettement minimum prévu pour 2050 à l'échelle mondiale devrait atteindre 106 milliards d'euros. Plus de la moitié des médecins brésiliens interrogés lors d'une nouvelle étude, dans le cadre du dossier, ont estimé que le coût annuel du traitement des fractures liées à l'ostéoporose s'élèverait à plus de 81 millions d'euros. Au Royaume-Uni, le coût annuel du traitement des fractures ostéoporotiques est compris entre 2,2 et 2,6 milliards d'euros. En Espagne, sont répertoriées environ 25 000 fractures par an, qui génèrent plus de 126 millions d'euros de frais directs et 420 millions d'euros de frais indirects. Entre 2001 et 2003, on a estimé à 2,39 millions le nombre de fractures liées à l'ostéoporose aux États-Unis et en conséquence à 10 milliards d'euros, les dépenses publiques d'assurance maladie. En Australie, les troubles musculo-osseux ont donné lieu à des frais s'élevant à 1,8 milliard d'euros.

Lancement de la campagne de résistance (Staying Power)

La star de cinéma internationale Britt Ekland, qui souffre d'ostéoporose, a rejoint les représentants de la FIO pour le lancement de la campagne de résistance qui s’annonce comme une invitation mondiale aux femmes, aux médecins et aux communautés de patients à unir leurs efforts pour aider les femmes à poursuivre leur traitement sur le long terme et ainsi réduire le risque de cassures inutiles d'os du fait de leur fragilité.

Mlle Ekland, célèbre pour ses rôles dans des films tels que Get Carter avec Sylvester Stallone et le film de James Bond L'Homme au pistolet d'or, a déclaré : « J'ai souffert d'ostéoporose pendant dix ans et j'invite vivement toutes les femmes victimes de cette maladie à se renseigner auprès de leur médecin et de groupes de patients locaux afin de s'informer sur les traitements disponibles et les meilleures méthodes de suivi de la thérapie. »

La régularité de la prise du traitement est connue pour être problématique au niveau de la prise en charge de diverses maladies chroniques, parmi lesquelles l'ostéoporose. « Je connais les retombées dramatiques de l'ostéoporose sur la vie de tous les jours, et si j'ai pour ma part eu la chance de continuer à mener une vie active, je sais que de nombreuses femmes n'ont pas eu cette chance là. Le fait de se conformer à son traitement signifie la possibilité d'éviter le déclin progressif de la mobilité, la douleur chronique, la déformation et la mise à mal de l'estime de soi », a ajouté Mlle Ekland.

La question de l'adhérence au traitement est importante car une fois qu'un os est cassé, la probabilité d'une nouvelle cassure chez le même patient est beaucoup plus forte. Compte tenu du caractère vieillissant de la population mondiale, il est probable que le nombre d'individus atteints de cette maladie s'accroisse au cours des prochaines années, rendant ainsi plus essentiel encore l'encadrement des patients afin que ces derniers tirent pleinement profit de l'action de consolidation des os que leur traitement ne peut leur apporter que sur le long terme.

Jean-Yves Reginster, professeur en épidémiologie, santé publique et économie de la santé, à l'Université de Liège en Belgique et secrétaire général de la FIO, a déclaré : « Les coûts économiques et sociaux engendrés par les femmes qui ne suivent pas leur traitement sont tout simplement impossibles à assumer. Les médecins, les femmes et les groupes de patients doivent absolument unir leurs efforts pour combattre cette situation. Il est essentiel de proposer des traitements contre l'ostéoporose plus agréables pour le patient et de nouvelles méthodes plus encourageantes sont désormais disponibles, comme par exemple des doses plus espacées les unes des autres ».

Paul Spencer Sochaczewski, directeur de la communications pour le compte de la FIO, a rappelé les faits suivants : « Le problème de l'adhérence doit être traité de façon urgente. Au travers de sa campagne de résistance, la FIO appelle les victimes de l'ostéoporose, les médecins, les groupes de patients et les systèmes de santé publics à agir pour faire face aux conclusions alarmantes dégagées dans le rapport qui est aujourd'hui publié. La FIO proposera comme point de départ un rassemblement de ses groupes de patients membres au cours de l'année afin de débattre du problème de l'adhérence, de trouver des solutions adaptées et de les mettre en place au plus vite. Nous invitons tous les individus concernés par l'ostéoporose à faire de même. »

L'ostéoporose, qui rend les os poreux et plus à même de se casser, est une des maladies les plus répandues et les plus débilitantes dans le monde. Ses conséquences : douleur, déclin de la mobilité, incapacité à gérer les tâches quotidiennes et dans de nombreux cas, décès. Une femme sur trois âgées de plus de 50 ans est exposée à une fracture ostéoporotique. C'est également le cas d'un homme sur cinq.

Il est regrettable que les tests de dépistage ne constituent en aucun cas une pratique courante. L'ostéoporose peut dans une certaine mesure faire l'objet d'une prévention. Elle peut aisément être diagnostiquée et il existe aujourd'hui des traitements efficaces.

La Fondation Internationale contre l'Ostéoporose (FIO) s'annonce comme étant la seule organisation mondiale de lutte contre cette maladie. Elle rassemble des chercheurs, des médecins, des associations de patients et des entreprises partenaires. En collaboration avec ses 170 sociétés partenaires, réparties dans 84 lieux distincts, ainsi que d'autres organisations dans le monde liées à la santé, la FIO encourage la sensibilisation et la prévention, le dépistage précoce et l'amélioration des traitements contre l'ostéoporose.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site web : www.osteofound.org

Le rapport Staying Power (résistance) et les activités liées à ce rapport sont financés par une subvention à l'éducation sans restriction octroyée par Roche et GlaxoSmithKline (GSK).

Il existe de nombreux traitements officiellement établis comme efficaces contre l'ostéoporose.

La Fondation Internationale contre l'Ostéoporose (FIO) ne préconise ni recommande aucun traitement en particulier, une telle décision relevant exclusivement de la volonté du médecin et du patient.


Publié le Lundi 29 Mai 2006 dans la rubrique Santé | Lu 3658 fois