Sommaire
Senior Actu

Ostéoporose : efficacité d'un traitement chez les femmes âgées de 80 ans et plus

Un médicament contre l’ostéoporose fabriqué par le laboratoire français Servier, le Ranélate de Strontium, s’avère efficace chez les femmes ostéoporotiques âgées de 80 ans et plus, indique un récent article paru dans le quotidien anglais Daily Mail.


Une étude basée sur 1.500 femmes semble démontrer que le Ranélate de Strontium réduit d’un tiers les risques de fractures ostéoporotiques chez les femmes de 80 ans et plus. Apparemment, ce médicament* pris de manière quotidienne sous forme de poudre diluée dans de l’eau réduirait la perte osseuse et aiderait l’os à se reconstituer.

Il s’agit là du premier traitement contre cette maladie qui obtienne des résultats sur le court et sur le long terme. Dans certains cas, constatent les médecins, les femmes âgées ont même retrouvé une ossature de meilleure qualité qu’avant le début du traitement. Preuve, selon ces spécialistes qu’il n’est jamais trop tard pour inverser l’évolution d’une maladie.

« Ces résultats sont extrêmement satisfaisants. C’est encourageant, c’est la première fois que l’on voit un traitement contre l’ostéoporose efficaces chez des femmes de cette tranche d’âge, qui sont souvent ignorées voire non traitées » constate le professeur Tahir Masud, spécialiste de la question à l’Hôpital municipal de Nottingham en Angleterre. « On peut même envisager de traiter quelqu’un de 90 ans » ajoute-t-il. .../...
Ostéoporose : efficacité d'un traitement chez les femmes âgées de 80 ans et plus

Il y a quatre ans de cela, une femme ostéoporotique de 76 ans, Netta Galvan qui vit dans le sud de Londres, a été la première à recevoir ce traitement. A 80 ans, elle se rend toujours à l’hôpital pour des examens de contrôle deux fois par an. Ses médecins ont constaté que non seulement la maladie avait cessé de progresser, mais que la vieille dame avait même reconstitué une partie de sa densité osseuse.

« Je n’ai plus eu de fracture, pourtant je suis tombé plusieurs fois. Je reste très active, je cultive mon jardin, je suis bénévole dans des associations et j’adore voyager. D’ailleurs je pars en croisière au Groenland le mois prochain. Ce médicament m’a fait du bien et je n’ai pas constaté d’effets secondaires » confie-t-elle au quotidien britannique.

* Ce médicament qui a obtenu en 2004 une autorisation de mise sur le marché (AMM) au niveau européen est une molécule anti-ostéoporotique « qui favorise la formation osseuse en stimulant les ostéoblastes et réduit la résorption osseuse en diminuant le nombre d'ostéoclastes » indique le laboratoire sur son site internet.

L'ostéoporose en quelques mots

L'ostéoporose se caractérise par une diminution de la masse osseuse et des anomalies de la qualité du tissu osseux, qui fragilisent le corps. Cette pathologie se traduit la plupart du temps par des fractures du poignet ou des vertèbres (appelées communément tassements), et du col du fémur. En fait, une grande majorité des fractures de la femme ménopausée sont en réalité des fractures ostéoporotiques.

Compte tenu du vieillissement généralisé des populations dans le monde occidental, cette pathologie est en passe de devenir un véritable enjeu de santé publique. On estime ainsi qu’au moins un tiers des femmes et presqu’un homme sur dix âgés de 50 ans et plus seront confrontés à cette maladie.

Ces accidents doivent être pris très au sérieux, d’une part parce qu’une personne qui s’est « cassée » se cassera si elle n’est pas suivie et d’autre part parce que les fractures du col du fémur par exemple, entraînent de la dépendance dans un cas sur deux et plus grave encore, un décès dans les douze mois dans un cas sur cinq.


Publié le Vendredi 16 Juin 2006 dans la rubrique Santé | Lu 6403 fois