Sommaire
Senior Actu

Organiser sa vieillesse, sécuriser son patrimoine : comment prendre en main son avenir ?

C’est un fait : nous allons vivre et travailler de plus en plus longtemps et davantage de seniors traverseront le 3ème voire le 4ème âge. L’allongement de la durée de la vie est une chance avec ses contraintes et ses risques. L’altération des facultés mentales ou physiques, l’impossibilité de gérer son patrimoine et le cas échéant d’assurer la poursuite de son entreprise sont les préoccupations légitimes de plus en plus de personnes. C’est pourquoi, deux outils novateurs ont vu le jour pour permettre de prévoir son avenir, l’avenir de son patrimoine à la fois dans son intérêt propre et dans celui de ses héritiers ou des entreprises dont il a la charge : le mandat de protection future et le mandat à effet posthume.


Deux textes s’inscrivent aujourd’hui dans une tendance assez nouvelle de contractualisation du droit des personnes permettant une organisation et une personnalisation très poussées des conséquences de l’incapacité ou du décès : le mandat de protection future (loi n°2007-308 du 5 mars 2007) et le mandat à effet posthume (loi n°2006-728 du 23 juin 2006).

Elisabeth Deflers, avocat associée au cabinet Péchenard & associés, fondatrice et présidente de l’Institut du droit de la famille et du patrimoine, passe au crible ces deux nouvelles pratiques qui visent à organiser sa vieillesse et sécuriser son patrimoine et son entreprise.

Qu’est-ce que le mandat de protection future ?

Le mandat de protection future permet à une personne, en pleine capacité de ses moyens au moment de la conclusion du mandat, d’organiser sa vie quotidienne, ses affaires courantes et la gestion de ses biens en cas d’altération à venir de ses facultés mentales ou physiques, et ce, qu’il s’agisse de ses biens mobiliers ou immobiliers, de son entreprise ou de son mode de vie.

Un contrat est signé entre le mandant – sain de corps et d’esprit – et le mandataire qui accepte la mission qui lui est confiée. Mission qui ne prendra effet qu’en cas d’incapacité du mandant à agir seul.

Ce mandat peut revêtir deux formes, les pouvoirs octroyés au mandataire seront différents selon l’option choisie :

- L’acte authentique notarié qui autorise le mandataire à accomplir tous les actes patrimoniaux qu’un tuteur peut faire, à la fois ceux qui peuvent être effectués sans autorisation du juge des tutelles, mais également ceux qui nécessitent une telle autorisation, notamment les actes de disposition (à l’exception des dispositions à titre gratuit).
- L’acte sous seeing privé qui lui, au contraire, limite les actes du mandataire à ce qu’un tuteur peut faire sans autorisation du juge.

Le mandat de protection future peut porter également sur l’exercice de l’autorité parentale d’un enfant mineur, ou sur la « charge matérielle et affective » d’un enfant majeur, voire handicapé.

Qu’est ce que le mandat à effet posthume ?

Le mandat à effet posthume organise, lui, tout ou partie de la succession du mandant après son décès. Le mandataire est une personne physique ou morale qui agit en son nom propre mais pour le compte et dans l’intérêt des héritiers.

Le mandat à effet posthume est nécessairement un acte authentique avec une durée limitée par la loi (deux ou cinq ans, prorogeables par le juge). Ce mandat doit être motivé par un intérêt sérieux et légitime qui peut tenir soit à la personnalité des héritiers, soit à la nature des biens composant la succession. Le mandataire doit être choisi pour ses compétences et son énergie afin qu’il puisse se substituer au mandant. Il aura ainsi la qualité d’exploitant, il remplira sa mission en son propre nom, il pourra acheter et vendre les stocks, gérer le personnel, mais il ne pourra pas accomplir d’actes de disposition. Dans une société, le mandataire n’aura pas la charge de l’exploitation, mais seulement la gestion des titres dépendant de la succession.

Ce mandat est largement encadré par des conditions de forme et de motivation et son champ d’application est limité, le mandataire n’est, par exemple, jamais autorisé à disposer des biens, l’acte de disposition restant l’apanage de l’héritier.

Qu’est-ce qui peut motiver de tels mandats ?

Le mandat posthume comme le mandat de protection future répondent à une préoccupation de sécurisation du patrimoine en cas d’incapacité ou de décès, et à la nécessité d’une certaine continuité notamment lorsque le patrimoine comporte des entreprises.

La mise en place d’un mandat de protection future constitue un réel avantage par rapport à la curatelle et à la tutelle dans la mesure ou le contrat fixe l’étendue des pouvoirs conférés au mandataire et peut permettre de répondre à des attentes particulières du mandant.

Le mandat à effet posthume peut lui être motivé par l’âge des enfants, leur immaturité ou leur inaptitude à gérer le patrimoine du défunt, ou encore la complexité particulière de ce patrimoine, notamment s’il comporte des entreprises. L’entreprise individuelle est, en effet, souvent vouée à sa perte lorsque le chef d’entreprise n’est plus capable de la gérer ou disparaît.

Quels sont les pièges à éviter ?

Ces deux dispositifs qui permettent une individualisation très poussée de la gestion du patrimoine délèguent d’importants pouvoirs aux mandataires. Ils nécessitent une rédaction minutieuse et claire des mandats et un choix très scrupuleux du ou des mandataires dont l’attention doit également être attirée sur la responsabilité et la charge qui leur sont confiées. Dans les deux cas, le mandataire devra être choisi à la fois en raison de la confiance que le mandant porte en lui, mais au delà de cette confiance en raison des compétences particulières du mandataire pour gérer les biens voire les entreprises.

C’est l’assurance que même dans le 4ème âge, dans la maladie ou en cas de décès, la volonté du mandant sera respectée, qu’il ne sera pas soumis aux desiderata d’un héritier ou d’un proche qu’il n’aurait pas choisi.

Certes des conflits pourraient survenir entre les enfants, les héritiers et le mandataire mais une rédaction intelligente, encadrée, conseillée et inspirée, devrait probablement mettre l’ensemble des protagonistes à l’abri d’éventuels désaccords.

Il appartient au rédacteur d’être le plus prévoyant possible, le plus proche des exigences particulières du mandant et le plus adapté au contexte.

Les professionnels ont évidemment un rôle important à jouer dans le conseil et l’assistance de ceux qui sont désireux de prendre en main leur avenir, celui de leur famille et de leur patrimoine.

A propos de Péchenard & associés :

Créé il y a plus de 50 ans par Christian Péchenard, le cabinet d’avocats Péchenard & associés s’est développé autour de quatre départements : communication, entreprise, social, famille & patrimoine. Certifié ISO 9002 depuis 1994 et ISO 9001 depuis 2003, Péchenard & associés compte désormais 6 associés entourés de 16 collaborateurs.


Publié le Jeudi 20 Octobre 2011 dans la rubrique Finances | Lu 2290 fois