Sommaire
Senior Actu

Optimisme tempéré dans les pays industrialisés quant à l'avenir des retraites

Une grande étude sur l’avenir des retraites et les systèmes de santé, qui a été menée récemment dans dix pays industrialisés par l’AARP, montre que globalement les 4.000 personnes interrogées sont d’un optimisme tempéré quant aux capacités de leurs gouvernements à gérer ces grandes problèmatiques.


Cette étude, qui portait sur la confiance des citoyens envers leur gouvernement pour ce qui concerne la gestion des retraites et des systèmes de santé, a été réalisée par l’AARP, puissant lobby américain de 35 millions de membres qui lutte pour la défense des personnes âgées aux USA, entre le 9 mai et le 2 juin 2005 par le biais de 4.011 entretiens avec des citoyens de 30 à 65 ans de dix pays industrialisés : l’Australie, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, la Suède, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Le but de cette étude est de fournir aux responsables politiques et aux organisations non-gouvernementales une meilleure compréhension des attitudes et des comportements de leurs habitants sur la délicate question des retraites, aussi bien au niveau individuel que national.

Et l’AARP d’indiquer que les sondés s’estiment assez peu optimistes quant à l’avenir de leurs pensions et même relativement inquiets quant à la capacité des gouvernements à gérer l’évolution des retraites et des systèmes de soins et de santé.

Selon cette étude, seules 16% des personnes interrogées se disent très optimistes quant à l’avenir des retraites et 41% à peu près optimistes. Parallèlement, deux personnes sur cinq (39%) s’annoncent pessimistes voire très pessimistes. « Cette enquête devrait être une alerte importante pour les leaders politiques. Ils doivent se préoccuper dès maintenant des inquiétudes de leurs concitoyens avant qu’il ne soit trop tard » indique Bill Novelli, Pdg de l’AARP.

La confiance des citoyens dans leur gouvernement, à être capable de payer les pensions générales des retraités actuels atteint le niveau de 5 sur une échelle de 10 points. Par contre l’indice descend à 3.9 pour ce qui est du paiement des retraites dans le futur. En ce qui concerne les remboursements des frais médicaux pour les retraités actuels, l’indice est de 4.5 mais tombe à 3.8 dans les années à venir. L’étude conclut que les gouvernements et autres organismes responsables vont devoir faire un véritable effort en vu de promouvoir une meilleure compréhension des questions liées à la sécurité des retraites.

Les Australiens et les Canadiens sont les plus optimistes concernant leur retraite, contre seulement un peu plus d’un tiers des Allemands, des Français et des Italiens. La fonction, les revenus, l'âge, le statut marital et l'éducation ont tous une influence sur les comportements liés aux retraites.

Alors qu’un bon nombre de sondés expriment un optimisme réservé quant à l’avenir de leurs pensions, il est surprenant de constater qu’un répondant sur cinq (17%) indique n’avoir pas encore envisagé son plan de retraite. Un tiers (33%) y a un peu pensé et un quart (25%) y a beaucoup réfléchit. En Allemagne et aux Etats-Unis, le sujet des retraites est le principal motif des préoccupations. Les Italiens, les Suédois et les Français sont ceux qui s’inquiètent le moins.

Pour les répondants, les gouvernements, les employeurs et les salariés partagent tous une certaine responsabilité en matière de sécurité sur les retraites, mais selon eux, ce sont les responsables politiques qui jouent le rôle le plus important.

Plus de huit personnes sur dix (81%) comptent sur les retraites générales une fois leur carrière terminée et 42% estiment que ces pensions seront leur principale source de revenus. En revanche, un nombre presque identique (39%) estime que ce sera la part la plus faible de leurs rentrées d’argent. Après le régime général des retraites, les sources de revenus les plus souvent citées sont les retraites liées au(x) poste(s) occupé(s) (28 %), les revenus issus de l'emploi (26 %), les plans d'épargne retraite (26 %) et les autres plans d'épargne (25 %.)

L'état de santé général des citoyens et la possibilité d’accéder à des soins de qualité abordables jouent également un rôle dans la confiance accordée en matière de retraite et de qualité de vie, une fois la vie salariée terminée. La moitié (50 %) des personnes interrogées considèrent qu'elles sont en excellente ou en très bonne santé et 31 % la qualifient de bonne. Les Australiens figurent en tête de liste, estimant que leur état de santé est excellent ou très bon, alors que les Italiens, les Allemands, les Japonais et les Français sont beaucoup moins positifs quant à leur état général.

A l’instar des revenus, les sondés estiment que les systèmes de remboursement de soins par le gouvernement vont jouer un rôle majeur dans le paiement de leurs frais de santé une fois à la retraite. Près de la moitié (47 %) de tous les répondants pensent que ces programmes devraient leur permettre de financer la totalité ou quasi-totalité de leurs frais de santé une fois le travail terminé.

« Il est évident que la sécurité des retraites est une responsabilité qui doit être partagée entre les gouvernements, les individus et les employeurs », affirme M. Novelli. « Bien que les futurs retraités semblent encore relativement optimistes, les différents pays ont encore la possibilité d'éduquer leurs citoyens à la question des retraites et ont le temps de trouver des solutions qui pourraient combler l'écart entre le financement disponible des retraites et les besoins futurs. De fait, ils amélioreront également la confiance du public dans leur capacité à aborder ces questions, » conclut-il.
Optimisme tempéré dans les pays industrialisés quant à l'avenir des retraites


Publié le Vendredi 22 Juillet 2005 dans la rubrique Retraite | Lu 2149 fois