Sommaire
Senior Actu

Opération « Lettre à… » de la FNG : résultats de l’édition 2006

L’opération « Lettre à… », créée par la Fondation Nationale de Gérontologie en 2001, a pour vocation de donner la parole aux personnes âgées en leur proposant d'écrire une lettre sur un sujet qui leur tient à cœur, et qui est soumise à un jury. Voici les résultats de cette 6ème édition.


Dans le cadre de cette opération, la rédaction d'une lettre, individuelle ou collective, représente pour les personnes âgées une opportunité d'expression personnelle sur un sujet qui leur est cher. Il ne doit pas s’agir uniquement de récits de souvenirs, mais de l’expression libre de leurs opinions, attentes, critiques.

« Lettre à… » doit donc permettre de rompre l’isolement, de maintenir le lien social, d'être à l'origine de liens intergénérationnels puisque ces lettres sont lues par tous, y compris les plus jeunes. Les auteurs peuvent ainsi transmettre par écrit leurs réflexions et idées et contribuer à améliorer les relations entre les générations, comme le regard que la société porte sur les personnes âgées.

Résidants en établissements, personnes âgées à domicile et connues des services d'aide à domicile, habitués des foyers-clubs, tous ont été appelés à témoigner en participant à cette opération nationale.

Pour cette 6e édition, 582 lettres ont été rédigées, soit 120 de plus qu’en 2005 et six lettres ont été primées (pour les lire, voir le dossier PDF en pièce jointe à la fin de l’article)

Prix Coup de cœur
Gisèle, 103 ans, sans profession (74)
« J'ai 103 ans, maintenant je suis fatiguée. Ce que j'aime c'est me pelotonner au chaud dans mes couvertures (…) et vous toutes, vous voulez que je me lève un peu (…) Vous êtes toutes gentilles, mais ne me demandez pas l'impossible (…) Je suis peut-être "la marmotte" de la maison de retraite, mais sachez que j'en suis fière ». .../...

Prix Réflexion – Transmission
Femme, 87 ans, Pharmacienne (71)
« Je dois t'avouer que j'ai été pour le moins stupéfaite de tes propos à l'encontre des étrangers (…) J'étais pharmacienne et j'ai décidé de m'installer dans le centre commercial proche des grands ensembles qui accueillaient une grande partie d'étrangers. (…) Mes 20 ans d'exercice ont été rythmés par… 17 cambriolages. Mais (…) tu aurais vu ces gens que tu méprises faire le maximum pour s'adapter (…) »

Prix Témoignage de reconnaissance et d’affection
Louis, 87 ans, Gérant logements sociaux (69)
A sa femme « Peut être entendras tu un murmure d'amour (…) Lorsque la maladie t'a terrassée, je ne comprenais pas, je t'ai toujours connue douce aimable gentille (…) Maintenant, je t'aime encore plus qu'autrefois. Vois tu : finissons notre vie en nous aimant ».

Prix Confidence
Ex æquo
- Femme, 93 ans, infirmière, surveillante (92)
« J'attends, j'attends, j'attends… pour aller aux toilettes. On est à la disposition de ces dames. "Attendez, attendez" qu'elles disent, "ne bougez pas, je viens" et je dis "j'attends…", qu'est ce que je peux faire d'autre ? »
- Agnès, 93 ans, plumeuse dans une ferme (41)
« Je voudrais voir ma petite-fille (…) Je sais que depuis 26 ans, elle ne parle plus et que si je la voyais cela changerai les choses (…) J'espère que tu comprendras que moi aussi je suis une maman, et que me priver de ma petite-fille me peine beaucoup (…) »

Prix Ecriture
Jeanne, 75 ans, commerçante (38)
« (…) La lecture a été pour moi une des plus belle chose de la vie (après la famille). (…) En effet à la campagne, à cette époque nous étions pauvres de nourritures terrestres et intellectuelles. (…) Il fallait lire en cachette sinon ma mère nous traitait de fainéants (…) A tous les écrivains, célèbres ou presque anonymes, je dis merci mille fois (…) »

Prix Spécial
Colette, 73 ans, assistante administrative (45)
Lettre à ceux qui sans le savoir ont un malade chez eux !
« (…) après ces quinze jours de séjour, un peu bizarres par rapport aux autres que nous avions connus, nous rentrons chez nous je constate que mon mari a les mêmes difficultés (…) Tant bien que mal j'ai essayé d'aider mon mari pendant 6 ans, je suis allée au bout de mes forces jusqu'en réanimation. (…) Puissent mon expérience et ces quelques conseils servir à quelques uns et les aider ».

A découvrir également, « C’était hier et c’est demain ; Lettres d’anciens jeunes à de futurs vieux » publié aux Editions Tallandier. Il s’agit d’une centaine de lettres des opérations « Lettre à… » des années précédentes regroupées au sein d’un seul volume avec des commentaires.

Le lancement de la nouvelle édition « Lettre à… » aura lieu en janvier 2007.

En intégralité, découvrez la lettre de Gisèle, 103 ans qui a reçu le prix Coup de cœur

Lettre à l'équipe soignante de la maison de retraite

J'ai 103 ans, maintenant je suis fatiguée. Ce que j'aime c'est me pelotonner au chaud dans mes couvertures, et ce que j'aime par dessus tout c'est dormir, c'est bon. Quand je dors je ne vois pas le mal, je rêve de bonnes choses.

Vous, le personnel de la maison de retraite, je vous aime toutes bien. Mais, sachez que j'aime bien faire des grasses matinées, de longues siestes car à mon âge on est très fatigué, on a mal aux jambes, aux genoux. Au lit, je ne sens plus le mal que j'ai dans mes genoux.

J'aime être dans la pénombre car cela m'aide à dormir, il faut dire que la lumière me gêne. Je me repose de plus en plus, c'est normal à mon âge. Je voudrais toujours être dans mon lit, et vous toutes, vous voulez que je me lève un peu. J'essaie de vous dire que je veux rester encore un peu mais ce n'est jamais possible.

Je comprends bien vos raisons mais cela me contrarie, je ne demande pas beaucoup cependant. Laissez-moi tranquille, ne me remuez pas, ne me bousculez pas. Vous êtes toutes gentilles, vous ne me demandez pas l'impossible, mais à mon âge, je n'aspire qu'à une chose, la tranquillité.

Je suis peut-être "la marmotte" de la maison de retraite, mais sachez que j'en suis fière.

Lettres_a____primees.pdf Lettres à... primées.pdf  (110.41 Ko)



Publié le Lundi 4 Décembre 2006 dans la rubrique Divers | Lu 2282 fois