Sommaire
Senior Actu

Olivier Besancenot pour l’instauration d’un « un service public du 4ème âge »

Olivier Besancenot, porte-parole et candidat à la présidentielle de la Ligue Communiste Révolutionnaire plaide pour l’instauration d’un « service public du 4ème âge » et fustige contre les grands groupes de maisons de retraite.


« Nos mamies valent plus que leurs profits », telles sont les affiches qu'Olivier Besancenot et ses sympathisants ont collé sur l’entrée du siège social d’Orpéa*, société de maison de retraite, jeudi dernier à la Défense dans les Hauts-de-Seine.

Le candidat a qualifié le groupe de « vautour ». « Avec une augmentation de 30% des bénéfices en bourse, des actionnaires de maisons de retraite, et c’est ça qu’on est venu dénoncé, il y a actuellement des gens qui se font un pognon extraordinaire sur les dos de nos anciens, et nous on est là pour réclamer un service public du 4ème âge » indique Olivier Besancenot sur le site Internet de sa campagne.

Et de souligner : « il faut savoir que ces dernières années dans les 500 plus grandes fortunes en France, les plus remarquées sont les actionnaires des sociétés privées du 4e âge qui ont fait des progressions parfois jusqu’à plus de 700%. On pense que c’est un domaine dans lequel il ne devrait pas y avoir de business possible et on pense que pour les 500.000 personnes qui vivent de façon dépendante à domicile ou qui vivent en maison de retraite, il y a la possibilité d’un service public du 4ème âge, c'est-à-dire avec un personnel en nombre suffisant, suffisamment formé pour le faire ».

Or, selon le candidat LCR, cela représente « un financement d’à peu près la nouvelle baisse d'impôt sur le bénéfice des sociétés de 33% à 20% que propose Chirac. Et bien cette baisse permettrait de venir en aide à plus d’un million de personnes ». Pour conclure, M. Besancenot a demandé « que l'ensemble des candidats de gauche se déclarent sur le sujet ». .../...

Face à cette position du candidat de la LCR, l’ADEHPA (association des directeurs d'établissements d'hébergement pour personnes âgées) vient d’indiquer dans un communiqué qu’elle « partageait certaines de ses préoccupations » tout en ne se retrouvant pas « dans certaines de ses propositions ». Par contre l’association souligne que ces « déclarations (d’Olivier Besancenot) ont un avantage majeur : il est le seul candidat à s’être exprimé sur le sujet ».

Et l’ADEHPA de remarquer que « tous les candidats se disent soucieux du quotidien des Français mais aucun n’a évoqué pour l’instant les conditions de vie des 1,2 million de personnes âgées fragilisées vivant à domicile ou en établissement, avec leurs familles et les professionnels qui les accompagnent c’est la réalité de 7 à 8 millions de Français qui est négligée dans le débat politique ; n’oublions pas que le quinquennat qui se termine a vu le décès de 15 000 de nos anciens du fait des négligences de notre pays, et que le ou la futur (e) élu (e) aura nécessairement des décisions importantes à prendre puisque le nombre des plus de 85 ans qui est resté stable au cours des 10 dernières années va quasiment doubler dans les 10 prochaines ».

L’association attend donc les propositions des candidats sur ses demandes :
- augmentation du nombre de professionnels en établissement et à domicile,
- augmentation du nombre d’établissements et de services à domicile,
- diminution du coût payé par les personnes âgées et leurs familles en établissement,
- financement de ces mesures par des ressources nouvelles basées sur la solidarité nationale.

*Orpea, est l’un des leaders français dans le secteur de la dépendance vieillesse. Selon le classement du Mensuel des maisons de retraite, le groupe est numéro 2 en France avec 8.605 lits et 94 établissements pour personnes âgées.


Publié le Vendredi 23 Février 2007 dans la rubrique Divers | Lu 5507 fois