Sommaire
Senior Actu

Nouvelle-Zélande - Les seniors, victimes de choix pour les voleurs de cartes de crédits

Face à la recrudescence des vols de cartes de crédit que connaît actuellement la région d’Auckland, et notamment auprès de la population senior, l’association néo-zélandaise Grey Power qui œuvre pour la défense des personnes âgées, se dit préoccupée par cette situation et donne quelques conseils de prudence de base, qui s’avèrent tout aussi valables pour la France.


Et le président de cette association de souligner que les seniors sont particulièrement touchés par ce phénomène. La plupart du temps, le seul butin recherché par les malfaiteurs sont les cartes de crédit. Qu’il s’agisse d’un cambriolage, d’un vol à l’arraché ou lors d’un retrait d’argent liquide dans un distributeur automatique de billets (DAB).

Le premier conseil de base est bien évidemment de ne pas se promener avec son code de carte bleue, et pour ceux qui connaissent vraiment des problèmes de mémoire, de ne surtout pas le mettre ou l’inscrire dans un endroit proche de sa carte de crédit.

Autre conseil, éviter les code PIN trop faciles à deviner. En effet, depuis quelques temps, certains organismes proposent à leurs clients de choisir eux-mêmes le code de leur carte. C’est le cas par exemple de la Société Générale. D’ailleurs, sa campagne de communication met en scène une femme senior, qui une fois à la caisse de son supermarché ne se souvient plus de son code… Elle "appelle" son chien et regarde le tatouage qu’il porte à l’intérieur de l’oreille pour se remémorer son code PIN. Evitez donc les dates ou les années de naissances. Ce sont les premiers chiffres que les voleurs essaient dans les DAB.

Mais les malfaiteurs ne reculent devant rien, et n’hésitent pas à téléphoner à leurs victimes en se faisant passer pour un employé de la banque. Ils tentent alors, sous des prétextes fallacieux, de soutirer aux personnes âgées, le fameux code de la carte sans lequel ils ne peuvent ni payer ni retirer de liquide.

Parmi leurs prétextes les plus courants : « bonjour, je vous appelle de la banque untel, votre carte a été volée, elle bloque actuellement un distributeur de billets, il nous faut votre code PIN pour débloquer la machine » ou « nous avons des raisons de croire que votre carte a été volée, pourriez-vous vérifier s’il vous plait. Pour l’annuler nous avons besoin de votre code ». Mais il semblerait que l’excuse la plus courante soit cette dernière : « bonjour, je vous appelle de la banque untel, votre carte bancaire a été volée, si vous ne nous donnez pas votre code PIN, nous allons devoir prélever X euros sur votre compte ». Parfois, afin de crédibiliser leur discours, ces escrocs se font passer pour des employés du département anti-fraude.

Bien évidemment, toutes les personnes dont les cartes sont volées ou perdues doivent immédiatement le signaler à leur banque ou organisme de crédit. En aucun cas, le code PIN ne doit être communiqué à qui que ce soit. Et surtout pas par téléphone, ni par internet.


Publié le Mercredi 23 Mars 2005 dans la rubrique Finances | Lu 4539 fois