Sommaire
Senior Actu

Nicolas Sarkozy, le président des vieux ? Chronique par Serge Guérin

Le plus jeune président depuis trente ans aurait remporté l’élection grâce aux vieux… Voilà qui assure un avenir électoral radieux au nouvel élu puisque dans les trois décennies qui viennent, il y aura un triplement des plus de 75 ans et un quadruplement des plus de 85 ans ! Plus sérieusement, il est de bon ton, chez certains, de laisser croire que Nicolas Sarkozy ne devait sa victoire qu’à l’électorat des seniors. Ce propos est triplement spécieux.


Notons d’abord que si Nicolas Sarkozy a su capter près des deux tiers du vote des plus de 60 ans, il est majoritaire dans d’autres segments d’âge, comme les 25-34 ans (avec, selon l’étude Ipsos, 57 % de voix), ou à égalité avec Ségolène Royal, chez les 35-44 ans.

L’influence générationnelle des seniors doit donc être plus nuancée… En réalité, chaque candidat a su rallier des suffrages dans toutes les générations puisque dans aucune strate générationnelle, le concurrent a fait 100 %…

Cette approche révèle surtout une vision monolithique et totalement dépassée de l’individu. Il faudrait cesser de raisonner par catégorie d’âge : nos identités sont multiples. L’âge n’est qu’une composante et les effets de génération, mis en exergue par Karl Mannheim dès 1928, tendent à se réduire dans nos sociétés à la modernité accélérée.

L’âge est bien insuffisant pour expliciter des comportements électoraux comme il ne peut déterminer seul nos attitudes de consommation, nos positions culturelles ou nos choix politiques.

Entre un homme actif de 60 ans, né après le second conflit mondial, et une fragile centenaire, qui a connu deux guerres, les différences sont multiples. Nos histoires de vie, nos origines, nos valeurs culturelles, notre situation professionnelle et, plus encore, familiale, explicitent bien plus largement que l’âge nos comportements. Nos identités sont par ailleurs fluctuantes, comme a pu le mettre en avant JC Kaufmann (L’invention de soi, A Colin, 2004) et évolutives. .../...
Nicolas Sarkozy, le président des vieux ? Chronique par Serge Guérin

De même qu’il est aussi réducteur de vouloir massifier les jeunes en un seul ensemble, il est impossible de résumer les plus de 60 ans sur le seul critère de l’âge. Notons en plus que la catégorie des seniors et des vieux recouvre un demi siècle de vie, alors que la catégorie des « jeunes », qui ne regroupe que la tranche des 18-24 ans -quelle est la logique « objective » du découpage arbitraire ?- forme seulement un écart de six ans…

La même étude Ipsos montre par exemple que Nicolas Sarkozy a convaincu 53% des salariés du privé, et seulement 43% de ceux du public. Il a séduit 77% des travailleurs indépendants mais seulement 25% des chômeurs. Or, personne ne vient expliquer que Nicolas Sarkozy, a été élu président grâce aux travailleurs indépendants !

Enfin et surtout, derrière ces discours, perce une tonalité désagréable, jeuniste et pour tout dire raciste. L’idée étant de laisser penser que les plus de 60 ans ne pouvant regarder l’avenir que dans un rétroviseur en noir et blanc : Nicolas Sarkozy sera leur otage et proposera une politique par nature conservatrice.

Or, aujourd’hui, les plus de 60 ans travaillent, s’investissent dans le monde associatif, voyagent, aident leurs enfants comme leurs parents, consomment, séduisent et se laissent séduire, innovent… Certains sont finalement bien moins conservateurs que leurs cadets…

Mieux que sa concurrente, Nicolas Sarkozy a senti les enjeux de la nouvelle donne démographique. Le plan Alzheimer proposé par le candidat n’est pas seulement une initiative nécessaire face au bientôt un million de personnes atteintes. Cela concerne aussi les familles (donc des personnes qui peuvent être « jeunes »). Et comme l’a souvent signalé le Dr Françoise Forette, « ces proches souffrent plus que la personne touchée ».

De ce point de vue, la création d’une cinquième branche de la sécurité sociale pour sécuriser le risque de la dépendance, sera un rendez-vous d’importance de la mandature. Il ne s’agira pas de privilégier une catégorie d’âge mais bien au contraire de sécuriser les jeunes comme les vieux face aux risques de la grande fragilité qui peut nous atteindre à tous les âges.

Serge Guérin
Professeur à l’ESG
Auteur du Grand retour des seniors, Eyrolles


Publié le Lundi 21 Mai 2007 dans la rubrique Chroniques | Lu 3921 fois