Sommaire
Senior Actu

Nantes : un patient atteint d’Alzheimer disparu depuis quatre mois…

A Nantes (Loire-Atlantique), Michel Hervé, un homme de 63 ans atteint de la maladie d’Alzheimer a disparu depuis le 15 février 2011… Quatre mois après, sa famille espère encore le retrouver. Elle a d’ailleurs lancé un blog à cet effet.


Le week-end dernier, la famille et les amis de Michel Hervé se sont rassemblés dans le centre-ville de Nantes pour sensibiliser le grand public à la disparition de cet homme âgé de 63 ans, atteint par la maladie d’Alzheimer.

Rappelons que Michel a disparu le 15 février dernier lors de sa promenade quotidienne près de chez lui à Saint-Herblain… Depuis, aucune nouvelle de cet informaticien à la retraite – adepte de l’auto-stop - qui avait déjà fait une fugue il y a deux ans. Mais il avait été retrouvé le lendemain.

Les proches de Michel Hervé ont d’ores et déjà distribué 15.000 tracts dans les gares, les mairies et les lieux publics… « Nous voulons à nouveau sensibiliser les gens autour de sa disparition, car beaucoup croient qu'il a été retrouvé » a expliqué à cette occasion Yves-Guillaume Hervé, son fils de 38 ans. Ils ont également créé un blog. La justice a ouvert une information judiciaire pour disparition inquiétante.

Nantes : un patient atteint d’Alzheimer disparu depuis quatre mois…
Le taux de « fugue » ou d’ « errance » pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer atteint près de 60%, avec un risque élevé d’issue fatale si les personnes ne sont pas retrouvées rapidement, généralement dans les 24 heures.

On peut distinguer trois grands types de situation de fugues. La première, chez les malades débutants. Un matin, alors que la personne se promène, elle prend exceptionnellement la rue de gauche plutôt que celle de droite. Là, hors de son trajet habituel qu’elle connaît parfaitement, elle se retrouve totalement désorientée. Même si elle se trouve à quelques rues de chez elles.

Deuxième cas, à un stade de la maladie un peu plus avancé. Les malades peuvent confondre le jour et la nuit. Il leur arrive d’aller faire les courses à 2 ou 3 heures du matin. Ils se retrouvent alors en pleine nuit dans une ville qu’ils connaissent, mais où tout est sombre et où il n’y a personne. Ils peuvent être terrorisés et se perdre.

Enfin, dernier cas de figure, à un stade avancé de la maladie, les patients rencontrent des problèmes de mémoire proche. Il n’est alors pas rare de les voir partir à la recherche d’un parent. La plupart du temps il s’agit de leur mère.

Toutes ces « fugues » entraînent des situations épouvantables aussi bien pour les familles que pour les personnes malades. De plus, ces fuites risquent d’augmenter d’autant les troubles de ces patients et peuvent s’avérer mortelles lorsqu’elles surviennent de nuit en hiver.


Publié le Lundi 20 Juin 2011 dans la rubrique Santé | Lu 2987 fois