Sommaire
Senior Actu

Monsieur Bovary par Antoine Billot : une réflexion sur la création littéraire


Monsieur Bovary par Antoine Billot : une réflexion sur la création littéraire
Voici un livre enthousiasmant qui engage la réflexion sur la création littéraire, sur la vie intrinsèque des personnages et sur le droit d’interprétation du lecteur.

L’un des personnages les plus attachants de « Madame Bovary » est Charles. Flaubert en fait un protagoniste essentiel et ignoré. Il peint un être falot, soumis aux événements et à la société, pusillanime. Pourtant on sent qu’il n’est pas tout à fait dupe de sa condition mais Flaubert en dit si peu sur Charles.

Antoine Billot se charge d’en rédiger la biographie. En philologue, il lui donne une existence. Il écrit une fiction étonnante où chaque élément est vérifiable dans le roman, les brouillons, la correspondance et les différentes études. C’est une sorte de « Madame Bovary » vue par Charles. Il est démontré alors qu’il est un véritable héros littéraire, indispensable au roman bien plus qu’un protagoniste. Sans nul doute, le mari d’Emma en sait plus que Flaubert.

Cela donne un récit en jeu de miroirs où se répondent Charles et son créateur. Lorsque Monsieur Bovary « conçoit pour la première fois de s’effacer derrière un alter ego lisse et servile », Antoine Billot comprend à ce moment là l’autonomie prise par Charles dont « la manière en est certes confuse mais suffisamment habile pour que Flaubert lui-même n’en ait pas conscience et se laisse prendre au stratagème de son personnage sans rien comprendre. »

Quant au lecteur, il se trouve en train de lire simultanément un livre d’Antoine Billot, une biographie de Charles, une étude littéraire de Flaubert et de « Madame Bovary ». Il s’approprie son Charles car il en est le démiurge.

Antoine Billot avait écrit en 2003 un excellent ouvrage sur le philosophe Wittgenstein (1). Ce n’est pas un hasard… C’était une gageure de faire un roman à partir d’une œuvre aussi universellement connue que celle de Flaubert. Antoine Billot l’a parfaitement relevée. « Madame Bovary » est une œuvre irréductible. Aussi l’auteur ne la dénature pas, non plus qu’il ne la prolonge. Il l’accompagne

(1) Le désarroi de l’élève Wittgenstein (Gallimard)

Monsieur Bovary
Antoine Billot
Ed. Gallimard, collection « L’un et l’autre »
269 pages
17.50 euros


Publié le Lundi 5 Février 2007 dans la rubrique Culture | Lu 3178 fois