Sommaire
Senior Actu

Mieux connaître les accidents vasculaires cérébraux et sauver des millions de vie

A l'occasion du lancement de l'édition 2006 de la journée de sensibilisation aux accidents vasculaires cérébraux (AVC), organisée à l'initiative de l'International Stroke Society (ISS), des experts demandent que la prévention de cette pathologie deviennent en urgence une priorité de santé publique tant pour la communauté médicale que pour le grand public.


Lors de la Conférence européenne sur les accidents vasculaires cérébraux, les membres de l'ISS ont affirmé qu'une grande partie des 15 millions d'AVC survenant chaque année à travers le monde pourraient être évités par une meilleure éducation de la population et la gestion adéquate des facteurs de risques courants.

Bien que responsable chaque année de 5 millions de décès et d'un nombre équivalent de handicaps lourds, l'accident vasculaire cérébral est une maladie peu reconnue. Largement considéré comme affectant principalement les pays occidentaux, l'accident vasculaire cérébral est aujourd'hui en augmentation rapide dans les pays en développement.

Parmi les facteurs associés à un risque accru d'AVC figurent : l'hypertension artérielle (risque multiplié par 4 à 6), le tabagisme (risque doublé), une alimentation non équilibrée et le manque d'exercice (risques respectivement majorés de 11 % et 50 %). L'âge et des antécédents médicaux de troubles cardiaques ou d'accident vasculaire cérébral antérieur constituent également des facteurs de risques accrus. Une personne ayant déjà été victime d'un AVC court neuf fois plus de risques qu'une autre d'avoir un AVC. La combinaison de plusieurs de ces facteurs augmente plus encore les risques. .../...

La journée 2006 de sensibilisation aux AVC est un appel à un engagement à long terme du grand public et, en particulier, de quiconque estime être à risque de développer un AVC, en faveur de la prévention. Celle-ci est encore plus importante après un AVC. Aussi, l'ISS invite-t-elle toutes les personnes victimes d'un AVC ainsi que leur entourage à prendre ce même engagement. A l'heure actuelle, environ 15% des personnes ayant été victimes d'un AVC décèderont ou seront hospitalises dans l'année en raison de problèmes ultérieurs liés à l'obstruction d'une artère par un caillot (crise cardiaque ou nouvel AVC).

Comme l'explique le professeur Bo Norrving de l'International Stroke Society et de l'hôpital universitaire de Lund, en Suède : « L'accident vasculaire cérébral est une pathologie que l'on peut prévenir dans de nombreux cas. Il est possible de réduire sensiblement le nombre croissant d'accidents vasculaires cérébraux survenant chaque année en sensibilisant les gens aux facteurs de risques et en leur demandant de changer quelque peu leur mode de vie ».

Et d’ajouter : « La prévention est encore plus importante chez les personnes victimes d'un premier accident vasculaire cérébral car le risque de récidive est majoré. Nous invitons les médecins du monde entier à expliquer ces risques à leurs patients, à les aider à adopter un mode de vie sain et, lorsque nécessaire, à prendre les médicaments prescrits ».

L'ISS a ainsi produit de la documentation à l'intention des patients afin de leur apprendre à gérer le risque d'AVC et demande instamment à chacun de réduire dès que possible son risque de développer cette pathologie en : arrêtant de fumer ; en adoptant une alimentation saine, riche en fruits, légumes et fibres, et pauvre en sel, graisses saturées et cholestérol ; en pratiquant 30 minutes d'activité physique, cinq fois par semaine ; en évitant les excès de poids ; en évitant l'abus d'alcool ; pour les plus de 50 ans, en faisant contrôler régulièrement leur tension artérielle, et enfin, en prenant tous les médicaments qui leur ont été prescrits.

Une étude récente souligne que de nombreuses personnes à risques accrues de pathologies telles que crise cardiaque et accident vasculaire cérébral ne bénéficient pas du traitement nécessaire pour réduire ce risque.

Il ressort de la plus grande étude d'observation de patients souffrant de thrombose veineuse (caillots de sang à l'origine de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux) qu'ils ne bénéficient globalement pas assez de traitement à base de statines pour diminuer leur taux de cholestérol élevé, et de traitement anti-plaquettaire visant à réduire les caillots sanguins.

L'étude met également en évidence la prise en charge insuffisante de l'hypertension artérielle (50% des patients présentaient une tension artérielle élevée à leur entrée dans l'étude, un facteur de risques majeur d'AVC).

En outre, l'étude souligne clairement le lien étroit entre l'AVC et certaines pathologies provoquées par l'obstruction d'artères par des caillots. 40% des 19 000 participants à l'étude victimes d'AVC présentaient des problèmes dans d'autres régions vascularisés, comme les artères irrigants le coeur ou les jambes. Ces pathologies ont en commun les mêmes facteurs de risque que l'AVC, et la présence d'une maladie vasculaire dans une région du corps augmente sensiblement le risque d'accident vasculaire dans d'autres organes.

A propos des accidents vasculaires cérébraux

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) constituent une urgence médicale. Il est important de prendre des mesures immédiates et d'appeler le service des urgences des hôpitaux pour recevoir des soins médicaux en urgence. La survie et les chances de guérison sont d'autant plus grandes que les symptômes sont identifiés rapidement et le traitement médical mis en route promptement. De plus, les dommages cérébraux à long terme ont d'autant plus de chances d'être évités que le traitement a été rapide et planifié sur le long terme.

Les accidents vasculaires cérébraux peuvent résulter de l'obstruction d'un vaisseau sanguin par un caillot, réduisant l'irrigation sanguine dans une zone cérébrale (AVC ischémique), ou de la rupture d'un vaisseau, empêchant l'irrigation du cerveau (AVC hémorragique). Dans ce contexte, l'apport en sang et donc en oxygène est insuffisant et le cerveau commence à mourir.

L'AVC ischémique est l'accident vasculaire cérébral le plus courant. Quiconque a déjà été victime d'un AVC présente un risque accru de récidive et/ou de crise cardiaque. Privées d'oxygène et d'apports nutritifs, les cellules nerveuses du cerveau meurent rapidement. Les zones du corps contrôlées par ces cellules cessent alors de fonctionner correctement, entraînant des séquelles parfois permanentes. Il est donc important d'intervenir rapidement afin de réduire au maximum les handicaps physiques et mentaux à long terme.

Si certains facteurs de risques d'AVC, tels que l'âge et l'hérédité, ne peuvent être contrôlés, de nombreux autres peuvent l'être en changeant simplement certaines habitudes de vie, comme par exemple en cessant de fumer, en pratiquant une activité physique, en perdant du poids, en adoptant une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes, ou en prenant certains médicaments contre l'hypertension artérielle notamment. Ces changements ne suffisent toutefois pas à réduire le risque d'AVC chez certains patients.

La prise en charge rapide d'un AVC est un facteur essentiel d'amélioration du pronostic des patients, mais le recours à des traitements à long terme peut également l'être. Outre les statines et les antihypertensifs, les antithrombotiques sont largement utilisés pour prévenir la formation de caillots et contribuer à réduire le risque d'AVC.

International Stroke Society

L'International Stroke Society (ISS) a été créée en octobre 1989 pour répondre au problème de santé publique mondiale que constitue l'AVC. Sa mission est de favoriser l'accès aux soins, promouvoir la recherche et la connaissance afin d'assurer une meilleure prise en charge des victimes d'AVC.

L'ISS compte plus de 1 300 membres originaires de 71 pays. C'est la seule association strictement consacrée à l'AVC officiellement reconnue comme organisation non gouvernementale par l'Organisation mondiale de la Santé. Elle travaille actuellement en étroite collaboration avec la World Stroke Federation, une autre organisation comprenant des groupes de patients parmi ses membres.

Certaines des activités organisées à l'occasion de la Journée de sensibilisation aux AVC sont parrainées par Sanofi-Aventis et Bristol-Myers Squibb.


Publié le Vendredi 19 Mai 2006 dans la rubrique Santé | Lu 6649 fois