Sommaire
Senior Actu

Michel Berger : l’éternel jeune homme qui marqua à jamais le patrimoine de la chanson française

Dans la mémoire collective, Michel Berger restera un jeune homme timide et talentueux. Auteur-compositeur-interprète, il a marqué à jamais le patrimoine de la chanson française. Quinze ans après sa mort, il n’est toujours pas remplacé. En vacances à Ramatuelle, le 2 août 1992, Michel Berger succombe à une crise cardiaque. Il n’a que 44 ans. Son éternelle allure d’adolescent nous ferait presqu’oublier que sa carrière a commencé au tout début des années 60.


Michel-Jean Hamburger, de son véritable nom, n’a que quinze ans et encore lycéen lorsqu’il se présente avec son groupe, des copains de classe, dans des maisons de disques en quête de nouveaux talents.

Lors d’une audition, il est remarqué par Jacques Sclingand, directeur artistique chez Pathé Marconi. Sa mère, brillante pianiste-concertiste, ne s’oppose pas à son choix de devenir chanteur, mais lui demande de ne pas lâcher sa scolarité et de passer son bac.

Son premier 45 tours sort au printemps 63 et ne se fait guère remarquer. Les jeunes sont davantage occupés à regarder ce qui se passe du côté de la place de la Nation, où un certain Johnny Hallyday fait sensation. Ce pseudo aux consonances anglosaxonnes donne à Michel l’idée de s’en choisir un aussi. Il ne cherche pas à s’angliciser, seulement à se démarquer de ce père, professeur de médecine réputé, qui l’a abandonné peu de temps après ses dix ans. C’est avec ce premier 45 tours « Amour et Soda », que Michel Hamburger devient Michel Berger.

Entre 1963 et 1966, Michel Berger passe son bac avec succès, s’inscrit à l’université et enregistre sept 45 tours dont « Tu n’y crois pas ». Titre largement repris sur les ondes d’Europe n°1, dans l’émission culte « Salut les Copains ». À la fin de l’année 1966, Michel Berger devient directeur artistique aux côtés de Jacques Scingland. Il sera bientôt rejoint par Claude-Michel Schönberg et tous deux se partagent le catalogue jeunesse de Pathé Marconi.

Au hasard d’une rencontre, il fait la connaissance de François Bernheim, de Violaine et Véronique Sanson (les filles du député René Sanson). Une amitié formidable se crée et le premier 45 tours du groupe Les Roches Martin sort au printemps 1967. .../...
Michel Berger

Michel Berger
Michel et Véronique ont plaisir à se voir, à discuter et à rester ensemble tard le soir. C’est clair, ces deux-là sont amoureux. Véronique ne vit plus que pour la musique et le plaisir de vivre avec Michel.

Fin 1970, et après un voyage aux États-Unis à la recherche de nouveaux sons, Michel Berger sort son premier album « Puzzle » construit avec le pianiste-arrangeur Michel Bernholc. Ce disque ne remporte pas le succès escompté. Michel quitte la firme Pathé-Marconi pour WEAFilipacchi. Il réalise en 1972 l’album de Véonique Sanson « Amoureuse ». « Besoin de personne », chanson phare de l’album, se trouve propulsée rapidement en haut des hit-parades.

Mais durant la préparation de l’enregistrement du second album, Véronique Sanson disparaît sans crier gare. Partie rejoindre Stephen Stills aux États-Unis, elle laisse Michel Berger qui pour la deuxième fois se sent abandonné.

Ils se parlent désormais par chansons interposées. Avec « Coeur brisés », Michel dit toute la tristesse de sa passion brisée. Véronique lui répond avec « Le maudit ». Dialogue que Véronique perpétuera même après la mort de Michel.

À la demande de Françoise Hardy, il travaille pour elle sur un album dont le titre phare « Message Personnel » reste aujourd’hui gravé dans la mémoire de nombreux fans.

Le véritable tournant de sa vie, il le rencontre avec une jeune chanteuse de la vague yé-yé nommée France Gall. Elle a débuté très tôt dans le métier et a remporté l’Eurovision en 1965 avec « Poupée de cire poupée de son ». Elle se sent, au début des années 70, un peu perdue, mal dans sa peau mais souhaite rencontrer cet auteur-compositeur qui comme elle fait partie de WEA. Elle hésite entre tout arrêter ou donner un nouveau souffle à sa carrière.

De son côté Michel Berger n’est pas très emballé par cette rencontre et préfère son métier de directeur artistique. France Gall finit par le faire céder et durant la période où ils travaillent ensemble, les deux artistes tombent amoureux.

Le fruit de cette collaboration et la confirmation de leurs sentiments sont scellés par l’album « France Gall » qui sortira en 1975 avec des titres tels que « La chanson d’une terrienne », « Comment lui dire » et le tubesque « La déclaration d’amour ».

Michel Berger

Le 22 juin 1976, Michel Berger épouse France Gall à Paris dans la plus stricte intimité. L’accord parfait du couple est en phase avec les nombreux succès que l’on connaît comme « Ça balance pas mal à Paris », le duo légendaire de l’été 76.

Michel Berger cherche depuis longtemps à écrire une comédie musicale. Une première tentative avec un opéra rock (« Angelina Dumas ») inspiré par l’histoire d’une riche héritière enlevée par des terroristes et qui finit par épouser la cause de ses ravisseurs, donnera lieu à un album qui ne sera jamais commercialisé.

Michel Berger s’accroche néanmoins à son rêve et sa rencontre avec Luc Plamandon sera déterminante. Après des mois de travail, l’association Berger/Plamandon donne naissance à « Starmania » dont le casting comporte Daniel Balavoine, France Gall, Diane Dufresne et Fabienne Thibeault. L’album sort en octobre 78 et devient immédiatement un énorme succès, tout comme le spectacle qui quelques mois après, accueillera au Palais des Congrès de Paris plus de 95 000 spectateurs en trois semaines.

Pour le couple, l’année 1978 sera également marquée par l’immense bonheur de la naissance de leur fille Pauline le 14 novembre. L’arrivée de cette petite fille, puis celle de leur deuxième enfant, un petit Raphaël en 1981 obligera Michel et France à une organisation planifiée de leur vie professionnelle. Les deux interprètes sortiront leur album en alternance afin de préserver une harmonie familiale.

Le couple enchaîne les succès « Il jouait du piano debout », « Donner pour donner » (duo avec Elton John), « La groupie du pianiste », « Tout pour la musique », « Débranche », « Le paradis blanc »…

En homme d’affaire avisé, Michel Berger crée son propre label « Apache » qui correspond à ce qu’il a envie de faire et qui lui permet de gérer intégralement l’entreprise Gall/Berger.

Michel Berger
De sa carrière Michel Berger nous aura également laissé en mémoire son côté « humaniste » avec ses nombreuses participations à des actions humanitaires comme « Chanteurs sans frontières » au profit de l’Ethiopie, « Action Écoles » avec Daniel Balavoine, qu’il remplacera comme porte-parole de l’association après la disparition de son ami en 1986 sur le Paris Dakar, ou les « Restos du cœur » avec Coluche.

Puis arrivent des titres de chansons plus forts les uns que les autres dont « Je veux chanter pour ceux qui sont loin de chez eux », « Diego », « Babacar ». C’est encore Michel Berger qui en 1985 signe l’intégralité de l’album de Johnny Hallyday « Rock’n’roll attitude » avec le superbe « Quelque chose de Tennessee ». Deux hommes irrémédiablement opposés dans la vie mais réunis par la musique.

Fort du succès de Starmania, le tandem Berger-Plamandon lance en 1990 leur nouvel Opéra-Rock avec « La légende de Jimmy », inspiré de la vie de James Dean, avec comme vedette principale la québécoise Diane Tell.

L’attente aura été longue et personne n’y croyait plus. « Double jeu » réunit Michel Berger et France Gall en 1992, avec pour la première et dernière fois les deux artistes en duo. Cet album donnera lieu à un concert privé à Paris le 22 juin, en avant-première d’une tournée prévue à l’automne. Mais, le 2 août 1992, Michel Berger, en vacances à Ramatuelle, est terrassé par une crise cardiaque après un match de tennis.

France Gall aura le courage de monter, seule, sur la scène de Bercy en 1993. Ultime hommage qu’elle rendra à l’artiste et à l’homme de sa vie avant de se retirer définitivement, après la mort de leur fille en 1997, de la scène musicale.

Article rédigé par Liliane Boyer


Publié le Vendredi 16 Novembre 2007 dans la rubrique Culture | Lu 28638 fois