Sommaire
Senior Actu

Ménopause : pour une chevelure pleine de vitalité et d’éclat malgré les changements hormonaux…

Le laboratoire Ménophytéa, qui propose un complément alimentaire entièrement naturel visant à réduire les effets de la ménopause sur les cheveux fait le point sur ce trouble que peuvent rencontrer les femmes après la cinquantaine et ce, afin de les accompagner dans cette étape de la vie. Pour leur permettre de la vivre au mieux....


Ménopause : pour une chevelure pleine de vitalité et d’éclat malgré les changements hormonaux…
« Depuis la ménopause, ma chevelure n’est plus la même. J’ai l’impression que son volume a diminué de moitié, ce qui me complexe énormément. Et comme mes cheveux sont longs, c’est encore plus difficile à vivre. Du coup, je triche au maximum avec des queues de cheval et des mousses volume, mais impossible de retrouver le volume que j’avais avant… » déplore Claudine, 58 ans.

De fait, « au moment de la ménopause, l'organisme féminin ralentit la sécrétion d'oestrogènes, tout en continuant à produire des hormones masculines, comme la testostérone qui accélère la pousse du cheveu, au détriment de sa qualité. Le follicule pileux a ainsi du mal à suivre la cadence imposée. Le cheveu cède alors sa place à un petit duvet, notamment autour de la raie, pour les cas les plus marqués. Pour les autres, ce phénomène se traduit par une chevelure moins épaisse, légèrement clairsemée » remarque Sophie Lafay, responsable R&D Phythea.

L'avis de l’expert : Sam Benoliel, dermatologue (Paris 8e)

L'entrée en ménopause se caractérise par une diminution du taux d'hormones féminines (oestrogènes et progestérone) dans le sang. Ce bouleversement hormonal a des conséquences multiples : bouffées de chaleur et sueurs nocturnes, sécheresse vaginale, insomnies, prise de poids, etc.

D'un point de vue dermatologique, la ménopause et son bouleversement hormonal impactent la peau et les cheveux. De par la raréfaction des oestrogènes, la peau a tendance à devenir moins souple, elle perd de son élasticité et devient plus sèche. Le développement capillaire quant à lui, sous gouvernance hormonale, est aussi soumis au bouleversement de la ménopause.

En effet, les androgènes (hormones masculines présentes chez la femme) se retrouvent en excès et vont accentuer la perte de densité des cheveux et à terme leur chute. Les cheveux deviennent plus fins, perdent de leur éclat et vont jusqu'à se raréfier dans certaines zones. La masculinisation du corps favorise également la production de sébum, qui autrefois protecteur, empêche le développement optimal de la jeune pousse en l'étouffant.

D'une manière générale, les vitamines du groupe B, les vitamines aux propriétés antioxydantes commes la vitamines C ou E, des oligoéléments comme le zinc ou encore les acides aminés soufrés sont des nutriments indispensables à la bonne synthèse de la kératine, constituant majeur du cheveu. Ces nutriments sont disponibles à travers une alimentation variée et équilibrée. Toutefois, un supplémentation peut s'avérer nécessaire à des périodes ponctuelles. Les expositions au soleil prolongées sont déconseillées au même titre que les colorations, défrisages, permanentes ou autres agressions capillaires trop fréquentes.

Trois questions à... Sylvain Ménoret, coiffeur à Paris*

Quels changements constatez-vous sur le cheveu d'une femme ménopausée ?

En règle générale, ses cheveux sont secs, poreux, souvent mousseux. Ils deviennent ternes et sans éclat. On peut constater également dans un grand nombre de cas que la chevelure est moins abondante, sans volume.

Que pouvez-vous leur conseiller comme astuces de coiffage ?

Tout d'abord, une bonne coupe, c’est-à-dire, adaptée à leur type de cheveux, qu'ils soient longs ou courts. Je leur conseillerais donc des volumes plus ronds, plus souples, des coiffages au doigt, repris soit à la brosse chauffante soit à la brosse traditionnelle (cette dernière étant moins facile réaliser). De plus en plus, les coiffeurs proposent des cours de brushing et de coiffage, cela peut s'avérer efficace à cette période de grands bouleversements hormonaux. Enfin, la bonne vieille méthode des « rouleaux » permet également de donner des volumes naturels grâce à la pose de bigoudis sur les racines.

Quels soins à faire chez soi ou au bac ?

A la maison, il est préférable d’utiliser un shampoing pour cheveux matures. Et de faire régulièrement des soins. Dans ce cas, rien n'égale un diagnostic en salon pour un traitement parfaitement adapté aux spécificités de chaque cheveu et de chaque cuir chevelu. Chez le coiffeur, il existe différents traitements qui apporteront brillance, volume et éclat, de manière plus durable. Pour ma part, je privilégie les soins à base de kératine et de protéines. De plus, je recommande des traitements anti-chute associés à des compléments alimentaires deux fois par an (automne et printemps). Toutes ces bonnes habitudes permettront de ralentir et réduire les effets de la ménopause sur le cheveu.

*« Le S » - Sylvain - 34 rue de Bassano - 75008 Paris - Tél. : 01 40 70 12 60


Publié le Lundi 1 Août 2011 dans la rubrique Bien-être | Lu 12625 fois