Sommaire
Senior Actu

Mémoire : de la force des odeurs !

Un effluve d’eau de toilette qui flotte dans l’air, une odeur de cuisine ou encore le parfum de l’iode… Les senteurs ont le –fort- pouvoir de nous replonger en quelques millisecondes dans le passé ! Afin d’en savoir plus sur ce phénomène qui nous concerne tous, le Centre de recherche en neurosciences de Lyon (Inserm) est parvenu à mettre au point un protocole expérimental permettant d’illustrer ce processus en laboratoire.


Mémoire : de la force des odeurs !
On a tous connu ça… Une odeur (agréable ou pas d’ailleurs) qui flotte dans l’air, et immédiatement, on se souvient d’une personne, d’un lieu ou d’un moment.  
 
Cependant, si le phénomène est bien connu, on ne sait pas encore très bien comment l’expliquer…
 
Ainsi, des chercheurs de l’Inserm ont décidé de s’attaquer à ce problème et sont parvenues à mettre en place un protocole expérimental réalisable en laboratoire. Pour le moment, ces travaux n’ont pas d’application médicale directe.
 
Toutefois, la mémoire épisodique est très vite abîmée dans la maladie d’Alzheimer. Mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à cette mémorisation et à la restitution des souvenirs permettrait donc –probablement- de progresser dans la compréhension des processus pathologiques.
 
Comme le soulignent les responsables de cette recherche : « Nous savions déjà plusieurs choses sur les odeurs. Par exemple, elles ne génèrent pas plus de souvenirs qu’une image ou un son, mais ces souvenirs sont souvent plus riches en émotion et peuvent être très anciens. Ils peuvent remonter à la petite enfance, alors que d’autres stimuli ne permettent fréquemment de remonter qu’à des souvenirs datant de l’adolescence ».
 
Et de préciser : « en outre, les souvenirs associés aux odeurs sont souvent épisodiques et enfouis. Ils ne sont pas verbalisés et resurgissent tout à coup de façon très fidèle, en nous faisant voyager dans le temps. A l’inverse, un souvenir associé à un paysage ou une musique est plus fréquemment raconté, décrit et subit alors des distorsions qui lui font perdre de son intensité. Grâce à notre protocole nous montrons que plus l’émotion portée par l’odeur est intense, plus le souvenir est détaillé ».


Publié le Mardi 5 Août 2014 dans la rubrique Santé | Lu 714 fois