Sommaire
Senior Actu

Maltraitance des seniors, le 15 juin 2006 devient la 1ère Journée mondiale de lutte contre ce fléau

Alors que la maltraitance des aînés touchent chaque année des milliers de personnes âgées, que certains spécialistes craignent même que ces actes de violence physique ou psychique ne deviennent dans quelques années, le « crime du 21ème siècle », le Réseau International pour la Prévention de la maltraitance des adultes âgés (INPEA) organise en ce 15 juin 2006, cette 1ère Journée mondiale contre la maltraitance des seniors qui sera gérée en France par la fédération Alma France.


« Lors de cette journée mondiale, il n'y aura pas une manifestation en particulier, mais des centaines de petits évènements partout en France et dans le monde. Les centres ALMA et ALMA France vont organiser, avec leurs petits moyens financiers, dans leur environnement géographique des conférences, des rencontres de professionnels, du grand public, des conférences de presse, et ainsi faire circuler la parole autour de ce thème méconnu, surtout du grand public » précise Françoise Busby, directrice d'ALMA France, réseau d'écoute pour les personnes âgées victimes de maltraitance.

« Aucune action n'est insignifiante, il est important de parler de tout cela sans violence, sans haine, sans rancœur, car sous le mot "maltraitance", c'est d'abord le mot "souffrance" qu'il faut mettre en avant, celle des personnes âgées, de leurs familles, des professionnels qui les entourent » ajoute-t-elle encore, sachant que selon différentes études internationales, on considère qu’une personne âgée sur vingt est victime d’abus ou de maltraitance dans le monde.

Mais que se cache-t-il exactement sous ce terrible mot. L’INPEA définit ainsi ce fléau encore très largement tabou : « Toute souffrance exercée sur un adulte âgé, mettant en danger le bien-être physique, émotionnel, spirituel ou social d’une personne. Les formes de maltraitance peuvent inclure, mais ne pas se limiter à des maltraitances physiques, sexuelles et émotionnelles, des abus financiers, la négligence, de l’intimidation, la domination, la discrimination, et l’auto - négligence. » .../...
Maltraitance des seniors, le 15 juin 2006 devient la 1ère Journée mondiale de lutte contre ce fléau

Maltraitance des seniors, le 15 juin 2006 devient la 1ère Journée mondiale de lutte contre ce fléau
Dans cette définition, sont résumées toutes les formes de maltraitance qu'ALMA France entend au téléphone en permanence : maltraitances physiques (coups, brûlures, marques de liens, parfois dénutrition, déshydratation), psychologiques (infantilisation, chantage, punition, irrespect), financières (vols, détournements de fonds, procurations abusives), médicales ou médicamenteuses (excès ou carence de médicaments, d'examens, de soins), civiques (atteintes aux droits de la personne, contention, enfermement), enfin négligences (manque d'aide dans les gestes quotidiens – toilette, habillage, nutrition, mobilité).

« Les personnes les plus fragiles, vulnérables, incapables de se défendre ou de réagir sont des victimes désignées, et plus particulièrement quand il s’agit d’abus financiers » indique de son côté l’association Les Petits frères des Pauvres qui accompagne près de 8.000 personnes dans l’Hexagone. Et de préciser que « ces malveillances sont souvent des actes anodins, discrets et invisibles dont le préjudice est généralement ignoré des victimes âgées parce que ces malhonnêtetés répétées restent le plus souvent à la limite de la légalité ».

A Nantes, l’association s’est donc engagée depuis dix ans dans une démarche d’alerte. Le travail en réseau avec des partenaires, dont ALMA ou les associations de consommateurs, a ainsi permis de venir aide à des dizaines de personnes.

Par ailleurs, une large consultation est en cours dans le réseau des Petits frères des Pauvres. Entre mars et début juin 2006, trente-quatre cas de maltraitances financières ont été recensés par cet organisme, dont neuf vols, cinq escroqueries, six extorsions de fonds, quatre relevant de la gestion des tutelles (refus d’argent de poche, détournement de fonds au profit du tuteur, besoins matériels de la personne non pris en compte) et dix concernant divers abus (notamment des cas d’appropriation de biens par la famille, captations d’héritage, faux testament, problèmes liés aux aides ménagères…).

« La violence est une énergie présente en chacun de nous » déplore Mme Busby. « Les maltraitances surgissent quand cette violence n'est plus canalisée et qu'elle empêche à toute liberté de s'exprimer, même au préjudice d'autrui. Mal traiter un être humain, qu'il soit jeune ou moins jeune, dépendant physiquement, psychiquement ou non, n'est pas acceptable dans notre société ».

« Parlons-en, réfléchissons à la manière dont nous voudrons être traités quand nous serons vieux nous-mêmes. S'il est bon de chercher l'enfant en soi, cherchons aussi le vieillard ! Dignité et respect sont les deux mots-clef, c'est à dire respecter l'autre et être respecté, préserver la dignité de l'autre et rester digne. Ainsi, la vieillesse pourrait être vécue avec plus d'acceptation et de sérénité » conclut Françoise Busby.

Pour en savoir plus, consultez les sites internet www.inpea.net et www.alma-france.org.
ALMA France
BP 1526
38 025 – Grenoble cedex
Numéro national : 08 92 68 01 18


Publié le Jeudi 15 Juin 2006 dans la rubrique Société | Lu 6339 fois