Sommaire
Senior Actu

Maladies cardiovasculaires : les recommandations de la Fédération Française de Cardiologie (Partie 2)

Mieux répondre à l’urgence, accompagner les cardiaques dans la réadaptation, lutter contre les inégalités dans la prise en charge… La Fédération Française de Cardiologie (FFC) présente ses recommandations et interpelle les pouvoirs publics sur l’urgence de la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre les maladies cardiovasculaires, à l’occasion de la 6ème édition de son Donocoeur. Détails (partie 2).


Les femmes, ces grandes oubliées de la maladie cardiovasculaire

Maladies cardiovasculaires : les recommandations de la Fédération Française de Cardiologie (Partie 2)
Les maladies cardiovasculaires constituent aujourd’hui la première cause de décès chez les femmes dans les pays industrialisés. En comparaison avec le cancer du sein, ces pathologies sont 8 fois plus meurtrières. En constante augmentation, elles touchent les femmes de plus en plus tôt. Cette situation s’explique par les modifications comportementales notamment l’alimentation, les facteurs psycho-sociaux, l’exposition au tabac mais aussi la négligence de certains facteurs de risque (diabète, étapes hormonales…) et un défaut de prise en charge manifeste.
 
Pour ralentir la prévalence de maladies cardiovasculaires chez les femmes, la FFC met l’accent sur cinq points essentiels :

Déclencher une prise de conscience et optimiser le dépistage

Les symptômes chez les femmes sont atypiques. C’est la raison pour laquelle ils ne sont pas bien dépistés par les professionnels de santé et négligés par les patientes elles-mêmes. En effet, l’asthénie, les difficultés à respirer, la fatigue générale ou à la marche, les troubles du sommeil ou de l’humeur, les douleurs digestives… ne sont pas perçus, chez la femme, comme des signes avant-coureurs d’une maladie cardiaque. Une thèse datant d’octobre 2014 évaluant les connaissances du risque cardiovasculaire spécifique à la femme en médecine générale argumente la sous – estimation de ce risque cardiovasculaire chez la femme par le médecin généraliste.
 
L’objectif final de ce travail était de sensibiliser les médecins généralistes à la spécificité du risque cardiovasculaire de la femme afin d’améliorer les pratiques professionnelles. Un questionnaire en ligne a été diffusé à un panel de médecins généralistes libéraux du Nord-Pas-de-Calais entre le 20 octobre 2013 et le 18 février 2014. Les résultats montrent que les médecins généralistes avec un score de 12,40 sur 20 sur les spécificités du RCV de la femme et de 11,87 sur 20 au score « hormone » peuvent encore améliorer leurs connaissances.
 
Améliorer la prise en charge

Pour diagnostiquer une maladie cardiaque chez la femme, le Professeur Claire Mounier-Vehier, cardiologue, première Vice-Présidente de la FFC, alerte sur le fait que les femmes bénéficient de moins d’angiographie, moins d’électrocardiogramme d’effort, moins d’angioplastie, moins de pontage... Conséquence : une mortalité plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Elle relève une différence de 7 % entre les hommes et les femmes. 

Un premier bilan d’étape à un an vient d’être réalisé en vue d’une généralisation de ce « Circuit coeur, artères et femmes » sur tout le territoire. Une étude observationnelle monocentrique pilote a évalué la pertinence du « Circuit coeur, artères et femmes » à partir d’une population de 191 femmes à haut risque CV, dont 38% à très haut risque. Agées en moyenne de 52 ans, 7% étaient adressées par des gynécoobstétriciens, 10% par des médecins généralistes et 59% par des cardiologues. Un tiers d’entre-elles avait un antécédent de syndrome hypertensif de la grossesse ou de diabète gestationnel. La moitié était ménopausée. La grande majorité était hypertendue (97%), avec une HTA nocturne (73% des cas). Une HTA a été nouvellement diagnostiquée chez 15 femmes. Le dépistage du syndrome d’apnée du sommeil était positif dans un cas sur deux.
 
Les conclusions de cette étude démontrent l’intérêt de la prise en charge des femmes dans le cadre du « Circuit coeur, artères et femmes ». Les spécificités du risque CV de ces femmes et la sévérité de leur HTA y ont été bien diagnostiquées. Les traitements cardiovasculaires ont été mieux adaptés. La contraception a été réajustée dans 14% des cas.
 
« Le dépistage et le traitement des facteurs de risques cardiovasculaires, la prise en compte des antécédents gynéco-obstétricaux, la réévaluation de la contraception oestro progestative et du traitement hormonal de substitution… autant de valeurs ajoutées dans la prise en charge proposée par le ʺ Circuit coeur, artères et femmesʺ qui ne demande qu’à se répliquer partout en France », précise le Professeur Claire Mounier-Vehier.
 
« Les cardiologues et médecins vasculaires doivent améliorer leur connaissance du profil des femmes à haut risque et prendre en considération le risque hormonal. Il est capital de développer des formations multidisciplinaires et des outils de liaison entre les professionnels de santé. Un partenariat cardiologue – gynécologue doit s’instaurer pour améliorer la prise en charge globale des femmes, en partenariat avec le médecin généraliste » ajoute encore la professeur.
 
Etre attentif aux trois étapes clés de la vie hormonale

« Le choix de la 1ère contraception, le suivi des grossesses, la pré-ménopause et la ménopause sont autant de bonnes occasions de veiller à la santé cardiaque des femmes » souligne le Professeur Claire Mounier-Vehier. Contraception, grossesse, ménopause, sont en effet les 3 temps à privilégier pour évaluer le statut cardiovasculaire de la femme. Pour répondre à ce déficit de prise en charge des femmes, le Professeur Mounier-Vehier vient de mettre en place au CHRU de Lille un ʺCircuit coeur, artères et femmesʺ qui inaugure une structure médicale spécifique aux femmes reposant sur un partenariat cardiologue -gynécologue.

Renforcer le suivi de la pathologie cardiaque

Les femmes ont accès moins souvent que les hommes à la réadaptation cardiaque et celles qui se la voient prescrire, vont plus souvent la négliger, se sentant désinvesties de leurs obligations familiales. La FFC recommande à toutes les patientes concernées par une pathologie cardiaque de consulter un cardiologue spécialisé dans le traitement des cardiopathies congénitales de l’adulte avant la conception et d’être suivies par ce spécialiste durant toute la grossesse. Les Centres de suivi de grossesse pathologiques de référence situés dans les maternités de niveau 3 sont à privilégier.
 
Inclure davantage les femmes aux essais cliniques

La FFC soulève un autre point de taille : le nombre de femmes incluses dans les essais cliniques en cardiologie reste très limité, moins de 20% des cohortes. Cette sous-représentation est préjudiciable à la mise en oeuvre d’une prise en charge appropriée avec des traitements mieux adaptés.

Suivi, réadaptation et éducation thérapeutique, comment assurer l’accompagnement des cardiaques ?

Le suivi, la réadaptation cardiaque et l’éducation thérapeutique sont les ʺ services après-venteʺ suite à un incident cardiaque, une opération de chirurgie cardiaque, la pose d’un stent (angioplastie), un infarctus, un AVC ou une maladie cardiaque chronique. Ils sont indissociables. La compréhension et la bonne observance des traitements prescrits, l’adhésion à un nouveau mode de vie nécessitant une alimentation plus équilibrée, une hygiène de vie et la pratique d’une activité physique régulière… sont en effet essentielles pour améliorer le pronostic et réduire les risques de récurrence, d’aggravation ou de complication. Cela nécessite une prise en charge pluridisciplinaire, coordonnée et accessible.

Cependant, de nombreux freins ont été identifiés qui nuisent à la bonne marche d’une prise en charge au long cours :


La pénurie annoncée de réadaptateurs cardiaques

Les acteurs de cette prise en charge dans la durée (personnels de réadaptation) sont peu nombreux et en mal de reconnaissance. Plus inquiétants, les statistiques de démographie médicale 2010-2030 montrent une perte à venir des effectifs de l’ordre de 40%. Il est impératif de sensibiliser les professionnels de santé et les autorités de santé du bien-fondé d’un accompagnement multidisciplinaire, coordonné et facile d’accès aux personnes cardiaques. Cela passe par une meilleure reconnaissance des métiers dédiés à la réadaptation et au suivi.
 
Une offre inégalement répartie et insuffisante sur le territoire français

« L’accès à la réadaptation est à la fois insuffisant et inégal en France » déplore le Professeur Hervé Douard, cardiologue, Vice-Président de la FFC. Il y a à peine plus d’une centaine de centres de réadaptation sur tout le territoire, ce qui est insuffisant par rapport aux besoins. « Il est par ailleurs important que la réadaptation soit organisée en favorisant la proximité » souligne le Professeur Hervé Douard. Les études récentes montrent les disparités géographiques de la réadaptation cardiaque avec des taux régionaux variant entre 10,1% et 36,6%. La FFC souligne également l’inégalité d’accès en fonction de l’âge et du sexe avec des taux plus faibles pour les femmes et les patients âgés. « L’offre actuelle comprend : le secteur des soins de suite et de réadaptation(SSR) réservé à la phase 2 (post accidents cardio-vasculaire aigue), les 200 ʺ Clubs coeur et santéʺ de la Fédération Française de Cardiologie qui ne demandent qu’à s’accroitre, et quelques initiatives éparses d’associations de patients. C’est insuffisant ! » précise le Pr Hervé Douard.
 
Le manque de moyens et de persévérance dans l’information des patients sur le bien-fondé de la réadaptation

Informer les patients, les motiver sans relâche. C’est le rôle des professionnels, des pouvoirs publics et des associations de patients or les moyens sont insuffisants ! « Ce travail d’information et de motivation est crucial parce que les patients n’ont pas conscience de l’importance du suivi, de la réadaptation et de l’éducation thérapeutique. Ils peuvent aussi se décourager, renoncer ou oublier la maladie qui les a atteint et qui peu, faute de vigilance, se réveiller et faire plus mal encore », explique le Professeur Hervé Douard. « La réadaptation, on le voit, reste le parent pauvre de la santé cardio-neuro-vasculaire. Une inconscience collective frappe-t-elle les professionnels, les pouvoirs publics et les patients face aux lourdes conséquences en termes de santé publique ? »  insiste le Pr Hervé Douard.
 
Une chaîne de soins et de suivi discontinue

La Chaîne médicale qui va du SAMU au médecin de ville ne doit pas être rompue. Elle l’est encore trop souvent par les patients défavorisés, les plus âgés, les femmes et les jeunes. Cette rupture est préjudiciable à l’observance des traitements et au suivi des conseils d’hygiène de vie. Il est indispensable de sensibiliser les cibles les plus vulnérables à la réadaptation en facilitant l’accès à cette chaîne de soins. « La chaîne de soin et de suivi qui va du milieu hospitalier à la ville au plus proche du patient doit être une chaîne de solidarité de tous les acteurs qui rentrent en jeu pour prévenir, soigner, éduquer et accompagner le patient cardiaque » souligne le Professeur Douard.

La Fédération Française de Cardiologie, qui organise les ʺParcours du Coeurʺ dans toute la France, vient d’inaugurer une nouvelle journée annuelle du « Bien Vivre » et d’ouvrir la nouvelle plateforme qui informe et ʺcoacheʺ le public, les patients, leurs proches… Les « Clubs coeur et santé » proposent des programmes d’éducation thérapeutiques et d’activité physique.
Maladies cardiovasculaires : les recommandations de la Fédération Française de Cardiologie (Partie 2)


Publié le Mercredi 22 Octobre 2014 dans la rubrique Santé | Lu 2181 fois