Sommaire
Senior Actu

Maladie d’Alzheimer : la HAS pour une limitation de la prescription de neuroleptiques

Le Professeur Degos, président du Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS) et Florence Lustman, inspecteur général des Finances en charge du plan Alzheimer ont dressé un état des lieux de la prescription des neuroleptiques dans le cadre de la maladie d'Alzheimer lors d'une conférence de presse conjointe du plan Alzheimer et de la Haute Autorité de Santé. Détails.


Comme beaucoup de malades âgés, les malades d'Alzheimer sont particulièrement exposés aux psychotropes -en particulier aux neuroleptiques- et à leurs effets secondaires. Il ne s'agit pas de diminuer la prescription des médicaments de façon inadaptée mais bien de l'optimiser et de faire bénéficier aux malades d'Alzheimer des meilleurs traitements tout en diminuant l'exposition indue et la iatrogénie (troubles non prévus pouvant survenir à la suite d'une action médicale) évitable.

En effet, selon le communiqué de la HAS, les données montrent que si l'on traitait 1.000 personnes avec un neuroleptique pendant douze semaines, on observerait : une diminution des troubles du comportement chez 91 à 200 patients ; 10 décès supplémentaires ; 18 accidents vasculaires cérébraux dont la moitié serait sévère ; et enfin, des troubles de la marche chez 58 à 94 patients.

Aujourd'hui, la HAS constate avec satisfaction que l'indicateur d'alerte mesurant l'exposition des malades Alzheimer aux neuroleptiques -élaboré dans l'objectif de réduire la iatrogénie des neuroleptiques chez ces malades- est bien en place.

La tendance observée au niveau national avec une diminution de 16,8% à 16,1% en un an est encourageante et devrait s'accentuer notablement dans les deux années à venir grâce aux programmes d'amélioration des pratiques développés par les professionnels sur la prescription chez le sujet âgé et grâce aux mesures du plan Alzheimer sur la formation à la prise en charge non médicamenteuse des troubles du comportement. La première mesure de l'exposition chronique aux neuroleptiques (plus de trois prescriptions annuelles) réalisée en 2007 constitue une référence solide de départ pour le plan Alzheimer.

La mesure de l'indicateur d'alerte iatrogénique est réalisée par les trois principaux régimes de l'Assurance Maladie (CNAM-TS, MSA et RSI) sur leurs bases de remboursement, en coopération avec l'INVS. L'analyse des données est quant à elle réalisée par le groupe de coopération sur l'optimisation de la prescription des psychotropes chez le sujet âgé, sous l'égide de la HAS.

Les prochains résultats de cet indicateur phare du plan Alzheimer seront publiés au début de l'année 2010.


Publié le Jeudi 10 Décembre 2009 dans la rubrique Santé | Lu 2504 fois