Sommaire
Senior Actu

Luxembourg : publication des résultats d’un programme de recherche sur le vieillissement actif

Face à la perspective programmée du vieillissement des salariés luxembourgeois, le gouvernement a lancé un vaste programme de recherche consacré au vieillissement de la main d’œuvre et au maintien des travailleurs âgés en activité dans le pays.


Au cours des prochaines années, le vieillissement de la population active constituera un défi auquel les entreprises de l’Union européenne seront de plus en plus souvent confrontées et qui risquera d’avoir un impact négatif sur la croissance économique.

Le Luxembourg n’échappera pas à ce phénomène, même si à l’heure actuelle, la population de salariés ne présente pas encore de signe manifeste de vieillissement. Cependant, comme l’indique un récent communiqué de presse, « le gouvernement compte mettre à profit ce répit pour analyser et anticiper les effets de ce phénomène de vieillissement de la population active et mieux connaître la situation et identifier les difficultés actuelles et à venir des entreprises ».

Et le communiqué d’ajouter qu’ « un maintien en activité des personnes âgées ne peut être décrété par le législateur mais nécessite un changement des mentalités qui ne peut être atteint que par l'implication active de l’ensemble des acteurs concernés ».

C’est dans cette perspective que le ministère du Travail et de l’Emploi et l’Observatoire des relations professionnelles et de l’emploi (O.R.P.E.) ont pris la décision de lancer un vaste programme de recherche consacré au vieillissement de la main-d’oeuvre et au maintien des travailleurs âgés en activité au Luxembourg. L’exécution de ce travail a été confiée au CEPS/INSTEAD.

Le premier volet de ce programme avait déjà permis de réunir une documentation abondante sur les différents aspects portant sur l’offre de travail : la structure par âge de la population des salariés du secteur privé, les facteurs favorables ou défavorables au maintien de l’activité des travailleurs seniors, entre autres.

Le second volet, qui concerne la problématique du vieillissement démographique vue sous l’angle de la demande de travail, constitue l’objet central du rapport qui vient d’être publié récemment et qui cherche des réponses aux questions suivantes :

Comment se présente aujourd’hui le phénomène du vieillissement démographique au sein des entreprises ?
Cette question est d'abord abordée, selon une approche objective permettant de dresser un bilan quant à la présence des travailleurs âgés et quant à la structure par âge de personnels dans les entreprises luxembourgeoises et ensuite selon une approche privilégiant le point de vue des entreprises. (1ère partie du rapport).

Est-il possible de favoriser le vieillissement actif à partir des pratiques observées dans les entreprises ?
La participation des entreprises est en effet absolument fondamentale si l’on souhaite promouvoir une culture du vieillissement actif. Ce rôle est alors décrit au niveau de l’embauche des travailleurs âgés, de l’aménagement de conditions de travail, de l’accès à la formation continue ainsi que de la représentation des qualités et défauts professionnels des travailleurs âgés jugés par rapport aux plus jeunes (2ème partie du rapport).


« Dans les semaines et mois à venir, je vais structurer les discussions avec les partenaires sociaux sur le maintien en activité des travailleurs âgés sur base des conclusions du programme de recherche effectué par le CEPS et sur base des résultats de l’examen thématique effectué par les services de l’OCDE en 2003 sur le sujet qui ont identifié quatre domaines d’action prioritaires pour le Luxembourg, à savoir sortir d’une culture de retrait précoce de l’activité réformer les dispositifs de sortie anticipée de la vie active encourager les employeurs à revoir leurs pratiques de gestion des ressources humaines en termes d’âge continuer à promouvoir l’employabilité des travailleurs âgés » François Biltgen, ministre du Travail et de l’Emploi


Publié le Jeudi 2 Février 2006 dans la rubrique Emploi | Lu 4063 fois