Sommaire
Senior Actu

Lundi de Pentecôte : confusion pour cette 2ème journée de solidarité pour les personnes âgées

Travaillé, pas travaillé : telle était la question qui a préocupé des milliers de salariés hier. De fait, cette deuxième édition du lundi de Pentecôte, mise en place depuis l’année dernière pour venir en aide aux personnes dépendantes, a été relativement peu suivie par les Français.


Lancée en 2003 par Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre de l’époque, suite à l’hécatombe de la canicule de l’été 2003 qui avait fait plus de 15.000 morts parmi les personnes âgées, cette deuxième édition de la Journée de solidarité pour les personnes dépendantes s’est effectuée « sous le signe de la confusion », indique une dépêche de l’AFP.

Rappelons que le but initial de cette journée est de récolter des fonds, environ deux milliards par an, de manière à venir en aide aux personnes âgées et handicapées.

Initialement fixée au lundi de Pentecôte, cette journée travaillée mais non rémunérée peut être déplacée depuis juillet 2005, en accord avec les partenaires sociaux. Dans le cas contraire, elle reste rattachée au lundi de Pentecôte, date qui fluctue en fonction des années.

Pour cette deuxième édition, on estime qu’un salarié sur deux -dans le privé- n’a pas travaillé. Soit parce que leur entreprise ou leur administration était fermée, soit parce qu’ils avaient préféré prendre un journée de congé ou un RTT.

Les aéroports et la SNCF ont connu une activité normale. En revanche, la RATP avait mis en place des horaires de week-end et certaines villes de province ont connu des perturbations dans les transports en commun en raison de grèves. D’une manière générale, les administrations publiques étaient en congé. Les camions n’avaient pas le droit de circuler et La Poste, les écoles et une partie des médecins étaient fermés. …/…
Lundi de Pentecôte : confusion pour cette 2ème journée de solidarité pour les personnes âgées

Le Premier ministre Dominique de Villepin a récemment souligné les bénéfices « incalculables » de cette journée travaillée qui s’avère être selon lui une « révolution ». Il a cependant admis que le système n’était pas parfait et qu’il était « certainement améliorable ».

De leur côté, les syndicats réclament une remise à plat du financement de la dépendance. Il s’agit d’une « incohérence économique » pour le Medef, le système est « injuste et hypocrite » selon FO, la CFDT juge la « situation ubuesque ». Elle a d’ailleurs appelé les salariés à cesser le travail, estimant qu' « un travail sans rémunération correspond à du travail « obligatoire » ou « forcé » ».

Les professionnels du grand âge estiment quant à eux que les deux milliards engrangés par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), ne sont pas suffisants pour combler les retards accumulés depuis trente ans en matière d'aide aux personnes âgées fragilisées et souhaitent la mise en place d’une « grande conférence nationale » sur le sujet dès 2006.

« Sur une journée travaillée en plus, seule une demi-heure est consacrée à financer l'augmentation du personnel dans les établissements et les services à domicile », déplore Pascal Champvert, président de l'Association des directeurs d'établissements d'hébergement pour personnes âgées (Adehpa). Toutefois certains responsables de cette profession soulignent que cette journée a tout de même permis de créer des places supplémentaires en établissements.

Le ministre de la Santé Xavier Bertrand rappelle pour sa part que les fonds dégagés par cette journée sont « indispensables », et qu’ils permettent de « trouver de nouvelles solutions » pour l'accueil des personnes dépendantes.

Le Premier ministre a par ailleurs annoncé en mai dernier, un nouveau plan quinquennal « grand âge dépendance », axé sur la recherche, les soins à domicile, les soins en hôpitaux et les maisons de retraite et qu’il vient de présenter aujourd’hui son Plan d’emploi pour les seniors.

Pour en savoir plus, lire aussi :
« Solidarité grand âge » : le Premier ministre présente sont plan pour les personnes âgées


Publié le Mardi 6 Juin 2006 dans la rubrique Société | Lu 3718 fois