Sommaire
Senior Actu

Loin de cet enfer par Yousef Al-Mohaimeed : entre réalité et non-dit


Youssef Al Mohaimeed projette son lecteur dans une Arabie moderne mais immémoriale. Une barbarie douce à visage inhumain. Enfin, de visage, ce qu’il en reste. L’un des narrateurs est éborgné, l’autre a perdu une oreille. Quant au troisième ce n’est pas au visage qu’il lui manque quelque chose.
Loin de cet enfer par Yousef Al-Mohaimeed : entre réalité et non-dit

Turad est un bédouin issu d’une famille glorieuse. On le retrouve vieillard, usé par une vie faite d’expédients plus ou moins humiliants. Alors qu’il attend son bus qui l’emmènera « loin de l’enfer » il rencontre Tawfiq qui lui narrera comment il est devenu esclave.

Ce sont trois histoires qui se raconteront et s’entrecroiseront en arabesques. La complexité de la péninsule arabique se dévoilera avec dromadaires et pick-up, caravaniers et bandits, cheiks et esclaves, l’honneur d’être un homme et la malédiction de naître femme, violeurs et eunuques.

Ces trois histoires sont poignantes et dites avec le langage d’hommes de la rue, défiant subrepticement la réalité et le non-dit de la société arabe. Le récit, qui est aussi un conte moderne où se retrouvent l’imaginaire de l’épopée et la fantasmagorie propre à la littérature arabe, ne manque ni d’humour ni de dérision.

Ainsi, Turad devant le narguilé « écoutait les gargouillis remonter des entrailles de l’instrument comme autant d’éclats de rire qui lui paraissaient railler leurs destins respectifs ».

Et nous, lecteurs, d’entendre ces voix sensibles et désabusées.

Yousef Al-Mohaimeed
Loin de cet enfer
Traduit de l’arabe (Arabie Saoudite) par Emmanuel Varlet
Editions Acte Sud – Sindbad
18 euros
119 pages


Publié le Lundi 30 Juillet 2007 dans la rubrique Culture | Lu 1875 fois