Sommaire
Senior Actu

Location saisonnière : des précautions à prendre pour partir en toute tranquillité

C’est dans les mois qui précèdent l’été que les réservations de logements de vacances se multiplient. Afin d’éviter tout litige ou désagrément, il est alors bien utile de connaître quelques règles. Dans cet esprit, quelles sont les précautions à prendre pour partir tranquille ? Le point avec La Finance pour Tous.


Lorsque vous effectuez votre réservation saisonnière vous devez disposer de documents écrits (le contrat de location).
 
Il vous donne des informations sur le logement que vous allez louer. Il est important d’obtenir des informations précises, voire des photos, car les bailleurs de locations saisonnières ne sont pas tenus de louer un logement décent, contrairement à une location classique.
 
En revanche, si vous louez un logement dit « meublé de tourisme », vous éviterez ce genre de désagrément. D’ailleurs, une liste de ces logements meublés est disponible dans les Offices de tourisme.
 
La différence entre arrhes et acompte

Au moment de réserver, le loueur vous demandera de verser une somme pour bloquer la réservation. Cette somme viendra en déduction du prix définitif à payer. Il peut s’agir d’arrhes ou d’acompte. Si vous avez versé des arrhes et en cas d’empêchement de vous rendre en vacances, celles-ci seront perdues au profit du propriétaire. En revanche, si vous avez versé un acompte, c’est la totalité du prix de la location que vous devez, sauf évènement imprévisible.
 
Le détail du prix dans le contrat de location

Selon le Code du tourisme, le loueur, qu’il soit professionnel ou particulier, a l’obligation de vous fournir un contrat de location et un état descriptif des lieux. Ce document reprend le détail du prix, de l’éventuelle commission d’agence et des consommations incluses ou non (eau, électricité, gaz et taxe de séjour). N’oubliez pas que vous devez être assuré pour ce logement, par le contrat multirisques du propriétaire ou, à défaut, par la garantie « villégiature » de votre contrat multirisques habitation.

Location saisonnière : des précautions à prendre pour partir en toute tranquillité
A l’arrivée dans les lieux

Le jour de l’arrivée et de la remise des clefs, le bailleur demandera le prix restant à payer, déduction faite de l’acompte ou des arrhes déjà versés. C’est à cette occasion qu’un état des lieux sera effectué en votre présence. Il reprend les biens matériels et l’état de la location. Profitez-en pour signaler les éventuelles détériorations existantes ou les éléments manquants.

Comment faire en cas de litige ?

Si vous n’êtes pas satisfait de votre location, prenez alors des photos et conservez le contrat de location.
Faites part de votre désagrément au bailleur pour rechercher une solution à l’amiable. En cas de désaccord persistant, vous pouvez alors vous adresser à une association de consommateurs ou vers l’office de tourisme, qui vous a mis en relation avec le loueur.

Dans le cas d’un meublé de tourisme, si le logement ne répond pas aux normes, vous pouvez envoyer une lettre avec accusé de réception à la Préfecture de région afin de demander un déclassement du meublé ou même à sa radiation.

www.lafinancepourtous.com


Publié le Vendredi 17 Mai 2013 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 835 fois