Sommaire
Senior Actu

Lettre ouverte de la FNSEA : Retraites des agriculteurs, petit rappel

Suite à la publication d’un article dans Le Figaro indiquant que grâce au dispositif des carrières longues, certains agriculteurs profitent du système pour faire valider des trimestres de travail ancien (dont certains jugés « douteux), ce qui leur permet de s’arrêter de travailler plus tôt et de bénéficier pleinement de leur retraite, le président de la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FNSEA) a réagi par une lettre ouverte.


Par Jean-Michel Lemetayer, président de la FNSEA

« Certains stigmatisent aujourd'hui le monde agricole, estimant que les règles pour bénéficier d'une retraite anticipée avant 60 ans font l'objet « d'arrangements ». Ils s'imaginent même qu'aujourd'hui, il suffit de trouver deux faux témoins pour avoir le droit de racheter des années pour partir plus tôt à la retraite en agriculture. A tous ces bien-pensants, dont les propos choquent les agriculteurs, je souhaiterais leur rappeler quelques vérités sur la retraite agricole.

Les agriculteurs ne débattent pas pour savoir si leur retraite doit être calculée sur le dernier mois d'activité ou sur les 6 derniers mois, ni même sur les 25 meilleures années. Leur retraite est calculée sur les revenus de l'intégralité de leur carrière.

Les agriculteurs ne se demandent pas s'il faut appliquer ou non la décote. Elle leur est imposée. Et que dire des agriculteurs qui ont des niveaux de pension inférieurs au seuil de pauvreté après une vie de travail, et donc de cotisations ? Ou des agricultrices, car c'est bien souvent d'elles qu'il s'agit, qui n'ont pas de droits de réversion sur la retraite complémentaire ?

Je ne veux pas faire ici de misérabilisme ou de comparaison à mauvais escient, mais simplement rappeler qu'il convient parfois de faire preuve d'un peu de décence.

Si aujourd'hui, les agriculteurs ont la possibilité, comme les autres assurés, de partir à la retraite avant 60 ans lorsqu'ils ont débuté leur carrière de manière précoce, c'est parce qu'à la FNSEA, nous nous sommes battus pour que l'équité soit au coeur de la loi Fillon réformant les retraites. Les agriculteurs ne pouvant cotiser qu'à compter de 21 ans, il a bien fallu leur permettre de racheter les années de 14 à 21 ans pour pouvoir partir avant 60 ans après 40 années d'activité

Aujourd'hui, on remet en question ces possibilités de rachat estimant que les conditions sont trop souples. Pourtant ce sont aujourd'hui moins de 20 000 personnes qui ont pu en bénéficier. 20 000 alors que 430 000 départs anticipés ont eu lieu dans le régime général ! 20 000 qui ont pu partir à la retraite alors qu'ils ont débuté leur activité à 14, 15 ou 16 ans. 20 000 qui ont pu racheter des années au cours desquelles ils n'ont pas été scolarisés au cours desquelles ils n'ont pas travaillé à l'extérieur de l'exploitation familiale.

Je pense qu'il n'y a là rien d'indécent. Bien au contraire.

C'est pourquoi à l'aube d'un nouveau rendez-vous sur les retraites, la FNSEA affirme qu'elle continuera à se battre pour l'amélioration des retraites agricoles.

Faire passer au-dessus du seuil de pauvreté les retraités qui ont travaillé toute leur carrière, avoir des retraites minimales équivalentes à 75 % du SMIC, donner un droit de réversion à la RCO*. Voilà nos propositions.

Nous n'agissons pas pour obtenir plus que les autres, mais dans un souci d'équité et de dignité.

* Retraite complémentaire obligatoire


Publié le Mardi 4 Décembre 2007 dans la rubrique Retraite | Lu 9270 fois