Sommaire
Senior Actu

Lettre ouverte aux futurs maire-adjoints en charge des seniors, chronique par Serge Guérin

Dans cette campagne électorale, la question du vieillissement aura rarement été mise en avant. Pourtant, elle est essentielle.


Après votre victoire, les choses sérieuses vont commencer. Je vous souhaite d’abord de participer à une équipe cohérente et transversale où l’adjoint chargé de la question des personnes âgées ne sera pas confondu avec celui ayant à traiter de la problématique des nouveaux seniors, jeunes retraités et autres boomers bohèmes. Les attentes et les besoins des uns et des autres ne sont pas identiques et ne recouvrent pas les mêmes réalités.

Peut-être aurez-vous la charge les personnes âgées ? Félicitations ! Je me permets de souligner que l’approche de la vieillesse ne saurait se réduire aux questions de santé. Votre responsabilité sera de favoriser un environnement et des équipements qui permettent aux personnes âgées de s’assumer et de conserver le plus longtemps possible une réelle capacité de choix. Il s’agit aussi de promouvoir une large palette de formes d’habitats pour répondre à la diversité et à l’évolution des situations et des attentes des personnes âgées. Enfin, vous devrez contribuer à renforcer le lien social et à l’écoute de ces personnes.

Vous devenez adjoint aux seniors ? Bravo ! Vous aurez à répondre aux attentes de personnes qui représentent une part croissante de la population des villes (15 % en moyenne). Ces seniors disposent d’un temps et de revenus moins contraints et d’une santé éclatante. Leurs attentes sont très différentes de celles de leurs aînés et leur envie de participer à la modernité et à différentes formes de la vie locale est forte.

Les nouveaux seniors forment une génération pivot qui se trouve souvent sollicité par les enfants et petits-enfants (aide matérielle, présence humaine, besoin d’écoute…) et, de plus en plus, par des parents vieillissants. La ville se doit de répondre à ces deux types d’attentes sans les confondre. .../...

Par ailleurs, mesdames et messieurs les adjoints, vous allez être sollicité sur la question de l’intergénération, thème de discours plus que d’action. Permettez-moi de vous signaler que l’intergénération relève de multiples formes et ne peut se réduire à l’installation d’une crèche dans une maison de retraite. Avez-vous d’ailleurs remarqué que l’on ne demande guère leur avis aux bébés comme aux vieillards ?

La ville peut permettre l’intergénération en s’opposant à la constitution de ghetto, et en créant des lieux d’échanges… Pour le reste, chacun ira vers l’autre si il y a partage d’un projet ou d’une passion.

Encore une proposition pour votre mandat : essayez de changer le regard de votre ville, et d’abord des élus, sur la prise d’âge. La seniorisation de la société implique de casser les représentations négatives sur l’âge et de prendre en compte les attentes nouvelles et diversifiées de ces populations. Pour cela, mesdames et messieurs les adjoints, il serait bon, lorsque vous allez commander des analyses, qualitatives ou quantitatives, sur les attentes et besoins de la population, de ne pas vous limiter à étudier les 50-69 ans, comme l’habitude est prise pour les grandes enquêtes institutionnelles. Les plus de 70 ans ne sont pas des citoyens de seconde zone : ils ont leurs propres attentes qu’il est bon de connaître.

Pour finir cette lettre ouverte, permettez-moi d’insister sur le fait que vous avez besoin de rencontrer vos homologues et d’autres acteurs pour débattre et étudier les expériences, parfois magnifiques, parfois discutables, qui ont déjà été réalisées en France et ailleurs.

Mesdames et messieurs les adjoints vous allez disposer de l’une des plus belles délégations. Vous avez six ans pour rajeunir la politique de la ville sur l’âge.

Serge Guérin
Professeur à l’ESG, auteur de Vive les vieux !, Editions Michalon


Publié le Lundi 3 Mars 2008 dans la rubrique Chroniques | Lu 4664 fois