Sommaire
Senior Actu

Les seniors « rapportent » des milliards à la société, selon une enquête de la HSBC

Selon la troisième enquête annuelle de la banque HSBC baptisée « L'avenir de la retraite », la plus importante à ce jour sur le vieillissement et la retraite, réalisée par l’Oxford Institute of Ageing de l’Université d’Oxford en Angleterre, les seniors, loin d'exercer une ponction sur la société, représentent un formidable apport économique et culturel.


« Les résultats de cette grande étude menée auprès de 21 000 personnes réparties dans 21 pays et territoires démentent le mythe voulant que les personnes âgées soient des personnes à charge ayant besoin de soins et qui ponctionnent les ressources vitales des sociétés aux prises avec le phénomène de vieillissement de la population », indique le communiqué. Dans les faits, la HSBC a plutôt constaté que la contribution fiscale, le travail bénévole et la prestation de soins aux membres de la famille par les sexagénaires et par les septuagénaires constituaient les bases sur lesquelles les sociétés s'édifiaient.

Au Canada, par exemple, selon les calculs de cet organisme financier, la contribution fiscale et le travail bénévole des sexagénaires et des septuagénaires représentent respectivement 2,2 milliards de dollars et 3,1 milliards de dollars par année.

« Nous vivons plus longtemps et, dans de nombreuses sociétés, nous vivons mieux que jamais, explique Stephen Green, président du conseil d'administration du Groupe. Cela devrait être un motif de réjouissance, mais la reconnaissance du phénomène est trop souvent occultée par le sujet de préoccupation que représente le financement de la retraite. Cette étude unique montre que l'inquiétude ne doit pas nous empêcher de reconnaître l'énorme apport des gens de 60 ans et plus à nos vies à tous ».

Clive Bannister, directeur général du groupe, services d'assurance de la HSBC, poursuit : « à l'évidence, nous devons repenser notre approche des dernières étapes de la vie ainsi que reconnaître et apprécier la valeur du travail de tous les jours effectué par les personnes âgées. Le vieillissement de la population mondiale qui se produira au cours des vingt-cinq prochaines années entraînera une transformation majeure de nos sociétés. Nous devons comprendre les problèmes liés à l'évolution des faits sociaux pour pouvoir répondre aux besoins de nos clients et de nos employés ».
Les seniors « rapportent » des milliards à la société, selon une enquête de la HSBC

Ponction ou apport ?

Les seniors « rapportent » des milliards à la société, selon une enquête de la HSBC
D'après les résultats de l'enquête, un cinquième (19 %) des individus de 60 à 70 ans travaillent bénévolement, et une personne sur six dans ce groupe d'âge (15 %) travaille bénévolement une demi-journée par semaine.

Aux Etats-Unis, les plus de 60 ans représentent 3,67 milliards d'heures de bénévolat par année. Au salaire minimum fédéral de 5,15 $ US l'heure, cela représente 18,9 milliards de dollars américains par an. Au Royaume-Uni, les plus de 60 ans effectuent 792 millions d'heures de bénévolat par année, ce qui représente, au salaire minimum de 5,35 (Livres sterling) l'heure, 4,2 milliards de livres par année. Au Canada, ils font 416 millions d'heures de bénévolat par année, ce qui représente, au salaire minimum de 7,55 dollars canadiens l'heure, 3,1 milliards de dollars canadiens par année.

Le phénomène n'est pas propre aux économies avancées. Les gens âgés font également beaucoup de bénévolat dans les économies en transition. En Inde, par exemple, les plus de 60 ans réalisent plus de 1,3 milliard d'heures de bénévolat par année, ce qui représente un apport de 192 millions de livres (15,8 milliards de roupies) à l'économie.

De même, à l'échelle mondiale, une importante proportion des plus de 60 ans continue de travailler. Dans les économies avancées, entre 20 %et 50 % des plus de 60 ans sont toujours actifs ; dans les économies en transition, un grand nombre de sexagénaires et de septuagénaires sont toujours actifs.

L'enquête révèle également que la tendance à un départ à la retraite de plus en plus jeune fléchit, sauf en Allemagne. Non seulement les gens prévoient-ils continuer de travailler, mais c'est ce qu'ils veulent, estime les auteurs de l’étude. A l'échelle mondiale, sept personnes sur dix (71 %) actives actuellement, qui prévoient continuer de travailler plutôt que de prendre une retraite anticipée, disent que c'est ce qu'elles désirent. Il n'y a qu'en Russie, en Inde, aux Philippines et en Corée du Sud que les gens ont le net sentiment qu'ils devront travailler jusqu'à un âge plus avancé que ce qu'ils souhaiteraient.

« L'enquête de la HSBC a révélé que les plus de 60 ans contribuent de manière importante à la famille sur le plan pécuniaire, sur le plan pratique ainsi que sur le plan des soins et du soutien personnels, soutient le professeur Sarah Harper, directrice de l'Oxford Institute of Ageing. Au Royaume-Uni seulement, la valeur des soins et du soutien apportés à la famille dépasse les 50 milliards de livres, soit environ 3 % du PIB ».

Globalement, les gens âgés sont plus nombreux, sur le plan pécuniaire, sur le plan pratique et même, dans certains cas, sur le plan des soins, à donner qu'à recevoir. Par exemple, pour ce qui est du soutien financier, 16 % des sexagénaires et près des deux tiers des plus de 70 ans aident financièrement leurs petits-enfants. Dans toutes les économies avancées et dans presque toutes les économies en transition où l'enquête a eu lieu, exception faite de l'Inde et de la Malaisie, les gens âgés donnent plus, sur le plan pécuniaire et pratique, qu'ils ne reçoivent.

Les septuagénaires sont les nouveaux quinquagénaires

Les seniors « rapportent » des milliards à la société, selon une enquête de la HSBC
Selon l'enquête, partout dans le monde, on est maintenant en mesure, à 70 ans, de vivre comme les générations précédentes à 50 ans.

Sexagénaires et septuagénaires se sentent en bonne santé, et il n'y a que de petites différences entre eux et les gens de 40 ou 50 ans pour ce qui concerne la maîtrise de l'existence et la qualité de vie.

Dans les économies avancées, les trois-quarts (75%) des sexagénaires se sentent en bonne ou en très bonne santé.

Les plus fortes proportions de septuagénaires en forme se trouvent au Canada (76%), au Royaume-Uni (73%) et aux Etats-Unis (72%). Le phénomène n'est pas restreint à l'Occident. De façon générale, les économies en transition connaissent également de bons niveaux de santé.

En outre, pour aller au-delà de l'opinion sur la santé, l'enquête a relevé onze tâches journalières que la plupart des gens accomplissent et a demandé aux personnes interrogées si elles les accomplissaient sans difficulté. Globalement, moins de 50 % des personnes interrogées ont dit avoir de la difficulté à effectuer l'une ou l'autre des tâches indiquées.

Les personnes âgées sont le ciment des familles

La morphologie des familles évolue. Dans les économies avancées, la baisse du taux de natalité et l'allongement de la durée de vie ont entraîné une diminution de la taille de la famille en même temps qu'une augmentation du nombre de ses membres vivants, d'où la formation de familles filiformes.

Nous avons maintenant des familles allégées, regroupant de plus en plus souvent quatre ou cinq générations, chaque génération comptant de moins en moins de personnes. Ces familles filiformes sont souvent regroupées par suite de remariages, ce qui donne des familles reconstituées.

« Nous avons moins de frères, de soeurs et de cousins, mais plus de parents, de grands-parents et d'arrière-grands-parents vivants que jamais, ainsi que des liens de famille établis par alliance, ajoute le professeur Harper. Alors que certains observateurs déplorent le déclin de la famille, celle-ci est en réalité florissante grâce à l'augmentation de la longévité, comme l'atteste l'enquête de la HSBC ».

C'est par la famille que nous nous définissons. Partout dans le monde, sauf en Arabie saoudite, où la réponse est la religion, la majorité des gens disent que c'est par la famille qu'ils se définissent.

L'avenir de la retraite : le nouvel âge d'or

Les seniors « rapportent » des milliards à la société, selon une enquête de la HSBC
L'accroissement du nombre de personnes âgées semble plus souvent une source de préoccupation que de réjouissance.

Nous entendons parler de la crise du financement, du rapport de dépendance, de la pression exercée sur les services de santé et du relâchement des liens familiaux - tous des facteurs censés découler de la hausse rapide du nombre de gens âgés frêles et dépendants.

Mais à quel point cette fragilité et cette dépendance sont-elles répandues dans la population mondiale vieillissante et devrait-on vraiment s'inquiéter du fait que les gens vivent plus longtemps ? s’interrogent les responsables de cette enquête.

Le présent rapport représente la troisième enquête mondiale annuelle de la HSBC sur les personnes âgées, le travail et la retraite. Il révèle que les sexagénaires et les septuagénaires sont d'une importance cruciale pour les familles, les collectivités et le monde du travail.

En fait, les résultats de l'enquête montrent que même si les pressions croissantes exercées sur les systèmes de santé par les personnes de plus de 80 ans peuvent susciter un questionnement, les sexagénaires et les septuagénaires sont plus en forme, plus heureux et plus énergiques que jamais.

Peut-être sont-ils plus nombreux, mais ce sont pour la plupart des adultes productifs sans qui les familles, les collectivités et même, dans certains cas, les milieux de travail ne pourraient pas prospérer.

Les personnes âgées fournissent un apport important à la société

L'enquête de la HSBC indique que les personnes âgées sont des collaborateurs importants. Voici ce que les données montrent à propos des personnes de plus de 60 ans.
- Apport à la société - le travail bénévole effectué par les personnes âgées représente des milliards de dollars dans l'économie mondiale.
- Participation à la population active - par leur travail et leurs impôts, les personnes âgées apportent leur contribution à la société et à l'économie.
- Apport à la famille - nombre de personnes âgées fournissent à leur famille et à leurs amis plus d'argent, d'aide et de soins qu'elles n'en reçoivent.

Les personnes âgées peuvent faire ce qui précède parce qu'elles sont en meilleure santé et plus actives que jamais. Elles se sentent en pleine possession de leurs moyens, autonomes, et envisagent en général avec optimisme les 20 à 30 prochaines années de leur vie.

Sur le plan du bénévolat seulement, les personnes de plus de 60 ans fournissent un apport considérable à la collectivité. Parmi toutes les individus sondés, près du tiers font du bénévolat ou en ou déjà fait. Et chez les volontaires, plus de la moitié y consacrent une demi-journée par semaine. Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni seulement, le bénévolat représente près de 23 milliards de dollars par an.

Partout dans le monde, d'importantes proportions de gens de plus de 60 ans continuent de travailler. Dans les économies en pleine maturité, entre un cinquième et la moitié des hommes et des femmes font encore partie de la population active après 60 ans, tandis qu'aux Etats-Unis, un cinquième des plus de 70 ans travaillent encore. Dans les économies en transition, de nombreuses personnes demeurent actives après avoir atteint 60 ans, voire 70 ans dans l'économie parallèle, bien qu'elles soient plus rares dans les secteurs modernes des services et de la fabrication.

Les gens âgés procurent à leur famille et à leurs amis une quantité appréciable de soins et de soutien, de même qu'une aide financière considérable aux jeunes membres de leur famille et de leur foyer. L'enquête de la HSBC montre que plus de personnes âgées offrent un soutien à leur famille qu'elles en reçoivent d'elles. En fait, l'apport des personnes âgées est fondamental quant au soutien et aux soins prodigués dans les familles contemporaines.

Les familles sont unies et importantes

Les seniors « rapportent » des milliards à la société, selon une enquête de la HSBC
L'enquête de la HSBC révèle que malgré l'évolution du concept et de la nature de la famille, celle-ci reste encore choisie par une écrasante majorité des répondants comme étant ce qui les définit.

Par ailleurs, la plupart des gens croient que les familles devraient être responsables de leurs membres.

Dans les économies en pleine maturité, la baisse du taux de natalité entraîne une réduction de la taille des familles. Toutefois, l'allongement de l'espérance de vie fait que chaque famille compte un plus grand nombre de ses membres toujours vivants. Ce phénomène donne lieu à des familles « allégées » comptant un nombre croissant de générations (quatre ou cinq), lesquelles incluent de moins en moins de gens.

Ces familles ont plus de liens verticaux qu'horizontaux et peuvent être qualifiées de filiformes. On craint parfois que ces nouvelles formes de famille amènent les gens à considérer leur famille comme moins importante et à moins vouloir prendre soin des membres plus âgés et des moins autonomes.

Dans les économies en transition, on pense que la migration et d'autres transformations sociales entraîneront une baisse du soutien familial, laissant ainsi les personnes âgées fragiles plus vulnérables et dans le besoin.

Cependant, l'enquête de la HSBC sur l'avenir de la retraite montre qu'à l'échelle planétaire, les gens maintiennent des liens solides avec les autres membres de leur famille et qu'ils se sentent responsables de leur bien-être.

Partout dans le monde, on considère qu'il incombe à la famille d'offrir un soutien pratique et personnel aux personnes âgées dans le besoin, mais que l'Etat doit également fournir un soutien financier. De plus, les gens s'identifient fortement aux membres de leur famille et croient en très grande majorité que la famille les définit en tant que personnes.

Santé, autonomie et contrôle

Partout dans le monde, les gens qui vivent dans des sociétés en pleine maturité et ceux qui font les tendances dans les économies en transition ne semblent éprouver qu'un léger déclin, le cas échéant, dans leur qualité de vie lorsqu'ils vieillissent et prennent leur retraite.

L'enquête montre que les sexagénaires et les septuagénaires se sentent généralement en bonne santé et qu'il y a peu de différences entre eux et les quadragénaires et quinquagénaires sur le plan du contrôle et de la qualité de vie.

En fait, pour certaines personnes, ces éléments s'améliorent après 60 ans. Dans les pays en transition, les personnes qui ont été interrogées, celles qui font les tendances, sont en général en meilleure santé que les populations rurales.

« Toutefois, précisent les auteurs de cette étude, nous constatons encore qu'à l'échelle mondiale les sexagénaires et les septuagénaires mènent souvent une vie autonome et sont optimistes quant à eux-mêmes et à l'avenir. Le fait que les personnes qui vivent dans des milieux urbains modernes en Asie, en Amérique latine et en Afrique semblent adopter des modèles de santé et de qualité de vie comparables à ceux des citoyens des économies en pleine maturité est un important indicateur de l'avènement du nouvel âge d'or partout sur la planète. Immédiatement après la retraite, en particulier dans les économies en pleine maturité, les gens semblent éprouver un regain tant sur le plan de la santé qu'au chapitre de la qualité de vie et des sentiments de contrôle et d'autonomie. C'est ce qu'on appelle "la prime de départ à la retraite" ».

Dépassement des attentes

L'expérience de la vie à la retraite, après 60 ans, dépasse presque partout les attentes, que ce soit au chapitre de la nostalgie du travail, de la sécurité financière ou du niveau de vie. Les données tirées de l'enquête de la HSBC sur l'avenir de la retraite montrent que, loin d'être une période de misère, de pénurie et de fragilité, la vie de la plupart des sexagénaires et des septuagénaires se caractérise par une bonne santé, l'autonomie, le contrôle et la qualité de vie.

« En ce qui concerne la façon dont les gens se sentent et ce qu'ils se considèrent capables d'accomplir, nous croyons que les septuagénaires d'aujourd'hui sont semblables aux quinquagénaires d'hier. De telles conclusions ont des répercussions considérables : les sexagénaires et les septuagénaires constituent un atout précieux pour la société et non un fardeau. Les politiciens doivent en tenir compte et mettre en place des politiques qui permettront aux personnes âgées de rester aussi actives qu'elles le désirent et le peuvent. Les employeurs doivent reconnaître la valeur des travailleurs âgés et comprendre qu'ils peuvent jouer un rôle important sur le marché du travail. Dans les familles et dans la collectivité, les personnes âgées donnent plus qu'elles ne reçoivent. Mais les conséquences sont probablement plus importantes pour les personnes elles-mêmes. Nous pouvons jouir dans nos vieux jours d'une vie active, saine et productive qu'il nous incombe de planifier » concluent les auteurs de cette grande enquête.


Publié le Mercredi 23 Mai 2007 dans la rubrique Société | Lu 5586 fois