Sommaire
Senior Actu

Les seniors : personnes les plus à risque en cas de catastrophe naturelle

Alors que l’Atlantique entre dans sa phase cyclonique la plus intense et compte tenu des récentes catastrophes naturelles (tsunami, typhons et ouragans) survenues en Asie, aux Etats-Unis, ou même hier en France dans le Gard et l’Hérault, il convient de rappeler que les personnes âgées sont les premières et les plus nombreuses victimes de ces dramatiques coups de colère de la planète.


Aujourd’hui, en ce moment même, une trentaine de personnes âgées doivent être évacuées d’une maison de retraite de Biot (Alpes-Maritimes) suite aux pluies torrentielles de cette nuit. Cette semaine, on découvrait à la Nouvelle-Orléans, 32 aînés décédés (abandonnés ? ) dans le foyer pour personnes âgées du faubourg de St. Bernard à la Nouvelle-Orléans. Au Japon, sur les 27 personnes disparues ou qui ont péri lors du typhon qui vient de ravager l’île de Kyushu, à l’extrême sud-ouest du pays, 19 sont des seniors.

Enfin, rappelons que le 26 décembre dernier, lors du tsunami qui a dévasté l'Asie du sud-est, sur les 31.000 morts, un tiers étaient des enfants, un tiers des adultes et un tiers des personnes âgées. Sachant que les plus de 65 ans ne représentent que 7% de la population, ils auraient été proportionnellement 4.5 fois plus touchés que les autres tranches d'âges...

Au Japon par exemple, pays particulièrement concerné par le vieillissement de sa population (19.5% de plus de 65 ans), les autorités, habituées à devoir subir les caprices de la météo et les tremblements de terre, ont réalisé en mars dernier, une synthèse des mesures à mettre en place pour évacuer les personnes âgées en cas d’urgence.

Pourtant, tout ne fonctionne pas encore parfaitement. Il semblerait en effet, que pour mettre en place ces différents services de sécurité pour les aînés, un certain nombre d’informations confidentielles soient nécessaires. Or, pour beaucoup, ces dernières portent atteinte à la vie privée…

Ainsi, lors du dernier typhon qui s’est abattu sur la région, plus des deux-tiers des victimes seraient encore des personnes âgées. Les villes ne sont pas encore suffisamment organisées. Elles doivent déclencher les alertes plus tôt de manière à laisser le temps aux seniors de s’organiser, voire les obliger à quitter leur logement si c'est nécessaire. De fait, trois septuagénaires ont été emportées par un torrent de boue et de pierres alors qu’elles tentaient de se rendre chez une amie pour s’abriter. Les refuges officiels étant trop loin pour ces femmes qui avaient des difficultés à marcher. De son côté, un nonagénaire précise qu’il lui est absolument impossible de se rendre dans ces abris sans l’aide d’un tiers. Lui non plus ne marche pas bien et ne possède pas de véhicule.

Totalement surpris par l’ampleur de la catastrophe, les Etats-Unis ne sont pas mieux lotis. On ne compte plus les histoires sordides concernant les personnes âgées. Un homme, revenu chercher son père de 75 ans, aveugle, sa mère, 78 ans, meurtrie par l’arthrite et une tante de 62 ans, n’a pas réussi à les faire monter dans un autocar pour échapper à l’ouragan. A chaque nouvel arrivage de bus, ils se voyaient « interdire » l’accès par les personnes valides et en pleine santé. Ils n’ont même pas pu profiter d'un bus réservé aux personnes âgées, le fils, trop jeune, n’ayant pas le droit d’y monter… Finalement, un médecin les a sauvé par hélicoptère.

Ailleurs, des sauveteurs ont retrouvé une trentaine de résidents dans une maison de retraite. Impossible à évacuer ou abandonnés ? L’enquête est en cours. Toujours est-il que certains sont décédés et que les autres ont été dépouillés de leurs biens et de leurs médicaments par des pillards…

Rescapés, il faut bien comprendre que ces personnes âgées ne sont pas sauvées pour autant. Les experts savent très bien que dans ces périodes de crise –déracinement, isolement, perte de leurs proches et de leurs biens- les aînés récupèrent beaucoup moins facilement que les adultes.

Pourtant, pour certains, ce n’est pas la première fois qu’ils subissent de telles catastrophes. D’une certaine manière, ils se sont « endurcis » ou « habitués ». Mais malgré tout, arrachés à leur confort et leur routine quotidienne, dans lesquels ils vivent souvent depuis des années, ils sont rongés par l’inquiétude et la peur. Enfin, ces aînés sont bien conscients qu’ils ne retrouveront rien et surtout, qu’ils n’auront plus la force de reconstruire quoique ce soit.

Pour en savoir plus, lire aussi :

Sri Lanka - Les seniors proportionnellement plus touchés par le Tsunami
Thaïlande – Ouverture de six centres de jour pour les victimes seniors du Tsunami
Les seniors : personnes les plus à risque en cas de catastrophe naturelle


Publié le Vendredi 9 Septembre 2005 dans la rubrique Divers | Lu 7928 fois